- Chalôns-sur Saône piraté. On ne compte plus les agglomérations, conseils départementaux ou généraux ou encore les hôpitaux ciblés par les cybercriminels. Cette fois, c'est au tour de la ville et de l'agglomération de Chalon-sur-Saône et du Grand Chalon d'être victimes d'une attaque informatique. « Les liaisons numériques avec les services de nos collectivités sont actuellement indisponibles », a indiqué l'agglomération ce dimanche dans un billet sur Facebook. « Les sites Internet de la Ville et de l'Agglomération restent accessibles mais à ce stade les formulaires de services en ligne ne peuvent être traités compte tenu de la cyberattaque ». L'ANSSI a été saisie et une cellule de crise technique mise en place. 

- Atos s'empare de Profit4SF. Afin de renforcer son expertise dans les technologies Salesforce, Atos a mis la main sur Profit4SF. Désormais finalisée, cette opération permet à la SSII française de renforcer son équipe de consultants spécialisés au sein de sa « Practice Globale Salesforce » nouvellement créée. Fondée en 2013 à Utrecht, Profit4SF compte plus de 30 employés pour un total de plus de 160 certifications Salesforce maitrisées. « En combinant notre leadership et notre portefeuille complet avec la solide expérience de Profit4SF sur le marché des PME et sa base de clients aux Pays-Bas, nous allons apporter une valeur ajoutée immédiate à nos clients, partenaires et équipes », a déclaré Peter 't Jong, directeur des activités d'Atos aux Pays-Bas.

- L'Etat lance un label Expert Cybert. Face à la recrudescence des cyberattaques ciblant les collectivités, administrations et entreprises partout en France, l'Etat a dégainé un vaste plan ambitieux doté d'une enveloppe globale d'1 milliard d'euros. En parallèle, le dispositif étatique  cybermalveillance.gouv.fr annonce un label, Expert Cyber, afin d'améliorer la lisibilité de la qualité des prestations et services et la reconnaissance de l'expertise des prestataires en sécurité des systèmes d'information, téléphonie et sites Internet. Ce label ne remplace pas, plutôt complète, le référencement des offres déjà effectuées sur cybermalveillance.gouv.fr.