Dominé par des fournisseurs américains (Dell, HPE, NetApp, IBM, iXSystems, Pure Storage, Seagate et Western Digital), avec en embuscade des alternatives israéliennes (Infinidat ou Vast Data) et chinoises (Huawei et même Synology pour l’entrée de gamme), le marché du stockage primaire reste encore ouvert aux nouveaux venus dotés d’une base arrière solide. Lors d’un IT Press Tour à Lisbonne, nous avons rencontré un acteur turc, NGX Storage, qui a su exploiter l’écosystème turcophone (Azerbaïdjan, Kazakhstan, Kirghizistan et bien sûr Turquie) pour développer, fabriquer et commercialiser ses baies de stockage hybride et full flash. Fondée en 2015 à Ankara, cette start-up pilotée par Beyhan Caliskan a conçu - avec l’aide de partenaires technologiques clefs comme Intel, Kioxia, Samsung et Seagate - une gamme de stockage (bloc, fichier et objet S3 avec une passerelle Minio) capable de rivaliser avec les produits d’entrée et moyenne gammes des principaux fournisseurs.

« Nous achetons les composants du marché et nous fabriquons nos baies à Ankara et à Taiwan », indique le CEO. 200 systèmes ont déjà été livrés à des clients pour un chiffre d’affaires annuel inférieur à 20 millions de dollars. « Nous avons 10 à 15% de part de marché en Turquie. Cela dépend de l'année. Donc si vous calculez, cela donne un marché de 200 millions environ […] Les mainframes sont encore très présents en Turquie, avec des attachements spécifiques pour le stockage : c’est le cas de la banque centrale, de la sécurité sociale, des agences gouvernementales. Les telcos qui utilisent des systèmes avec huit contrôleurs peuvent composer un système haut de gamme chez Hitachi ou autre. Nous n'aurons pas de solution multi-contrôleurs avant l'année prochaine ». 

Exploitant des composants open source (FreeBSD et Samba), NGX Storage commercialise deux baies de stockage SAN/NAS/Objet (avec Minio) : de type hybride (disques durs SAS et SSD SAS ouNVMe), la série NGX-H est disponible avec des liens FC (32 Gb/s) et Ethernet (100 Gb/s) avec le support des principaux protocoles (iSCSI, NFS v4 et SMB 3.0). Équipée de deux contrôleurs Intel Xeon, cette baie de type scale-out monte aujourd’hui à 38 Po (H2800) avec 2160 lecteurs (disques durs et SSD), mais l’entreprise compte passer très bientôt à 100 Po. La seconde appliance est bien sûr de type full flash : il s’agit de la NGX-AFA. Elle reprend une base similaire, mais avec une capacité maximale de 31 Po (AFA2800) avec 2048 SSD. Précisons que les baies NGX-H sont composées d’unités de calcul avec contrôleurs (2U ou 4U), auxquels sont raccordés des Jbod fournis par Western Digital. La série NGX-AFA est complétée si besoin par des extensions SCM ( Storage Class Memory) reposants sur des composants Intel Optane : 36 To pour le NS200. Avec la fin de la fabrication de ces mémoires persistantes par Micron, le partenaire d’Intel, NGX Storage étudie un passage au XL-flash de Kioxia. Rappelons que e SSD FL6  (PCIe 4.0 au format U.3) du japonais monte jusqu’à 3,2 To avec un temps de latence de 29 us en lecture et 6 us en écriture, alors que l’ Intel Optane SSD P5800X (PCIe 4.0 en U.2) plafonne à 1,6 To avec une latence de 6 us (en lecture et écriture). 

Les principales fonctionnalités sont là.

Dédup et compression, mais pas d'erasure coding

La réduction de données est de la partie avec l’utilisation d’algorithmes de déduplication et de compression – avec les librairies Intel pour accélérer la compression et le chiffrement - pour optimiser l’espace de stockage. Les différents modes Raid sont supportés (1,5,6,10,50,60), mais pas encore l’erasure coding pourtant beaucoup plus rapide pour la reconstruction des volumes. Comme ses principaux concurrents, Beyhan Caliskan propose des outils analytiques pour suivre le travail des lecteurs et optimiser l’exploitation de ses sous-systèmes de stockage et éviter par exemple les goulots d'étranglement sur le réseau. « Nous avons déployé ces systèmes et ils sont opérationnels depuis près de cinq ans dans l'espace client », précise le CEO. 

Si le protocole NVMe over Fabric n’est pas encore exploité sur les deux premières baies du fournisseur turc, une prochaine génération de produits de type SDS en mode ScaleOut NVMe vient changer la donne et rattraper les solutions des concurrents avec notamment un support complet du mode objet. « Nous fournissons du matériel et des logiciels, mais dès janvier prochain, nous proposerons une plateforme SDS pour les clouds, c'est-à-dire pour Amazon, Microsoft ou Google, ou pour le stockage de données à grande échelle », nous a expliqué le CEO de NGX Storage. Comme indiqué sur le schéma ci-dessous, NGX Storage couple le protocole NVMe-oF RDMA/TCP pour les serveurs et NVMe-oF IB/Roce pour les baies de stockage. Les performances du stockage flash ont fortement progressé avec l’arrivée des premiers SSD NVMe, mais les systèmes dialoguaient encore avec les serveurs sur le réseau via une connexion basée sur SCSI (FC ou iSCSI). Les déploiements NVMe-oF vont plus loin en prenant en charge le RDMA (remote direct memory access) pour des solutions de stockage basées sur NVMe via des fabrics réseau. « Il s’agit d’un protocole réseau pour le stockage haute performance optimisé spécifiquement pour le SSD et qui offre des latences beaucoup plus faibles, une bande passante plus élevée, un parallélisme et une efficacité bien meilleure », nous avait expliqué en mars 2021 Eric Burgener, vice-président de la recherche sur l’infrastructure d’IDC. Le NVMe-oF peut être utilisé sur différents types de réseau, notamment Fibre Channel (FC), Ethernet et InfiniBand. Au sein d'Ethernet, il existe différentes options de transport, notamment RDMA over Converged Ethernet (RoCE), et iWARP, ainsi que TCP. L'inconvénient est que les options FC, InfiniBand, RoCE et iWARP nécessitent toutes des adaptateurs de bus hôte et des pilotes personnalisés, ce qui rend leur mise en œuvre et leur maintenance difficiles et coûteuses. NGX Storage commence donc par RoCE pour supporter le RDMA, mais les principaux concurrents sont déjà passés au NVMe-oF TCP.

La plateforme SDS de NGX Storage inaugure le support du NVMe-oF en mode RoCE.

Ambitions européennes

Comme nous l’a indiqué Beyhan Caliskan, avant de créer NGX Storage, le CEO a travaillé pour l’agence de la recherche scientifique et technologique turque Tubitak, et plus précisément à la mise en place de systèmes de stockage hautes performances pour les besoins HPC du pays.  L’entreprise emploie une cinquantaine de personnes en Turquie avec des relais complémentaires en Inde (Bengalore) pour le développement logiciel, ainsi qu’au Canada (Vancouver) pour la partie commerciale. NGX Storage travaille uniquement en indirect – sans OEM - et passe par des partenaires et des intégrateurs pour commercialiser ses solutions. « Nous avons beaucoup de projets à Dubaï et au Qatar, et nous utilisons un réseau de partenaires local notre achat. Mais comme je l'ai dit, nous avons commencé un nouveau voyage pour fournir la région de l'Europe, du Portugal à la Suisse en passant par la Pologne, l'Allemagne et la France. »