Neogend permet aux gendarmes de vérifier les identités et pré-remplir en mobilité un dépôt de plainte (à droite le Lt-Colonel Olivier Langou).

L'Image du jour

Neogend permet aux gendarmes de vérifier les identités et pré-remplir en mobilité un dépôt de plainte (à droite le Lt-Colonel Olivier Langou).

La refonte du SI face à la transformation numérique

Dernier Dossier

La refonte du SI face à la transformation numérique

La meilleure façon d'illustrer la transformation numérique est d'apporter des témoignages concrets d'entreprises. C'est dans cette optique que la...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

La coalition anti-ransomware se renforce

Selon une étude, 70 % des victimes ont accepté de payer la rançon pour obtenir la clef de décryptage et retrouver l’accès à leurs fichiers.

Selon une étude, 70 % des victimes ont accepté de payer la rançon pour obtenir la clef de décryptage et retrouver l’accès à leurs fichiers.

Toujours plus de vendeurs de solutions de sécurité adhèrent au projet No More Ransom. Grâce à leur contribution, celui-ci peut désormais offrir 32 nouveaux outils pour décrypter des fichiers verrouillés par un ransomware.

Trente membres viennent de rejoindre le projet No More Ransom, lequel regroupe à la fois des acteurs judiciaires et des entreprises de sécurité. Mais ce n’est pas tout : le projet s’est également enrichi depuis son lancement de 32 outils de décryptage qui permettent de parer à différentes variantes de ransomwares. Le projet repose essentiellement sur un site dédié à la lutte contre les ransomwares. À l’origine, cette plateforme avait été lancée par le Centre Européen de lutte contre la cybercriminalité d'Europol en partenariat avec la National High Tech Crime Unit, une unité de la police néerlandaise spécialisée dans les crimes technologiques, plus Kaspersky Lab et Intel Security.

En premier lieu, le site propose un outil qui permet d’identifier le type de ransomware utilisé pour crypter les fichiers de la victime. Mais il comporte également des informations générales sur les ransomwares, des conseils de prévention et des instructions sur la manière de signaler l’incident aux autorités judiciaires. Enfin, le site donne aussi accès à des outils de décryptage développés par les entreprises de sécurité, partenaires du projet, pour récupérer des données affectées par diverses variantes de ransomwares. Ces outils ont pu être développés en exploitant des défauts dans l’implémentation cryptographique de certains malwares.

32 outils antiransomwares  

Hier, Europol a annoncé que les vendeurs de solutions de sécurité Bitdefender, Check Point, Emsisoft et Trend Micro avaient rejoint le projet au titre de partenaires associés. D'autres entreprises, mais aussi des équipes d'intervention d'urgence en matière de sécurité informatique (CERT), des centres d'analyse et d'échange d'informations et des associations professionnelles ont rejoint le projet sous forme d’un partenariat dit de soutien.

Au total, les partenaires ont apporté au projet 32 nouveaux outils de décryptage en plus des 8 existants. Ces derniers ont déjà été utilisés avec succès par plus de 6 000 victimes pour récupérer des fichiers cryptés. « Le secteur privé et les autorités judiciaires intensifient leurs efforts pour combattre les cybercriminels qui utilisent des ransomwares pour faire chanter leurs victimes et extorquer de grosses sommes d'argent », a déclaré Europol. « Cependant, la sensibilisation demeure essentielle pour empêcher les ransomwares d’atteindre leur but ».

Les PMR prêtes à payer pour leurs données 

Un récent sondage réalisé aux États-Unis par IBM auprès de 600 chefs d'entreprise a révélé que près de la moitié des entreprises avaient été affectées par un ransomware. Mais, plus inquiétant, 70 % des victimes ont accepté de payer la rançon pour obtenir la clef de décryptage et retrouver l’accès à leurs fichiers. La moitié d’entre eux a déboursé plus de 10 000 dollars et 20 % d’entre eux ont payé plus de 40 000 dollars. Enfin, près de 60 % des chefs d'entreprise interrogés ont déclaré qu'ils étaient prêts à payer pour récupérer leurs données, surtout quand il s’agissait de données financières, de données clients, de propriété intellectuelle et de plans commerciaux. La même enquête, réalisée cette fois auprès de 1 000 consommateurs, a montré que plus de 54 % d'entre eux seraient probablement prêts à payer pour récupérer des données financières.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 30/12/2016 à 15h54 par Visiteur10126 :

@sysrq : la plupart des ransomwares arrivent par mail... alors cracher sur Microsoft ne sert à rien

Signaler un abus

le 21/12/2016 à 17h07 par sysrq (Membre) :

J'ai envie de rire. Se faire avoir aussi bêtement...
J'ai surtout envie de dire que MS avec "son secure boot et sa GPT", n'a fait qu'empirer la situation car elle a créée un espace supplémentaire au MBR pour introduire ce mal.

Signaler un abus

le 19/12/2016 à 15h35 par Visiteur10078 :

Une nouvelle race de parasites !!! de vrais cancrelats

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

#LMItoutneuf

lancement dans

Publicité
Publicité
Publicité