Lorsqu'il s'agit du financer une start-up très prometteuse, il n’est pas rare de retrouver des concurrents dans le même pool d'investisseurs. L’israélien Pliops, qui promet de rendre le stockage flash plusieurs fois plus rapide, compte ainsi Intel et Nvidia dans les rangs de ses investisseurs. Fondée en 2017 par Aryeh Mergi (fondateur d’Activepath et PowerInbox) et Uri Beitler (un ancien responsable de l’activité contrôleur SSD chez Samsung en Israël), cette jeune pousse développe une carte PCIe équipée d’un duo GPU et DPU (Digital Processor Unit ou processeur programmable) et d’un PSP (Pliops Storage Processor) capable de soulager les contrôleurs des serveurs et baies de stockage. Ce processeur spécialisé permettrait aux applications d'accéder plus rapidement - jusqu’à 10 fois plus vite selon la start-up - aux données conservées dans les SSD flash qu’avec les approches traditionnelles, tout en utilisant une fraction de l'électricité requise par le matériel traditionnel. Cette carte PSP, à installer dans un serveur classique ou dédié au stockage, fonctionne avec les mémoires Optane d'Intel et les SSD NVMe QLC pour accélérer et protéger les bases de données pour les applications cloud et d'entreprise.

Le PSP cible les bases de données comme Aeropike et Kinetica

Selon Mark Mokryn, vice-président en charge des produits chez Pliops, « les bases de données relationnelles et NoSQL utilisent aujourd'hui des moteurs de stockage clé-valeur  (KV) : Les données sont indexées par des clés et stockées en tant que valeurs ». Les moteurs KV permettent généralement d'obtenir des clés et des valeurs de taille variable, ce qui peut poser problème avec les SSD délivrant un grand nombre d’IOPS, car il s'agit de données de taille variable sur des périphériques dont la taille de bloc est fixe. Cela signifie beaucoup de compression et beaucoup d'écritures sur le lecteur.

Les performances et l'endurance de la mémoire flash, quant à elles, sont limitées par le nombre d'écritures. Les lecteurs flash finissent par s'user et conservent moins de données à mesure qu’on les utilise. Par conséquent, l'idéal serait de faire moins de compression et beaucoup moins d'écriture sur le lecteur, et c'est là que la PSP entre en jeu. Il effectue la compression et réduit le nombre d'écritures à effectuer. Pliops affirme que le PSP offre une option très simple et efficace pour réduire le coût total de possession des infrastructures de cloud public/privé et des centres de données sur site.

 

Comme la carte accélératrice peut être branchée sur les serveurs existants, les entreprises n'ont pas besoin de réécrire leurs applications existantes pour profiter de l'augmentation de vitesse.

Parmi la liste des investisseurs de Pliops, outre Intel et Nvidia, la startup compte également Expon Capital, SoftBank Ventures Asia, SOMV, Sweetwood Capital, Viola Ventures, Western Digital, et Xilinx. Son dernier tour de table, annoncé le mois dernier, s'élève à 65 millions de dollars. Pliops a levé 115 millions de dollars en financement de risque à ce jour. L'investissement le plus récent sera utilisé pour poursuivre le développement du processeur de stockage Pliops (PSP). Si la solution de Pliops travaille déjà avec les datacenters sur site, elle ambitionne également d’équiper les fournisseurs de services cloud. Lors de l'annonce de ce financement, la société a déclaré qu'elle s'était engagée auprès des leaders de ce segment  - les fournisseurs de services cloud - et des entreprises au sens large.