Le rôle de DSI peut ouvrir de nombreuses portes pour développer sa carrière. Lorsqu'ils sont prêts à laisser en d'autres mains la direction des opérations IT de leur organisation, les DSI peuvent passer à un autre poste de direction, endosser un rôle de leadership chez un fournisseur de technologie, démarrer leur propre entreprise ou quitter complètement le monde de l'entreprise. Pour certains, le conseil est la voie à suivre, que ce soit en créant leur propre cabinet ou en rejoignant un cabinet de conseil existant. Les responsables IT qui sont passés à un rôle de conseil disent que cela peut être une façon enrichissante de tirer parti de leurs connaissances considérables sur la technologie et le business, afin de fournir des conseils aux autres. Mais le changement peut être difficile, comme le confient ceux qui l'ont fait. « Au départ, je n'étais pas préparé à être consultant ni contributeur individuel », affirme Jim Rinaldi, ancien directeur IT du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa, qui travaille désormais en tant que consultant indépendant et coach de dirigeants. « Je savais seulement comment être DSI. Alors, quand j'ai décidé de quitter mon rôle de DSI, j'ai pensé que la transition serait facile. Cela n'a pas été le cas. »

La transition de Jim Rinaldi vers un rôle de consultant a commencé alors qu'il travaillait encore au JPL. Il a été nommé conseiller IT en chef de l'organisation en 2019, après avoir été directeur IT pendant 14 ans. Parmi ses responsabilités figuraient l'évaluation et l'analyse comparative d'organisations externes. Il devait également agir en tant que stratège d'entreprise pour l'IT et faire la liaison avec les organisations gouvernementales afin de comprendre les futures exigences en matière d'informatique et de cybersécurité. Dans le cadre de la transition, Jim Rinaldi s'est assuré de rester en contact avec son réseau professionnel pour entretenir ses relations. Il a également rejoint des organisations qui lui ont permis d'utiliser son expertise, de nouer des relations et de diriger quelques entités en tant que prestataire. « C'était à temps partiel et cela n'interférait pas avec le travail que je faisais chez mon employeur principal », note Jim Rinaldi. « Grâce à la pandémie, des opportunités de faire plus de missions de conseil se sont présentées et j'ai commencé à me sentir plus à l'aise. Ensuite, je suis parti de mon entreprise actuelle après deux ans de retrait du poste de CIO et j'ai pu me concentrer davantage sur mes futurs projets. » Les dirigeants IT doivent être confiants dans la valeur de leur expérience, car beaucoup s'intéressent à la façon dont ils ont fait les choses dans leur rôle de leaders technologiques, estime Jim Rinaldi. « Tirez parti de cette expérience pour faire le travail d'un consultant », dit-il. « Il y a beaucoup de personnes compétentes dans des rôles de DSI, mais [ils] n'ont pas l'expérience. En tant que consultant, vous pouvez travailler avec d'autres DSI ou leurs subordonnés directs sur la stratégie, la cybersécurité ou les implémentations de systèmes. »

Autonomie et contrôle complet sur le planning

Pour Larry Bonfante, ancien DSI de l'Association de tennis des États-Unis et maintenant fondateur et coach de la société de conseil et de coaching exécutif CIO Bench Coach, les défis liés à la création d'une nouvelle entreprise incluent le fait d'être seul. « Plus de responsable financier pour s'occuper de la facturation, plus d'assistante de direction pour s'occuper des projets de voyage ; vous vous retrouvez dans un one man/woman show », développe Larry Bonfante. De plus, il peut y avoir un sentiment d'isolement, du moins au début. « Vous n'êtes plus inséré au quotidien dans la trame d'une équipe, vous n'avez donc pas le même niveau de lien social continu que celui auquel vous êtes habitué », souligne-t-il.

Mais du côté positif, devenir consultant offre « la capacité de vraiment faire une différence dans la vie des gens », affirme Larry Bonfante. « De nombreux clients qui ont été promus à des postes de DSI ou qui ont obtenu des postes de direction dans de nouvelles organisations m'ont dit que mon coaching les avait aidés à atteindre ces postes. C'est incroyablement gratifiant d'avoir le privilège de jouer un petit rôle dans le développement et le succès d'une autre personne. » De plus, Larry Bonfante a désormais une autonomie et un contrôle complets sur son calendrier et sur les clients avec lesquels il travaille. « Si je ne pense pas que vous êtes quelqu'un d'intègre, alors je peux partir et ne pas travailler avec vous », pointe-t-il. « Dans un rôle de DSI, vous n'avez pas ce niveau d'autonomie ou de contrôle sur votre vie professionnelle quotidienne. »

Voici quelques conseils de dirigeants IT devenus consultants sur la meilleure façon d'effectuer la transition.

S'assurer que c'est la bonne décision

Il peut être tentant d'évoluer vers un rôle de consultant pour rompre avec le train-train quotidien des missions de DSI ou pour d'autres raisons. Mais tous les dirigeants qui envisagent de se lancer dans le conseil doivent déterminer s'ils peuvent et veulent vraiment le faire, prévient Jim Rinaldi. « Avez-vous les compétences en communication et la patience nécessaires pour être de l'autre côté de la table ? », questionne Jim Rinaldi. Il est important que les DSI tirent parti de leurs compétences en négociation et collaborent avec leurs clients de la même manière qu'ils le faisaient avec leurs collègues dirigeants au sein de leurs organisations. « Les consultants apprennent à écouter en posant de bonnes questions », dit-il. « De nombreux DSI savent comment faire cela. »

Les cadres IT qui envisagent un changement de carrière peuvent faire un peu d'analyse personnelle pour aider à la prise de décision. « Mon conseil à quiconque envisage de faire un changement de carrière est de dessiner un diagramme de Venn avec trois cercles qui se chevauchent », indique Larry Bonfante. « Le premier cercle représente ce qui vous passionne, ce qui vous réveille le matin et ce que vous feriez gratuitement si vous gagniez au loto », explique Larry Bonfante. Le deuxième cercle représente une qualité unique qui distingue l'individu de la masse. Et le troisième cercle représente la demande potentielle du marché pour les services que le cadre exécutif peut offrir. « Le point d'intersection de ces trois cercles est la contribution que vous devriez viser à apporter », pointe-t-il.

Dialoguer avec des consultants et des contacts de confiance

Comme pour toute transition de carrière, il est souvent utile de se confronter aux idées des autres. Et il n'y a probablement pas de meilleur moyen d'avoir une idée de ce que sera le passage de DSI à consultant que de parler avec des personnes qui ont déjà franchi le pas. D'ailleurs, il peut être utile d'obtenir des informations auprès de n'importe quel consultant IT expérimenté, quel que soit son parcours. « Assurez-vous de parler à de nombreuses personnes qui font déjà du conseil », dit Jim Rinaldi. « Il y a beaucoup d'aspects que vous ignorez peut-être », par exemple s'il faut créer une SARL ou travailler en tant qu'indépendant. « Découvrez ce qui convient le mieux à votre situation en discutant avec ceux qui le font déjà », dit-il. « Cela vous fera gagner du temps et vous apportera des informations utiles. »

Si possible, discutez de l'idée avec des collègues dirigeants ou d'autres contacts de confiance avant de prendre une décision. Et bien sûr, demandez l'avis de membres de votre famille et d'amis qui pourraient être en mesure de déterminer si une telle transition est une bonne décision.

Apprendre à se vendre et à se marketer

« En tant que DSI, l'objectif sur lequel nous nous concentrons souvent est de construire une organisation optimisée pour la livraison, les opérations et le service », constate H. Michael Burgett, ancien DSI de l'industrie et maintenant fondateur et président de la société de recrutement de cadres CIO Partners. « Bien que ces aspects soient extrêmement importants dans la création d'un cabinet de conseil, l'élément le plus important de la création d'une entreprise est souvent omis », avertit H. Michael Burgett. « Au départ, se concentrer à 99 % sur les ventes est un facteur clé de succès. Sans ventes, rien ne se passera. » Même si cela peut sembler évident pour de nombreux hommes d'affaires, il se peut qu'il ne vienne pas à l'esprit d'anciens dirigeants informatiques qu'ils doivent vendre leurs capacités.

« Même lorsque cette première vente sera réalisée, notre inclinaison reviendra vers la livraison ; les ventes seront mises en veilleuse », poursuit H. Michael Burgett. « Le projet sera terminé et notre pipeline de ventes sera vide. Il est important de maintenir l'accélérateur enfoncé et de consacrer une grande partie de notre temps à la construction d'un pipeline de ventes, même lorsque nous sommes en train de répondre à un engagement client actuel. »

Chercher à construire une marque durable

Si l'objectif est de créer une entreprise et non une société individuelle, les DSI doivent s'engager à la faire fonctionner à long terme. « D'après mon expérience, beaucoup de ceux qui commencent le voyage pour créer un cabinet de conseil peuvent y parvenir », observe H. Michael Burgett. « Cependant, le vrai défi sera de construire une entreprise durable. Une activité de conseil réussie peut être de courte durée, alors qu'une entreprise peut durer. »

H. Michael Burgett confie être étonné que certains consultants créent une pratique, mais ne créent jamais une véritable entreprise et une véritable marque. « Il est important d'investir dans les talents pour aider votre organisation à progresser », conseille-t-il. « Mettez votre ego de côté en ne faisant pas tourner votre organisation autour de vous et construisez une équipe de direction solide pour assurer la viabilité à long terme du projet. »

Être prêt à revenir en arrière

Comme pour tout changement de carrière majeur, il y a des avantages et des inconvénients à devenir consultant après des années dans le management IT. « Vous n'êtes peut-être pas prêt ou doué pour le conseil », souligne Jim Rinaldi. « Il peut être préférable de rechercher des missions de conseillers en interne ou des postes au conseil d'administration et d'utiliser votre expertise dans ces situations. Bien sûr, je me suis retrouvé à faire les deux et j'en ai tiré des bénéfices. » Pour ceux qui ne sont pas prêts à effectuer la transition complète, le coaching ou le mentorat peuvent être un moyen de se préparer. « C'est une bonne première étape pour déterminer jusqu'à quel point vous voulez travailler en tant que contributeur individuel, et qui plus est vous aidez quelqu'un », suggère Jim Rinaldi. « Le coaching renforce également la confiance en soi et vous aide à utiliser les compétences que vous aviez en tant que DSI. »

En prenant le temps d'explorer le terrain et d'apprendre ce qu'implique le conseil, les DSI peuvent y trouver des avantages potentiels. « Le travail de consultant peut être très gratifiant sur le plan intellectuel », estime Jim Rinaldi. « Vous pouvez utiliser vos compétences développées au fil des ans pour résoudre des problèmes que vous connaissez bien. Mais vous pouvez également acquérir de nouvelles compétences et continuer à vous développer. Peu importe l'âge, il y a une vie après le rôle de DSI. »