Dans un automne riche en sorties matérielles, les processeurs Raptor Lake de 13e génération d'Intel sont peut-être les plus brutaux du lot. Les fournisseurs de puces tirent aujourd'hui le maximum de leur architecture x86 respective pour les faire rugir pendant les tâches. Et, Intel se montre toujours très fort à ce petit jeu. Mais la performance n'est pas ce qui fait de Raptor Lake une architecture à la limite de la brutalité. Certes, la dernière-née d'Intel est impressionnante, comme le démontrent les capacités de traitement du Core i9-13900K haut de gamme. La façon dont il affiche les chiffres des tests de référence fait penser aux muscle cars américains bruyants et féroces des années 70. Non, c'est le moment de son arrivée qui pose problème. La lutte entre AMD et Intel pour la supériorité n'est plus une affaire de style et de scénario. Au lieu de cela, nous sommes passés à une lutte sans merci pour la domination du marché. Il y a quelques semaines, Intel a jeté une ombre sur le lancement des puces Ryzen 7000 d'AMD en annonçant les détails de sa 13e génération. Aujourd'hui, son processeur phare prend la tête sur plusieurs fronts, laissant à peine à AMD le temps de savourer le triomphe de son architecture Zen 4. 

Le dernier avantage d'Intel sur AMD est le résultat d'améliorations substantielles apportées à ses processeurs Alder Lake de 12e génération, qui n'étaient déjà pas en retrait à l’occasion de leur lancement. Construit sur le même procédé de gravure Intel7, Raptor Lake offre des vitesses d'horloge beaucoup plus élevées et davantage de cœurs. Il s'accompagne également d'une augmentation de la consommation électrique.

La gamme initiale comprend les Core i9-13900K à 680€ HT, les Core i7-13700K à 446€ HT et les Core i5-13600K à 365€ HT, ainsi que leurs homologues KF avec un circuit graphique désactivé. (Vous pouvez en savoir plus sur les plans complets de Raptor Lake et ses détails techniques dans notre aperçu de l'annonce initiale). Le modèle phare d’Intel, le13900K, coûte en fait moins cher que son rival AMD, le Ryzen 9 7950X à 690€ HT. Aux États-Unis, la différence est plus grande 589$ HT pour le premier et 699$ HT pour le second. (Crédit : Intel) 

Les tarifs en dollars (HT) des puces Ryzen 9 d'AMD. (Crédit : AMD)

La plateforme Raptor Lake (CPU et chipset Z690) a également l'avantage de proposer des options de carte mère et de mémoire (DDR5 et DDR4) plus nombreuses que la concurrence Ryzen 7000. Comme ces composants de la 13e génération sont une itération d'Alder Lake, ils utilisent le même socket LGA 1700, offrent le même nombre de voies PCIe 5 et PCIe 4 (16 et 4, respectivement), et prennent toujours en charge la mémoire DDR4. En conséquence, ils sont compatibles avec les cartes mères de la 12e génération (Alder Lake avec jeu de composants Z690). Pas besoin d'attendre la Z790 si vous avez repéré un meilleur choix (et moins cher) disponible dès maintenant. Vous pouvez également opter pour de la RAM DDR4 plus lente avec certaines cartes mères Intel si vous voulez économiser de l'argent, tandis que les cartes mères AM5 d'AMD - en vue d'une mise à niveau pluriannuelle du processeur - nécessitent de la DDR5.

En raison de sa lignée, certains commentateurs Internet peuvent considérer Raptor Lake comme un simple rafraîchissement non planifié, destiné à maintenir la prééminence d'Intel. Mais ne vous y trompez pas : il ne s'agit pas d'une mise à jour mineure. Les affirmations d'Intel avant le lancement, à savoir une augmentation de 15 % des performances en mode monofil et jusqu'à 41 % en mode multi-fil par rapport à Alder Lake 12e génération, ne sont pas loin de la vérité.

Performances du Intel Core i9-13900K

Pour ce test très particulier, nous allons nous pencher sur les puces phares d'Intel et d'AMD, passées et présentes. Le combat oppose principalement le Core i9-13900K d'Intel, 24 cœurs et 32 threads, et le Ryzen 9 7950X d'AMD, 16 cœurs et 32 threads, bien sûr. Mais il est également utile de voir comment ils se comparent à la génération précédente de Core i9-12900K à 16 cœurs et 24 threads et de Ryzen 9 5950X à 16 cœurs et 32 threads. Ces résultats sont particulièrement importants lorsqu'il s'agit de comparer les offres d'Intel et d'AMD. En raison de l'architecture hybride d'Intel, qui combine des cœurs à faible consommation d'énergie et d’autres à haut rendement, vous ne pouvez pas comparer directement le nombre de cœurs d'Intel à celui d'AMD. Il faut examiner les chiffres pour se faire une idée des différences de performances, en particulier dans les applications que vous utiliserez le plus. En général, les Core i9-13900K et 7950X affichent des scores incroyablement élevés et dépassent facilement leurs prédécesseurs. Mais chacun d'eux a une longueur d'avance dans différents domaines, et si vous envisagez d'utiliser cette puce pour des charges de travail importantes, le Ryzen 7000 pourrait être le meilleur choix.

Production

Nous commencerons par la principale raison d'acheter un Core i9-13900K : les tâches multithreadées qui mettent à contribution toutes les ressources du processeur.

En regardant la mise à l'échelle brute des performances multithread dans le benchmark de rendu R23 de Cinebench, vous pouvez voir les gains énormes du Core i9-13900K par rapport au 12900K. En conséquence, comme on pouvait s'y attendre, le 13900K laisse son prédécesseur loin derrière en matière de rendu et d'encodage. Sur l'ensemble de nos benchmarks, il a dépassé le 12900K, allant même au-delà des premières déclarations d'Intel qui promettait une amélioration de 41 %. Notre meilleur résultat a été une amélioration de 48 % dans V-Ray.

Pour les benchmarks mesurés en temps (secondes), les barres les plus courtes sont les meilleures. Sinon, des barres plus longues indiquent une meilleure performance. 

Ces gains de performance permettent au 13900K de lutter à armes égales avec le 7950X. Dans certaines applications, comme Cinebench, Intel prend la tête du classement. Dans d'autres applications, comme Blender et V-Ray, le 7950X s'accroche toujours à la première place. Et les deux puces se maintiennent confortablement lorsqu'elles ne sont pas en première position.

Pour les benchmarks mesurés en temps (secondes), les barres les plus courtes sont les meilleures. Sinon, des barres plus longues indiquent une meilleure performance. 

Mais c'est Intel qui l'emporte globalement dans cette bataille, grâce à une meilleure intégration avec des logiciels populaires comme Adobe Creative Suite et à son avance en matière de performances mono et légèrement threadées. D'un point de vue pragmatique, si vous êtes un créateur de contenu qui ne regarde que les chiffres et ne tient pas compte des facteurs extérieurs, les scores d'Intel s'équilibrent pour former une image plus attrayante. Le 13900K offre jusqu'à 25 % de performances en plus dans Adobe Premiere, car Premiere peut s'appuyer sur les graphiques intégrés de la puce pour accélérer des tâches comme le montage. Jusqu'à ce qu'AMD puisse obtenir un support similaire pour les graphiques intégrés du Ryzen 7000, l'avantage réel va à Intel. 

Tout le monde n'utilise pas les mêmes applications, bien sûr. Le 7950X n'est pas complètement à l'écart - en utilisant à nouveau Premiere comme exemple, l'écart de performance est d'à peine 2 % lorsque l'on examine uniquement les performances brutes. Si vous avez opté pour Davinci Resolve ou si vous avez une charge de travail qui implique d'énormes séries de chiffres dans Excel, vous ne verrez peut-être pas une grande différence entre Intel et AMD. Ces deux puces se tiennent mutuellement en haleine, les écarts de performances étant souvent de l'ordre de pourcentages à un chiffre. 

Jeux vidéo

Les performances supérieures en matière de jeu sont plus un combat de coqs qu'une préoccupation majeure pour des puces comme le 13900K, mais avec les rumeurs de pré-lancement sur Internet selon lesquelles Intel revendique jusqu'à 11 % de performances en plus dans les jeux, cela vaut le coup de jeter un œil.

 

Des barres plus longues indiquent une meilleure performance. 

Le Core i9-13900K atteint ce chiffre de 11 % (et le dépasse même) dans l'un de nos benchmarks, Ashes of the Singularity. Mais dans les autres, la différence est bien plus faible et, plus important encore, lorsque vous regardez les chiffres eux-mêmes, l'écart n'est souvent que de quelques images par seconde à des fréquences d'images déjà élevées. Pourquoi cet écart ? Très probablement, des différences dans les critères de test. Les évaluateurs peuvent choisir d'isoler les performances du processeur lors de l'évaluation comparative en choisissant une résolution ou des paramètres graphiques inférieurs. Ces paramètres réduisent la pression exercée sur la carte graphique, de sorte que la charge de travail revient à l'unité centrale. Cette approche permet de déterminer qui possède l'architecture la plus performante. 

Cependant, ces conditions de test sont parfois assez éloignées des scénarios du monde réel. Il est donc préférable de tester à une résolution plus standard (1080p est actuellement la plus populaire) et d'augmenter les paramètres graphiques à des niveaux qui plaisent à un plus grand nombre de personnes. Dans de nombreux PC de jeu, la carte graphique est le facteur contraignant, et non le CPU.  Nos benchmarks de jeu reflètent cette dernière approche, ce qui explique pourquoi la différence de performance semble relativement faible. Mais quelles que soient les critiques que vous lisez et les données que vous voyez, l'essentiel ici est que vous ne bénéficiez pas d'une augmentation majeure d'une génération à l'autre, et que les 13900K et 7950X sont tous deux excellents. Cependant, le Core i9-13900K a davantage le droit de se pavaner dans la basse-cour. Il s'agit en effet de la puce de jeu la plus rapide au monde. 

Consommation d'énergie

Il y a quelques années à peine, la consommation électrique n'était pas un sujet brûlant lors de l'évaluation des processeurs. Mais les puces d'aujourd'hui cherchent à battre des records de performance sans se soucier de la consommation d'énergie. Plus de carburant pour plus de puissance de feu, au moment même où les coûts énergétiques augmentent ou s'envolent. Intel a commencé à suivre cette voie avec la 12e génération Alder Lake, et la puissance nominale de la 13e génération Raptor Lake n'a fait qu'augmenter. Le 12900K a une puissance turbo maximale (ou TDP) de 241W, tandis que le Core i9-13900K est à 253W.

 Des barres plus longues indiquent une meilleure performance.

La bonne nouvelle est qu'Intel tire un maximum de chaque watt. Même si vous limitez considérablement la puissance du 13900K - comme vous pourriez le faire dans le but de réduire sa consommation d'énergie - il peut toujours avoir les mêmes performances que le 12900K à sa pleine puissance de 241W. C'est très intéressant.

 

Quant à la consommation d'énergie, c'est un peu plus compliqué. Nous couvrirons plus de détails dans un article ultérieur, mais sachez simplement que le gagnant sur ce point dépend du scénario. Parfois, le 13900K est la meilleure puce pour limiter la consommation d’électricité, comme lorsque les limites de puissance sont abaissées. Mais dans les scénarios de base, lorsque les deux puces sont à plein régime, les paramètres sur lesquels la plupart des gens comptent, le Ryzen 9 7950X d'AMD vous permettra d'économiser sur vos factures mensuelles.

Dans l'ensemble, sachez que le Core i9-13900K peut battre le 7950X dans les tests de performance, mais que vous dépenserez un peu plus d'électricité pour ce privilège.

Dernières réflexions

Les achats dans le haut de gamme sont assez simples pour le moment. Quant au milieu de gamme... nous y reviendrons bientôt. (Crédit Adam Patrick Murray / IDG)

Le rythme des nouvelles technologies s'est ralenti depuis qu'une pandémie a enveloppé la terre. Aujourd'hui, toutes les entreprises se lancent dans une nouvelle génération en même temps. Depuis le début de l'automne, on assiste à une vague de lancements de processeurs et de GPU, et ces puces sont plus perfectionnées qu'auparavant. Avec le dur virage des architectures qui mettent vraiment la pédale au plancher (et au diable les coûts énergétiques), vous devez généralement prendre en compte plus que les simples chiffres de performance lorsque vous achetez un processeur.

Cela dit, une puce haut de gamme comme le Core i9-13900K est en fait une puce facile à choisir. Elle évoque davantage les muscle cars et autres GTI d'autrefois que n'importe quelle autre sortie récente de PC (à l'exception peut-être de la GeForce RTX 4090 de Nvidia). Si vous passez la plupart de votre temps dans des programmes populaires comme Adobe Premiere ou dans des jeux et que vous voulez absolument les fréquences les plus rapides possibles (que la puissance soit damnée, que les performances soient louées), c'est le vainqueur incontesté. Et si vous pouvez attendre un peu plus longtemps, Intel explique qu'il sortira une quantité limitée de processeurs Raptor Lake capables de franchir le seuil de 6 GHz.

Ces développements sont une mauvaise nouvelle pour AMD, qui aurait dû être capable de rester tranquille avec le 7950X pendant plus longtemps. Mais aussi cruel que cela puisse être pour les concepteurs de puces chez AMD, cela n’a pas de grande importance au quotidien. La puce Ryzen phare est toujours une excellente option, surtout si vos besoins se situent en dehors des paramètres qui rendent le CPU Raptor Lake de 13e génération d'Intel si attrayant. (Et si vous voulez de futures options de mise à niveau du CPU, la gamme actuelle de cartes mères d'Intel est probablement dans une impasse, alors que l'AM5 d'AMD ne fait que démarrer sa durée de vie). Après deux années de pénurie, le matériel de qualité est en train de revenir sur les rayons, ce qui signifie que les consommateurs sont gagnants dans tous les cas.

 

N.B. Tous les benchmarks de ce test ont été réalisés par Gordon Mah Ung, journaliste chez PCWorld, groupe IDG auquel le Monde Informatique est historiquement affilié.