Advertisement
Avec son processeur S7, Oracle assure baisser le coût de ses systèmes Sparc accessibles sous forme de service de compute dans son cloud.

L'Image du jour

Avec son processeur S7, Oracle assure baisser le coût de ses systèmes Sparc accessibles sous forme de service de compute dans son cloud.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

8,7 millions d'euros de redressement fiscal infligés à Microsoft France

Le fisc français soupçonnait Microsoft France d'avoir délocalisé des factures de services réalisés dans l'Hexagone. (Crédit D.R.)

Le fisc français soupçonnait Microsoft France d'avoir délocalisé des factures de services réalisés dans l'Hexagone. (Crédit D.R.)

Soupçonnée de fraude fiscale, la filiale française de Microsoft aurait accepté de régler un redressement de 8,7 millions d'euros pour les années 2003/2004.

Selon notre confrère Emmanuel Paquette de l’Express, Microsoft France aurait réglé 8,7 millions d’euros au fisc français au titre de l’impôt sur les sociétés des années 2003/2004. Un accord a été conclu entre la filiale française de l’éditeur américain et le Trésor Public qui stipule « toute procédure contentieuse en cours ou ultérieure » doit être abandonnée par Microsoft. Le fisc français réclamait 52 M€ en février 2013.

Depuis plusieurs années, Microsoft France était soupçonné de fraude fiscale, notamment pour la facturation de  services réalisés dans l'Hexagone par le biais de sociétés étrangères -  américaines et irlandaises - afin d'échapper à l'impôt sur les sociétés (33,3 % en France contre 0 % dans les États de Washington ou du Nevada, et 12,5 % en Irlande). Ces manoeuvres auraient permis à Microsoft d'échapper à cette taxe et de réaliser également des économies sur la TVA.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
25 Avril 1988 n°321
Publicité
Publicité
Publicité