Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

L'Image du jour

Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
2
Réagissez Imprimer Envoyer

L'incubateur de Boucicaut cherche des start-ups en phase de décollage

L’incubateur Boucicaut va accueillir des start-up dans les domaines de la e-santé, de la ville de demain et du design, ainsi que dans le cadre de deux programmes « industriels » avec la SNCF et Alcatel One Touch. (crédit : AUA Paul Chemetov)

L’incubateur Boucicaut va accueillir des start-up dans les domaines de la e-santé, de la ville de demain et du design, ainsi que dans le cadre de deux programmes « industriels » avec la SNCF et Alcatel One Touch. (crédit : AUA Paul Chemetov)

Plus de 90 candidatures ont été reçues par Paris Incubateurs pour le site de Boucicaut qui doit ouvrir en janvier autour de cinq programmes d'incubation. La plupart concernent des start-ups en phase d'amorçage. L'appel se poursuit, le site visant principalement des entreprises en phase de décollage. 

Paris Incubateurs recherche toujours des projets pour le site de Boucicaut qui doit ouvrir en janvier prochain dans le 15ème arrondissement. Les locaux qui s'étendent sur 6 000 m2 vont accueillir cinq programmes d'incubation. Trois portent sur les thématiques de la e-santé, de la ville de demain ou du design, les deux autres sont mis en oeuvre avec un partenaire industriel, « Voyageur connecté » avec la SNCF et « Mobile Technologies » avec Alcatel One Touch (*).

L'appel à candidatures de start-ups, lancé au milieu de l'été, a réuni 94 dossiers à sa clôture fin septembre. Mais un 2ème appel court toujours car la plupart des réponses reçues à ce jour concernent des projets en phase d'amorçage. Or, l'incubateur de Boucicaut a plutôt été pensé pour accueillir des start-ups de deux à trois ans, plus avancées dans leur développement, ayant souvent déjà réalisé une première levée de fonds, et se trouvant alors en période de recrutement et à la recherche de locaux plus grands. « Ce site a été imaginé en réponse à une forte demande émanant, au fil de l'eau, de projets en phase de décollage », explique Nicolas Bellego, chef de projet au sein de Paris Incubateurs. 

Des lots de 25 à 100 m2

Une première sélection sur les dossiers reçus lors du 1er appel à candidatures s'opère néanmoins en ce moment et des réponses seront fournies dans la semaine. Certains projets en amorçage se révélant intéressants pourront par exemple être réorientés vers les programmes d'amorçage existants, notamment vers Créanova, l'un des autres sites de Paris Incubateurs. Le site de Boucicaut doit accueillir entre 5 à 10 projets par programme d'incubation, en fonction de la place attribuée à chacun. Si des surfaces de 25 à 50 m2 sont proposées, une grande majorité des lots s'étendent sur 60 à 100 m2. 

« Nous avons besoin de locaux pour les jeunes entreprises en phase de décollage », confirme Nicolas Bellego. « Il y a de nombreux projets et il existe déjà une offre très large sur l'incubation d'amorçage à Paris, que nous souhaitons maintenir, mais lorsque les entreprises recrutent et grandissent, il faut pouvoir leur proposer des locaux adaptés à leur situation ».

Des initiatives d'incubation privées et publiques

L'objectif de Paris Incubateurs, qui crée et gère des programmes d'incubation soutenus par la Ville de Paris, est de mettre à la disposition des start-ups parisiennes des infrastructures avec des dispositifs correspondant à leurs besoins pour qu'elles restent dans la Capitale. Cette activité du Laboratoire Paris Région Innovation suit actuellement douze programmes à Paris, souvent thématiques, tel que Cleantech, dans le 18ème, ou encore, sur les jeux vidéos.

Il y a par ailleurs à Paris d'autres initiatives, privées ou publiques, de différentes natures, par exemple des accélérateurs accompagnant de jeunes projets en création pendant trois à six mois, comme le fait le Camping. « Très souvent, ces projets débouchent sur la création d'entreprises qui recherchent des locaux. Elles s'intéressent alors à l'incubation, lorsqu'elles sont en phase d'amorçage, ou de décollage ». Parmi les incubateurs consacrés à l'amorçage, on trouve par exemple celui de Telecom ParisTech ou Agoranov. Parmi les chantiers à l'étude figure aussi celui de la Halle Freyssinet, dans le 13ème, parrainé par Xavier Niel, le patron du groupe Iliad-Free. 

(*) L'appel à candidatures est ouvert jusqu'au 31 octobre 2013 pour le programme « Voyageur connecté » et jusqu'au 18 novembre pour le programme « Mobile Technologies ».



En savoir plus :

- sur l'incubateur Boucicaut
- sur les appels à candidatures (e-santé, ville de demain, design, Mobile Technologies, Voyageur connecté)                                                                                  

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE2

le 30/10/2013 à 10h11 par Visiteur3200 :

J'ai bien peur que le visiteur 3195 n'ait raison !!!

Signaler un abus

le 30/10/2013 à 07h02 par Visiteur3195 :

ça a tout l'air d'un incubateur qui n'incube pas ...
Une entreprise qui a deux à trois ans à déjà passé pas mal d'obstacles, ... et risque fort de nécessiter bien plus que 100m2, et surtout n'a plus besoin de ce genre d'accompagnement.
En réalité les incubateurs "mezzanine" sont des opérations purement immobilières sans grand intérêts, mais qui pompent de l'argent public parce que "incubateur" c'est plus "cool" que "immeuble de bureau"...
Ce qui est dépriment c'est que 90 start-up on passé des heures inutiles à plancher sur des dossiers de candidatures inutiles...

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité