La banque américaine JPMorgan Chase a dépensé 2 milliards de dollars pour moderniser et étendre ses datacenters l’an dernier, alors même que la multinationale de la finance a continué à déplacer des données et des applications vers des plateformes cloud gérées par AWS, Google et Microsoft. Ces 2 milliards de dollars font partie des dépenses annuelles totales de la société en matière de technologie, qui se sont élevées à plus de 12 milliards de dollars l'année dernière, selon les détails partagés dans la présentation des résultats de la banque pour le quatrième trimestre et l'année 2021. Pour l'année en cours, la firme prévoit d'augmenter ses dépenses technologiques à environ 15 milliards de dollars. Les priorités informatiques en 2022 seront cohérentes avec les années précédentes et comprendront des augmentations dans les capacités cloud, les centres de données, l'expérience numérique des consommateurs, ainsi que les données et les analyses.  

"Nous avons donc dépensé 2 milliards de dollars pour de tout nouveaux centres de données, qui disposent de toutes les capacités cloud que l'on peut avoir dans des centres de données privés. Nous utilisons toujours les anciens centres de données", a déclaré Jamie Dimon, président et CEO de JPMorgan Chase, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes financiers en janvier. La plupart des applications et des données hébergées dans les derniers datacenters sont éligibles au cloud computing, a ajouté M. Dimon. En attendant, l'entreprise continue d'élargir son empreinte multicloud. "Nous exécutons toute une série de programmes importants, que nous n'avons pas divulgués, sur AWS, et nous travaillons avec Google et Microsoft pour exécuter certains de ces programmes dans le cloud, car nous voulons avoir des capacités multicloud", a déclaré M. Dimon. Cette année, entre 30 et 50 % des applications et des données de l'entreprise seront transférées vers des plateformes cloud, a-t-il ajouté. 

La feuille de route datacenters de la banque JP Morgan Chase. (Crédit : JP Morgan Chase)

"Ce matériel est absolument, totalement précieux... Si vous vous asseyez dans cette salle et que vous regardez la puissance du cloud et du big data sur le risque, la fraude, le marketing, les capacités, les offres, la satisfaction du client, le traitement des erreurs et des plaintes, la prospection - c'est extraordinaire." M. Dimon a cité la prévention de la fraude comme un domaine qui a été amélioré par les investissements technologiques de la firme. "Par exemple, avec toute la fraude et tout le cyber et ransomware, nos coûts de fraude ont diminué cette année. Il y a une raison à cela. C'est parce que nous avons déployé d'énormes capacités dans ces domaines." 

Dépenses et priorités technologiques 

Environ la moitié des dépenses technologiques annuelles de JPMorgan Chase relèvent de la catégorie des investissements, "ou, comme nous l'appelons parfois, des dépenses visant à "changer la banque"", a déclaré Jeremy Barnum, directeur financier de JPMorgan Chase. La catégorie des investissements comprend les projets liés à la réglementation, les efforts de modernisation et l'élimination de la dette technique, a-t-il ajouté. Les initiatives technologiques globales recensent la migration vers le cloud, la mise à niveau de l'infrastructure et de l'architecture existantes, l'investissement dans la stratégie de données de l'entreprise, l'attraction et l'acquisition des meilleurs talents avec des compétences modernes et l'amélioration du modèle opérationnel des produits de l'entreprise. "À la base de tout cela, nous continuons à mettre l'accent sur la cybersécurité afin de protéger la société, nos clients et nos consommateurs, ainsi que sur le maintien d'un environnement de contrôle sain", a déclaré M. Barnum. 

L'autre moitié des dépenses technologiques de JPMorgan Chase est allouée à la promotion de l'innovation dans l'ensemble des activités de la société et dans ses produits destinés aux clients, a indiqué M. Barnum. Par exemple, la société s'est efforcée de numériser les offres de produits existantes avec des projets tels que son application de prêt à la consommation Chase MyHome, et elle a lancé des capacités de banque numérique cloud native avec son récent lancement de Chase UK, a-t-il dit. Du côté du commerce de gros, la société a continué à développer sa plateforme de négociation Execute et a commercialisé sa plateforme Onyx basée sur la blockchain. "Nous pensons qu'il est essentiel d'identifier et de résoudre les points de crispation chez les clients et d'améliorer l'expérience utilisateur, et nous nous attaquons au problème en combinant construction, partenariat et achat", a déclaré M. Barnum. 

Ces investissements technologiques seront-ils rentables ? 

Au cours de la conférence téléphonique avec les analystes, les dirigeants de JPMorgan Chase ont abordé l'éternel défi de lier directement les investissements technologiques aux performances financières et d'être en mesure d'attacher un résultat de revenu tangible à ces investissements. Au cours de la partie questions-réponses de la téléconférence, Jim Mitchell, analyste chez Seaport Research Partners, a demandé ce que la banque observe en termes de retour sur ses investissements, et dans quel délai ce retour est attendu. Le directeur financier a expliqué que le retour sur investissement est plus facile à mesurer dans un domaine tel que le marketing des cartes de crédit, "où chaque dollar investi dans le marketing des cartes fait partie d'un ensemble de décisions très sophistiquées, extrêmement fondées sur des données et hautement mesurables, afin de s'assurer que toutes ces décisions sont rentables". 

À l'autre extrémité du continuum d'investissement se trouve la modernisation de la technologie utilisée, a déclaré M. Barnum. "Ces choses sont des choses qui sont justes - nous devons évidemment les faire. Si nous ne le faisons pas, nous serons maladroits, inefficaces et paralysés à l'avenir lorsque nous essaierons d'être compétitifs. Et il est impossible de prouver, au sens financier strict, qu'il y a un retour sur investissement tangible de cela, mais nous savons qu'ils sont absolument obligatoires." 

Moins de mainframes

En ce qui concerne les perspectives de revenus de l'entreprise, "nous supposons certainement que bon nombre des investissements que nous faisons maintenant et que nous avons faits au cours des deux dernières années produiront les revenus que nous attendons à cet horizon temporel", a déclaré M. Barnum. "Mais une grande partie de ce que nous faisons n'est pas de cette nature. Et dans un certain sens, ce sont en fait les investissements les plus importants, car ce sont les décisions les plus difficiles à prendre." En réponse à une autre question sur la quantification des économies associées à la migration des activités principales vers le cloud, le CEO Dimon a partagé des mesures liées à l'activité de cartes de crédit de détail de JPMorgan Chase. "La carte fonctionne sur un ordinateur central, ce qui est très bien", a déclaré M. Dimon. La plateforme mainframe est efficace, économique, et elle gère plus de 60 millions de comptes. "Elle a été mise à jour depuis des années. Mais c'est un système mainframe dans l'ancien centre de données. Lorsqu'il sera modernisé et transféré dans le cloud, les économies réalisées en gestion et en le marginalisant [le mainframe] s'élèveront à 30 ou 40 millions de dollars par an", a déclaré M. Dimon. 

Mais "ce n'est pas la raison pour laquelle nous le faisons", a ajouté M. Dimon. La véritable valeur ne réside pas dans les économies immédiates, mais dans la possibilité d'exploiter plus rapidement les données et de les mettre à la disposition d'autres systèmes. "... une fois que vous avez transféré ces données dans le cloud, les bases de données utilisées pour alimenter les systèmes de gestion des risques, du marketing, de la fraude, des offres en temps réel, etc. deviennent accessibles à une énorme quantité d'apprentissage automatique", a-t-il déclaré. Un autre avantage du transfert du système de cartes de crédit vers le cloud est qu'il s'agit d'une plateforme plus accessible pour les développeurs. "Quand on touche à un système mainframe, il faut être un peu prudent quand on y entre et qu'on y apporte des modifications", a expliqué M. Dimon. "Autrefois, vous aviez l'habitude de modifier ce système mainframe quatre fois par an, [pour] les grosses versions et des choses comme ça.... Aujourd'hui, vous pouvez en moderniser une petite partie chaque semaine, chaque jour. Et c'est pourquoi il est si important de le faire. Et c'est aussi pourquoi il est difficile de quantifier les avantages et les coûts."