Comme nous avons pu le voir au MWC 2019, le cloud est en train de prendre une dimension plus que stratégique autour de la gestion de l’IoT et de la 5G. Assurer une sécurité complète du SI d’une entreprise devient même de plus en plus complexe d’après un panel de RSSI interrogés par Cisco. L’heure est donc, dans le secteur de la sécurité également, à la simplification. A l’unification des solutions de protection des terminaux, du réseau, des firewalls et autres DLP au sein de plateformes tout-en-un. C’est l’ambition de Mcafee pour cette année : permettre un contrôle à 360 degrés de l’entreprise quelque soit sa taille, via la plateforme MVision.

Alors qu’elle silotait auparavant ses solutions de protection en fonction des usages (datacenters, réseaux, etc.), McAfee mise désormais tout sur le cloud. Selon Laurent Maréchal, technology architect au niveau EMEA pour l’éditeur, McAfee a perçu plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffres d’affaires sur les solutions cloud en 2018, « davantage que les objectifs que nous nous étions fixés » assure-t-il. Sans préciser de chiffre exact, il ajoute que l’éditeur compte plusieurs centaines de milliers de clients sur cette offre.

CASB et SIEM en vogue

C’est l’acquisition de Skyhigh Networks fin 2017 qui permet à McAfee de commercialiser une solution unifiée de protection cloud. En effet, l'éditeur ne proposait avant cela qu’une solution de protection des pertes de données (DLP) pour le cloud. Skyhigh Networks a permis a McAfee de faire converger les besoins liés au DLP avec les nouveaux usages permis par sa solution de cloud access security broker (CASB), qui porte désormais le nom de MVision cloud. Lors de son rachat, Skyhigh Networks disposait d’une base de connaissance de 21 000 applications SaaS et 6 000 services DLP. « Quand on sait que 1935 services cloud différents sont utilisés dans une entreprise en moyenne, le CASB va faciliter la visibilité et le contrôle sur le cloud » indique Laurent Maréchal. Et d’ajouter que le secteur bancaire fait partie des premiers utilisateurs de ce genre de technologies.

Autre technologie de sécurité en vogue en ce moment, le SIEM. Microsoft et Google viennent d’annoncer le lancement de leur propre plateforme de gestion des événements. Pour le technology architect de McAfee, il ne s’agit pas forcément d’un danger pour la solution que la société propose. En effet, sur les technologies SIEM, si l’élément maître est la possibilité de contextualiser une menace grâce au deep learning, il existe de multiples plateformes tierce focalisée sur le pointage ou le traitement des menaces et nombres d’éditeurs s’appuient sur les technologies des uns et des autres pour proposer des solutions plus puissantes. « Les concurrents d’hier deviennent aujourd’hui partenaires » soutient M. Maréchal, qui ajoute que McAfee s’intègre mutuellement au sein de plus de 250 solutions partenaires, dont Checkpoint ou Forcepoint.

200 licenciements en janvier 2019

A raison d’une mise à jour logicielle par mois, la formation des intégrateurs et revendeurs est indispensable. McAfee compte 25 partenaires en France et fonctionne 100% en ventes indirectes pour ses solutions de sécurité cloud. Mais l’apprentissage des bonnes pratiques en termes de sécurité est indispensable chez les utilisateurs finaux également. Reprenant l’exemple des 1935 applications utilisées en moyenne dans une entreprise, Laurent Maréchal ajoute qu’en moyenne seule une quinzaine est recommandée par cette entreprise. Le reste étant des solutions souvent grand public. Par exemple, pour convertir un fichier .pdf en .doc, un salarié aura souvent tendance à chercher un outil en ligne sur un moteur de recherche au lieu d’utiliser la solution d’entreprise. La travaille de McAfee va ici être de proposer de détecter un tel comportement et de mettre en place l’affichage d’un message sur la page consultée indiquant qu’un outil d’entreprise existe. « Le but n’est pas de fliquer ou obliger les utilisateurs à se servir de cette application, mais les prévenir que celle qu’ils s’apprêtent à lancer est risquée pour la sécurité des données de l’entreprise » précise M. Maréchal.

Cette stratégie de focalisation sur le cloud de McAfee s’accompagne paradoxalement d’un plan économique comprenant 200 licenciements dans les rangs de l’éditeur au début de l’année. The Information parlait de salariés issus de départements allant de l’ingénierie aux ventes, en passant par les ressources humaines. Des ouvertures de postes auraient été annulées aussi. Comme les interlocuteurs de nos confrères, Laurent Maréchal n’a pas souhaité commenter cette annonce. Il indique seulement que les changements de modèle économique concernent n’importe quel acteur et que les profils métiers recherchés changent. Côté channel, CRN ajoutait que les budgets des programmes partenaires et les incitations financières pour les partenaires ont aussi subi des coupes. M. Maréchal assure cependant que des recrutements sont bien à prévoir sur la partie cloud de l’éditeur, pour coller à sa stratégie 2019 : Device to cloud.