Vous êtes devenu chief data officer du groupe Decathlon début 2020. Pouvez-vous revenir sur la genèse de ce rôle ?

Sébastien Hidocq. Le projet Data de Decathlon a démarré sous un angle technologique, en migrant dès 2012-2013 sur le cloud. Avoir un data lake dans le cloud public nous a donné beaucoup d'avantages, dont le fait de ne pas avoir un legacy indigérable. L'entreprise a eu une préoccupation data dès le début de cette transformation, qui est devenue une vraie préoccupation globale, portée au plus haut niveau par les dirigeants du groupe. La data était l'un des sept ou huit grands enjeux de l'entreprise, il fallait investir plus de temps et d'énergie sur ces sujets.

Je suis un ancien CIO. J'ai pris la fonction de CDO pour deux raisons : la forte empreinte technologique et la dimension de transformation essentielle, à la fois sur les métiers, les processus et les pratiques, tout devant être combiné pour que cela serve l'entreprise. Ce rôle permet une création de valeur humaine, pour les utilisateurs, les collaborateurs et les clients, mais aussi une valeur environnementale et économique.

Que représente l'organisation data au sein de Decathlon ?

A l'échelle mondiale, environ 400 collaborateurs exercent des métiers en lien direct avec les données, auxquels il faut ajouter environ une centaine d'employés côté métier qui ont des fonctions autour de la donnée. Parmi ces derniers, nous avons ainsi des data managers, des data owners, des data quality managers, afin que les métiers soient responsables de la disponibilité, de la bonne définition et de la qualité de leurs données pour le plus grand nombre. Ces éléments sont clefs pour que les données puissent ensuite être exploitées par la business intelligence, par nos data analysts et nos data scientists.

400, c'est à la fois beaucoup et assez peu. Nous avons beaucoup recruté et intégré dans ces fonctions. Nous nous développons aussi à l'international, car le groupe Decathlon est présent dans des pays très différents, en Amérique, en Asie, où les enjeux data doivent être traités localement. Nos talents sont très répartis. Il s'agit de trouver un équilibre entre des ressources davantage dispersées et la rationalisation des solutions, afin d'éviter que tout le monde réinvente le même algorithme.

Lire la suite de l'article sur CIO