Advertisement
Créé par des chercheurs israéliens, le malware Fansmitter exploite les ondes sonores du ventilateur d'un PC pour transférer des données.

L'Image du jour

Créé par des chercheurs israéliens, le malware Fansmitter exploite les ondes sonores du ventilateur d'un PC pour transférer des données.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

5 signes que votre start-up va dans le mur

A certains signes avant-coureur, les créateurs de start-ups peuvent s'apercevoir qu'ils ont engagé leur barque dans une direction qui peut lui être fatale. (crédit : Pixabay/Geralt)

A certains signes avant-coureur, les créateurs de start-ups peuvent s'apercevoir qu'ils ont engagé leur barque dans une direction qui peut lui être fatale. (crédit : Pixabay/Geralt)

Les fondateurs de start-ups ayant finalement dû jeter l'éponge, quelquefois après un démarrage en flèche et plusieurs années de succès, ont appris de leurs mésaventures des leçons pouvant être fort instructives pour ceux qui cherchent à percer, à se développer et à durer. Leurs constats ont été récapitulés par CB Insights. Ils permettront peut-être à d'autres entrepreneurs de déceler à certains indices qu'ils sont partis sur une mauvaise voie, ainsi que l'ont exposé en détail nos confrères d'Infoworld.

Créer et faire grandir une start-up est une entreprise aventureuse. Pour chaque Criteo, Uber ou Nimble Storage, il y a des centaines de sociétés apparemment brillantes qui sont entrées en fanfare dans le paysage technologique pour en disparaître sans échos quelques mois plus tard. On entend moins souvent parler de ces échecs que des succès et c’est bien dommage parce qu’il y a de grands enseignements à tirer de ceux qui ont essayé et trébuché. Heureusement, CB Insights, qui alimente une base de données sur les investissements en capital risque, a compilé les emails, billets de blog et interviews partagés par les fondateurs de start-ups au cours des dernières années. Nos confrères d’Infoworld en ont extrait les grandes lignes, instructives.

En mettant de côté les regrets, auto-critiques ou griefs rejetant la faute sur tel ou tel, ces chroniques font apparaître quelques thèmes assez révélateurs, en dehors des problèmes déjà identifiés, liés aux difficultés de financement ou au rejet pur et simple par les consommateurs des services et produits qui leur sont proposés. Des créateurs de jeunes pousses pourront y reconnaître des indices correspondant à leur propre situation. Et, partant du fait que certains projets informatiques sont quelquefois organisés comme des start-ups, on pourra aussi en tirer quelques leçons pour éviter de conduire son chantier IT dans le mur.

Comment éviter de tirer le rideau sur son fonds de commerce. (crédit : Pixabay/Geralt)

Signe n°1 : Vous n’avez pas de focus fort et cohérent

Si votre start-up n’a pas de focus fort, ou si celui-ci est sans cesse modifié ou étendu, il faut peut-être commencer à s’inquiéter. C’est une leçon que de nombreux fondateurs ont appris à leurs dépens. « Nous essayions de faire tout pour tout le monde », écrit ainsi Yash Kotak, le fondateur de la société Lumos, dans un billet intitulé « 5 raisons pour lesquelles ma start-up IoT a échoué », publié en juin 2015 sur le site de partage d’idées Medium. « Nous fabriquions des commutateurs pour automatiser les lumières, les ventilateurs et les chauffe-eau. Nous voulions automatiser votre téléviseur, votre réfrigérateur, votre four, tout autant que votre voiture si c’était possible ». Le problème, ajoute-t-il, ce n’est pas que cela soit fondamentalement mauvais d’attaquer les choses sous plusieurs angles. Mais, bien souvent, on ne peut utiliser ses ressources que de façon réduite avant de pouvoir conforter l’ensemble, et c’est à ce moment-là que quelque chose dérape. « Les ressources étant limitées, il est préférable d'identifier et de résoudre très bien un seul problème plutôt que de rester dans l’à-peu-près sur plusieurs points », reconnaît Yash Kotak. Ça vous rappelle quelque chose ? 

Thor Fridriksson a rencontré les mêmes écueils dans sa défunte start-up Pumodo qui développait des apps pour les amateurs de sport. Il se souvient qu’après s'être empêtrés dans la « hype machine » et son battage médiatique, lui et son équipe ont commis l’erreur d’être médiocres sur un tas de choses au lieu d’être exceptionnellement bons sur une seule. « Notre business plan changeait chaque semaine », écrit-il sur le site de microblogging Tumblr. « Nous avions commencé par nous axer sur le football avant de devenir une app traitant de tous les sports ». Le mantra de Pumodo était alors « Think bigger », selon T.Fridriksson.

« Des idées, on peut en avoir 13 à la douzaine. Ce qui fait la différence, c’est l’exécution », confirme dans un post sur Crunch Network Jeanette Cajide, fondatrice de l’app mobile Blurtt arrêtée en 2014. Elle aurait pourtant dû le savoir. Sa start-up est passée par quatre modèles économiques différents afin de se résoudre à jeter l’éponge. C’est justement l’un des autres signes avertissant que quelque chose cloche.

Signe n°2 : Votre vision s’est emballée

Au départ, Blurtt permettait de créer pour 2 dollars une vraie carte postale personnalisée à partir de son téléphone et de l’envoyer à son destinataire par la poste. Un an plus tard, le modèle s’est transformé en un service gratuit qui comportait des publicités imprimées au dos de la carte. L’année suivante, nouveau virage. La start-up s’est muée en « plateforme mobile de micro-cadeaux et cartes de vœux ». Peu après, elle écarte cette idée et essaie de convaincre les utilisateurs de télécharger son app pour créer des images légendées. « A la fin, la passion et la magie avaient été perdues », admet Jeanette Cajide. « Il faut se rappeler pourquoi on a démarré à l’origine et ne jamais le perdre de vue », parce que quand on commence à ne plus aimer le faire, il faut arrêter, estime-t-elle.

C’est un peu ce qui s’est passé avec Secret, cet outil qui permettait de partager des messages de façon anonyme. Pendant quelques minutes en 2014, il a fait fureur parmi les utilisateurs initiés de la Silicon Valley. Sans compter que la start-up qui le développait ne manquait pas d’argent, loin de là. A son apogée, elle était valorisée plus de 100 millions de dollars. Mais cela ne suffit pas toujours pour faire avancer la machine. Après avoir dû se dépêtrer avec les plaintes pour harcèlement et la diffusion de rumeurs sans fondements (que pouvait donc engendrer d’autres le partage de messages anonymes ?) et, dans le même temps, connu une baisse d’utilisation, la start-up a fermé son service et rendu l’argent à ses investisseurs, après seulement 16 mois d’existence sur le marché.

Entre temps, Secret avait évolué plusieurs fois, modifiant son design et sa philosophie pour essayer d’apporter une réponse satisfaisante aux plaintes reçues et essayer de contenter tout le monde. A la fin, son co-fondateur David Byttow a déclaré que la start-up ne correspondait plus à la société qu’il avait commencé à bâtir. « Secret ne représente pas la vision que j’ai eue quand j’ai démarré », écrit-il sur Medium le 29 avril 2015, en expliquant que, de ce fait, fermer l’entreprise était la meilleure décision à prendre « pour moi, nos investisseurs et notre équipe ».

Une perte de la vision d’origine fut aussi la raison invoquée pour l’effondrement de ProtoExchange, une marketplace d’outsourcing dans le domaine de l’ingénierie matérielle, ainsi que pour l’arrêt de Digital Royalty, une start-up investie dans les stratégies liées aux médias sociaux. Cette dernière a subi des modifications considérables dans les mois qui ont précédé sa fermeture. « Certains de ces changements se sont faits sous notre contrôle, d’autres non », relate sa fondatrice Amy Jo sur le site de la société. « Pour respecter nos valeurs fondamentales, qui ont été l’épicentre de notre culture, nous avons décidé de raccroché notre couronne », écrit-elle en faisant référence au nom de la société, Digital Royalty.

Signe n°3 : Vous n’êtes pas prêts pour le succès

Quelques start-ups ont des idées géniales, mais elles manquent de ressources ou de savoir-faire pour les mettre en œuvre. Cette dangereuse combinaison ne crée pas exactement les fondations nécessaires à un succès durable. Ainsi en est-il allé pour UDsign, la start-up de Martin Erlić, qui est passée en l’espace d’un an du nouveau concept prometteur à la société bonne pour la casse. L’idée paraissait pourtant solide : l’app UDesign devait permettre de créer simplement ses propres motifs à appliquer sur un vêtement personnalisé. Cela semble plutôt intéressant, non ? Mais au lieu de recruter des développeurs expérimentés, Martin Erlić et ses associés ont décidé d’improviser et de faire eux-mêmes le boulot. « Ce qui est arrivé, c’est que nous avons dépensé en marketing tout ce que nous aurions pu consacrer à peaufiner le produit », explique-t-il sur Medium. « Nous avons cru pouvoir faire passer les choses comme ça au départ et les rattraper plus tard. C’était une erreur ». Du tape-à-l’œil sans fonctions, c’est une très vieille histoire qu’Attila Szigeti, fondateur de la start-up Rate My Speech, a également vécue. « Nous n’avions qu’une ébauche grossière de prototype, sans aucun produit qui soit vraiment intéressant à présenter, et nous n’avons pas pu attirer suffisamment de monde », se souvient-il, lui aussi dans un post publié sur Medium en juin dernier.

Certaines start-ups ne vont même pas aussi loin. Wattage, l’ancienne société de Jeremy Bell, devait permettre à tout un chacun de faire fabriquer un gadget en quelques jours à partir d’une idée dessinée en ligne à l’aide d’un outil de création. Ce dernier proposait différents composants de type drag&drop : boutons, capteurs, haut-parleur, affichage, etc. Mais, là encore, il manquait à ce concept les jambes pour le faire tenir debout. « Quand j’examine les différents prototypes que nous avons créés, la qualité n’y était tout simplement pas », admet Jeremy Bell en mai 2015. « Nous faisions grand usage de la découpe au laser, ce qui nous permettait de produire des objets proches de la vision que nous avions, mais cela ne suffisait pas. Ce dont nous avions vraiment besoin, c’était une sorte d’hybride entre la découpe laser et l’impression 3D. Mais, malheureusement, l’impression 3D était encore bien trop lente et chère pour pouvoir être utilisée de façon réaliste. » Et il se trouve que le manque de réalisme reste un assez gros obstacle à surmonter.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 13/01/2016 à 16h18 par newsoftpclab (Membre) :

Cela donne envie de créer sa starup!

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
10 Mai 1993 n°544
Publicité
Publicité
Publicité