En cette décennie fraichement commencée, les entreprises envisagent d'adopter une nouvelle génération de progiciels de gestion intégrés (ERP), collaboratifs, composables et basés sur le cloud. Le tout dans un contexte de pandémie persistante, de chaînes d'approvisionnement perturbées, de main-d'oeuvre fluctuante et d'autres difficultés. Selon une enquête réalisée par Boomi auprès de 1675 responsables informatiques, 94 % des entreprises du monde entier adoptent une stratégie ERP de nouvelle génération impliquant la migration vers des plateformes cloud et l'adoption d'outils analytiques haut de gamme exploitant l'intelligence artificielle, afin de surmonter les limites des applications existantes et de moderniser leurs activités.

Selon les prévisions de Gartner, d'ici à 2023, 65 % des entreprises adopteront des applications ERP disposant d'une ou plusieurs « caractéristiques de la quatrième ère », comme les désigne le cabinet d'études. Plus précisément, il s'agit de l'IA, du design centré sur les données, des systèmes prêts à l'emploi, des fonctions favorisant la prise de décisions, de l'habilitation des développeurs et de la technologie orientée client. Les défis des deux dernières années « font pencher la balance vers une adoption plus rapide des systèmes ERP de nouvelle génération », fait remarquer une équipe d'analystes dirigée par Neveen Awad, directrice générale et partenaire du Boston Consulting Group (BCG), dans un rapport publié par le consultant. « Il sera pratiquement impossible d'utiliser les ERP traditionnels pour gérer l'énorme croissance prévue du commerce électronique et le besoin de flexibilité et de rapidité », ont encore écrit les analystes. Une forte tendance pousse vers la fourniture de fonctions financières, d'approvisionnement et de RH avec « une automatisation avancée qui s'appuie sur une main d'oeuvre moins nombreuse, mais plus qualifiée, et des personnels capables d'opérer depuis leur domicile », indique encore le rapport.

Voici trois domaines où les systèmes ERP traditionnels ne répondent plus aux besoins et ce que recherchent les entreprises aujourd'hui :

Un contexte de travail chamboulé

S'il y avait encore une quelconque hésitation à passer à un ERP basé sur le cloud, elle a été balayée par la crise du COVID et le transfert de l'environnement de travail à domicile. L'ERP sur site est considéré comme « moins évolutif qu'on ne le pensait », a déclaré Sharon Bhalaru, partenaire du cabinet de conseil en comptabilité et technologie Armanino LLP. « Nous assistons à une évolution vers des systèmes basés sur le cloud », pour soutenir les employés qui doivent effectuer des tâches RH, financières et comptables à distance. Selon une récente enquête du Pew Research Center, environ 6 salariés américains sur 10 déclarent que leurs tâches peuvent être effectuées principalement à domicile, et travaillent de chez eux à plein-temps ou la plupart du temps. Avant la pandémie, 23 % des employés déclaraient travailler à distance. Cette augmentation est donc significative. De plus, selon une enquête d'Upwork, le pourcentage de travailleurs indépendants non provisoires a atteint le niveau record de 36 % de la main-d'oeuvre. La majorité de ces freelances (53 %) fournissent des services qualifiés dans la programmation informatique, le marketing, l'informatique et le conseil aux entreprises, contre 50 % un an plus tôt. La composante RH des systèmes ERP devra tenir compte de l'intégration rapide des employés, des horaires irréguliers et du renouvellement fréquent du personnel. De plus en plus d'entreprises se tournent vers l'étranger pour recruter, ce qui a des répercussions sur les rendus de compte, la fiscalité et les avantages sociaux, entre autres facteurs.

Analytique

Les événements récents ont également mis en évidence les capacités de reporting relativement faibles des ERP traditionnels. « Nous voulons avoir les données à portée de main et prendre des décisions très rapidement. Les rapports prêts à l'emploi des systèmes ERP n'étaient pas applicables pour de nombreuses entreprises », a encore expliqué Sharon Bhalaru. « Aujourd'hui, elles veulent disposer de rapports, de tableaux de bord et d'indicateurs de performance clés (KPI) dès la phase de conception et de la mise en place du système », plutôt que d'avoir à développer ces capacités au fil du temps. Les plateformes ERP de nouvelle génération « offrent aux entreprises une transparence en temps réel sur les ventes, les stocks, la production et les finances », ont encore écrit les analystes du Boston Consulting Group. « Des analyses puissantes basées sur les données permettent de prendre des décisions plus agiles, par exemple, pour ajuster la chaîne d'approvisionnement afin d'améliorer la résilience. De solides capacités de commerce électronique aident les entreprises à mieux s'engager auprès des clients en ligne avant et après une vente. Enfin, un noyau ERP allégé et une approche cloud-first accélèrent la vitesse de déploiement », a ajouté le partenaire du cabinet de conseil en comptabilité et technologie Armanino LLP.

Chaînes d'approvisionnement

Les perturbations sans précédent et permanentes de la chaîne d'approvisionnement rendent nécessaires une plus grande visibilité, des délais plus prévisibles, des sources d'approvisionnement alternatives et une réponse plus rapide aux perturbations. Selon une enquête réalisée par FiveTran et Dimensional Data, 86 % des dirigeants souhaitent accéder à des données en temps réel à travers leurs systèmes ERP. Cependant, seuls 23 % ont déclaré que de telles capacités existent dans leurs systèmes ERP actuels et 99 % ont déclaré ne pas pouvoir accéder aux informations dont ils ont besoin. Avant la pandémie, les entreprises « étaient extrêmement concentrées sur l'optimisation de la chaîne d'approvisionnement, à la recherche du Saint Graal de l'approvisionnement juste à temps », a expliqué Mike Rulf, directeur technique pour les Amériques de Syntax, le fournisseur de clouds managés multi-clouds et multi-ERP pour les applications critiques. « Cela supposait que leurs fournisseurs en amont puissent livrer selon des calendriers contractuels prédéfinis, étroitement intégrés aux systèmes ERP. Tout cela été balayé ».