3 Français figurent parmi les 53 scientifiques (quelques-uns ci-dessus) nommés ACM Fellows 2016 par l'Association for Computing Machinery.

L'Image du jour

3 Français figurent parmi les 53 scientifiques (quelques-uns ci-dessus) nommés ACM Fellows 2016 par l'Association for Computing Machinery.

Les 10 tendances technologiques en 2017

Dernier Dossier

Les 10 tendances technologiques en 2017

Comme chaque année, la rédaction du Monde Informatique a établi une liste des 10 tendances technologiques à venir ou qui vont se poursuivre en 2017....

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

Fondation Linux : discrète mise à l'écart des administrateurs indépendants

Karen Sander, de la Software Freedom Conservancy, ne pourra pas rejoindre la Fondation, Linux suite à une modification des statuts. (Crédit D.R.).

Karen Sander, de la Software Freedom Conservancy, ne pourra pas rejoindre la Fondation, Linux suite à une modification des statuts. (Crédit D.R.).

Les nouveaux statuts de la Fondation Linux, en vigueur depuis le 15 janvier dernier, suppriment - discrètement - la possibilité d'élire deux personnes indépendantes, en général issues de la communauté Linux, au conseil d'administration. Et les « membres Individuels » deviennent des « supporteurs individuels ».

Révolution de palais au sein de la puissante Fondation Linux. Les derniers statuts adoptés le 15 janvier par l’organisation suppriment la disposition qui permettait aux membres Individuels d’élire deux personnes indépendantes au conseil d'administration. Cela signifie que, désormais, tous les membres du conseil d’administration de l'une des plus importantes organisations du monde open source seront présentés par des fournisseurs. Parmi les membres corporatifs figure l’éditeur VMware, actuellement poursuivi en Allemagne dans une affaire de licence impliquant la Software Freedom Conservancy (SFC). Cette organisation à but non lucratif offre des services juridiques au secteur du logiciel libre et aux projets open source. Or, en septembre, la directrice exécutive de la SFC, Karen Sandler, a annoncé publiquement son intention de briguer l’un des sièges individuels pour entrer au conseil d'administration de la Fondation. Ce discret changement de politique a été récemment dénoncé dans un blog par l’éminent défenseur de l’open source, Matthew Garrett, lui-même membre de la Free Software Foundation (FSF). Celui-ci remarque également que les « membres Individuels » ne figurent plus dans les nouveaux statuts et qu’ils ont été remplacés par des « supporteurs individuels ».

Cependant, Karen Sandler refuse de faire un lien direct entre sa candidature et la suppression de ces deux sièges jusque-là réservés à la communauté Linux. Elle a déclaré à notre confrère Network World que la fondation avait toujours annoncé la couleur clairement, à savoir que le contrôle du conseil d'administration était dévolu aux bailleurs de fonds. « Malgré ces deux sièges, la présence de la communauté était très minoritaire au sein du conseil d’administration de la Fondation. Et, même si, en théorie, les membres Individuels pouvaient, par exemple, réunir leur fond pour acheter un siège Platinum (dont l’abonnement coûte 500 000 dollars par an), cette modification des statuts ne change pas grand-chose d’un point de vue technique. Sauf, peut-être, que cette présence permettait d’aborder des sujets contestés au niveau du conseil d'administration », a-t-elle déclaré par courriel. « Sans ces sièges jusque-là réservés à la communauté, on peut se demander si le conseil d’administration aura toujours la perspicacité nécessaire pour aborder certaines questions ».

Les bailleurs font la loi à la Fondation

La directrice exécutive a été beaucoup moins conciliante sur le financement de la Software Freedom Conservancy, auquel contribuait encore récemment la Fondation Linux. « La SFC a conservé certains bailleurs, mais après les actions menées par l’association contre VMware, certaines sources se sont taries ». Karen Sandler espère que des donateurs individuels prendront la relève des entreprises qui ont retiré leurs contributions. « Cette dépendance vis-à-vis des entreprises pousse souvent certaines organisations à but non lucratif à éviter d’aborder des questions importantes au motif qu’elles n’ont pas l’approbation des bailleurs de fonds », a-t-elle encore écrit. « Nous refusons de nous détourner de ces questions. Si nécessaire, nous mettrons un terme à l’activité de l'organisation, car notre action ne peut se soumettre aux caprices des entreprises ». La Fondation Linux n'a pas répondu à une demande de commentaire.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 26/01/2016 à 15h04 par Visiteur7852 :

Assez grave pour être souligné, merci pour l'info

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
12 Avril 1996 n°673
Publicité
Publicité