Advertisement
Pour développer des voitures autonomes capables de communiquer entre elles, Audi, BMW et Daimler ont fondé la 5G Automotive Association avec le concours de partenaires IT.

L'Image du jour

Pour développer des voitures autonomes capables de communiquer entre elles, Audi, BMW et Daimler ont fondé la 5G Automotive Association avec le concou...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Des utilisateurs pro réclament le retour des Blackberry

60% des salariés d’une grande entreprise d'investissement new-yorkaise ont réclamé le retour des smartphones Blackberry. (crédit : D.R.)

60% des salariés d’une grande entreprise d'investissement new-yorkaise ont réclamé le retour des smartphones Blackberry. (crédit : D.R.)

Révolte dans le Byod : des utilisateurs d'une grande entreprise new-yorkaise se plaignent de ne pas pouvoir accéder sur leur smartphone à des fonctions simples via les MDM. Ils n'acceptent pas non plus que leurs données privées soient aussi mal protégées de la curiosité de l'administrateur informatique.

Situation étrange dans une grande entreprise d'investissement new-yorkaise très connue : agacés par les problèmes de performance et de protection de la vie privée de leur terminal mobile, de nombreux salariés se révoltent contre la solution Bring Your Own Device (Byod) choisie par l'entreprise, et réclament à leur employeur de revenir au bon vieux Blackberry. « C'est un cauchemar », a déclaré un responsable informatique qui a demandé l'anonymat. Celui-ci raconte qu'il a essayé quatre produits dédiés à la gestion des terminaux mobiles (MDM) et, quelle que soit la solution, il a eu des problèmes importants. « Des insuffisances dans l'architecture rendent les déploiements difficiles », a-t-il déclaré. L'une des solutions MDM affichait un impressionnant système conteneurisé, mais aucune possibilité pour envoyer des notifications push par mails. Une autre empêchait les vendeurs d'envoyer un courriel à l'intérieur de l'application Salesforce ou d'ouvrir un fichier PDF avec GoodReader.

« L'échec de ces solutions tient à de petites choses insupportables pour les utilisateurs », a encore déclaré le responsable informatique. « Nous sommes une entreprise d'investissement qui emploie plusieurs centaines de personnes. Toutes sont très intelligentes, toutes sont très importantes, et il est très difficile de les satisfaire », reconnaît-il aussi. Et puis, il y a ce problème d'autonomie des batteries, car le MDM épuise l'énergie des téléphones et des tablettes. Certaines applications vident la batterie en quelques heures. « L'une des solutions MDM faisait des requêtes permanentes au serveur comme dans une attaque par déni de service et vidait la batterie des terminaux Android. Il a donc fallu la supprimer », raconte encore le responsable IT.

L'enjeu de la confidentialité des données privées

Mais le plus grand défi du Byod se joue sur la confidentialité des données privées, ou plutôt l'absence de confidentialité. Afin de protéger les données de l'entreprise, la DSI a dû adopter des politiques qui privilégient les droits de l'entreprise, contrariant quelque peu les attentes des salariés. Le service informatique a également limité l'utilisation de certaines applications comme la messagerie instantanée, car toutes les communications entre les employés et les clients doivent être conservées et l'historique des messages textes n'est pas facile à récupérer. En outre, une seule solution MDM était capable d'informer le salarié que l'administrateur IT activait les services de localisation ou qu'il faisait l'inventaire des applications sur son terminal. L'employé pouvait voir ce qui se passait mais ne pouvait pas refuser l'accessibilité.

Avec les solutions d'autres fournisseurs, l'administrateur informatique pouvait agir à l'insu de l'utilisateur. « Ce genre de situations rend les relations parfois difficiles entre l'IT et les utilisateurs », explique le responsable informatique. « Nous sommes devenus Big Brother. Tout le monde était convaincu que tout était fait pour surveiller les salariés. En réalité, il ne s'agissait que de protection des données ». Les salariés ne veulent pas que l'entreprise puisse les localiser quand ils sont en déplacement, en particulier pendant les voyages internationaux, et ils ont pris leurs propres mesures. Beaucoup emportent deux smartphones, un personnel et un professionnel, et quand ils sortent, ils laissent le téléphone de l'entreprise à la maison ou dans la chambre d'hôtel. « Environ 60 % de nos salariés nous ont demandé de revenir au Blackberry, quitte à avoir deux appareils », explique le responsable informatique. « Nous avons été très surpris par les réactions suscitées par la question de la confidentialité ». Beaucoup de cadres sont ainsi attachés au clavier de leur Blackberry ce que le constructeur dans la tourmente semble avoir compris avec la sortie prochaine du classic. Attendu en novembre prochain, avec le Passeport et les successeurs des Z10 et Z30, le terminal Q20 (voir illustration principale) reprend en effet le design démodé des bons vieux modèles de Rim. Mais avec un écran tactile de 3,5 pouces et un OS un peu plus moderne.

Quand l'iPhone devient un outil d'espionnage

Avec le recul, le responsable de l'informatique comprend mieux l'émotion autour de la confidentialité des données privées. Le problème tient au fait que les iPhone sont des terminaux conçus à l'origine pour le grand public. « L'iPhone a été pensé pour l'utilisateur et pas pour l'administrateur IT. Alors, quand un administrateur entre dans un terminal, il a accès à tout. « On peut vraiment accéder à un grand nombre de fonctions sur les terminaux d'Apple, par exemple activer l'appareil photo ou le microphone et écouter les conversations. C'est parfois même assez inquiétant », raconte le responsable informatique.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
10 Avril 1998 n°761
Publicité
Publicité