Parmi les délégations présentes à la manifestation Slush 2022, à Helsinki, le stand ukrainien attirait inévitablement l’attention. Un des porte-paroles de l’écosystème des start-ups en Ukraine à Slush, Yuri Kozik, CEO et cofondateur d’Evolve créée en 2018, nous a expliqué accompagner le développement des start-ups et des entrepreneurs individuels, mais également des entreprises numériques. Précisons que cette association ukrainienne se présente comme une ONG (en France toutes les associations loi 1901 sont à but non-lucratif). Signalons également qu'une SSII britannique baptisée Evolve-IT Consulting travaille avec des équipes de développeurs en Ukraine à Kyiv. «  Après le début de la guerre, nous avons commencé à travailler plus activement à aider l’Ukraine et plus particulièrement à la reconstruction du pays et au soutien des entreprises », nous a expliqué Yuri Kozik.  Interrogé sur le statut d’Evolve, ce dernier nous a indiqué sans détour, que l’ONG est indépendante, sans soutien du gouvernement ukrainien et ne pouvait pas être comparée à un organisme comme Business Finland ou FrenchTech. 

« Au cours des deux dernières années, nous avons assisté à une croissance énorme des startups ukrainiennes. L’industrie traditionnelle pour les nouvelles technologies en Ukraine est le développement de logiciels. Cependant, nous avons vu au cours des deux dernières années un avant et un après-Covid. Pendant la pandémie et avant la guerre, les entrepreneurs voulaient plus lancer des startups que de sociétés de développement de logiciels. Et bien sûr, lorsque les startups ont été créées avec le retour de la guerre, cela a eu un impact négatif sur leurs perspectives commerciales. Dans le même temps, ce qui est important, c’est que – comme l’indique les récentes études - la majorité des start-ups ukrainiennes n’ont pas fermé leurs portes et poursuivent leurs activités. Elles continuent donc à fonctionner, malgré les défis qu’elles rencontrent et les difficultés de financement, l’insécurité... »

Une aide appréciable d'Azure, AWS et GCP

Evolve vient donc soutenir des entrepreneurs en herbe et des start-ups. Comme l’espère Yuri Kozik , « nous attendons de plus en plus de startups en Ukraine, comme Grammarly avec sa solution qui aide à communiquer en anglais. Son siège social est maintenant installé aux États-Unis mais elle a été fondée par des Ukrainiens, et ils ont toujours plusieurs bureaux en Ukraine en ce moment ». Second exemple de start-up Respeecher, qui a travaillé avec Lucasfilm pour recréer synthétiquement la voix de l’acteur incarnant Dark Vador et celle du jeune Luke Skywalker dans les séries de Disney Le Mandalorian et Le livre de Boba Fett. Respeecher s’est appuyé sur des enregistrements d’archives et un algorithme IA propriétaire pour créer de nouveaux dialogues à partir de voix anciennes. 

Interrogé sur l’apport des géants du cloud – notamment Azure et AWS - à l’écosystème numérique ukrainien depuis le début de la guerre, le dirigeant nous a expliqué qu’AWS a été très actif même avant la guerre. « Mais maintenant, nous avons aussi le soutien de Google, qui accorde des subventions pour le suivi de certaines start-ups ukrainiennes, ce qui est, bien sûr, un grand soutien ». Pour continuer à travailler, les start-ups peuvent compter sur les fournisseurs cloud computing, mais elles s’adaptent à de nouvelles routines de travail. « Quand il y a une pénurie d’électricité, les gens vont travailler la nuit, par exemple, parfois quand il y a une pénurie d’électricité à la maison, ils vont dans un centre commercial qui a les lumières allumées [grâce aux groupes électrogènes]. Alors malheureusement, bien sûr, c’est devenu beaucoup plus difficile à cause des Russes qui bombardent les infrastructures énergétiques. Les gens doivent donc se rendre dans un espace où ils disposent de WiFi et d’Internet pour travailler, puis rentrer chez eux. Bien sûr, le problème est que c’est totalement imprévisible maintenant car nous avons eu une énorme attaque de missiles avant-hier [le mardi 15 novembre]. Donc, bien sûr, des logiciels peuvent être retardés, et ainsi de suite, parce qu’il y a juste tout d’un coup plus d’électricité ». Yuri Kozil arrive à rester positif malgré la situation en Ukraine, « ce problème dont nous avons parlé, à propos de l’infrastructure, de l’énergie et de l’internet, nous le gérons, nous nous adaptons. Nous avons des gens formidables et talentueux, mais nous aimerions vraiment obtenir plus de financements ».

Survivre à la guerre 

« Nous cherchons tout d’abord à montrer la force de l’Ukraine, à montrer que les entreprises continuent de fonctionner, même si être un entrepreneur en démarrage est difficile, en soi, et encore plus difficile en Ukraine à cause de la guerre, mais nos compatriotes continuent de se battre. Ils se battent dans l’armée sur la ligne de front. Et donc nos entreprises se battent pour leur survie, et notre organisation, Evolve se bat pour soutenir les entrepreneurs et pour présenter les entrepreneurs ukrainiens au monde », assure le dirigeant. « De notre point de vue, en tant qu’organisation non gouvernementale à but non lucratif, nous constatons que le soutien a été important, mais qu’il a surtout servi à soutenir le budget du gouvernement ukrainien. Mais pour nous, en tant qu’organisation, nous avons besoin de plus de partenaires, et de plus de projets à mener sur le terrain ». 300 à 500 start-ups seraient aujourd’hui déclarées en Ukraine, cette variation dans les chiffres est à mettre au compte des entreprises en sommeil pour cause de guerre.