Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Internet.

L'Image du jour

Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Inte...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Le FBI sur le point de casser le chiffrement de l'iPhone 5c

S’il parvient à casser le chiffrement de l’iPhone 5C, le FBI fait l’économie d’une bataille judiciaire avec Apple qui pourrait bien s’éterniser. (crédit : D.R.)

S’il parvient à casser le chiffrement de l’iPhone 5C, le FBI fait l’économie d’une bataille judiciaire avec Apple qui pourrait bien s’éterniser. (crédit : D.R.)

Le FBI a peut-être trouvé un moyen d'entrer, sans l'aide d'Apple, dans l'iPhone 5c utilisé par l'un des tueurs de la fusillade du 2 décembre 2015, à San Bernardino, Californie, faisant 14 victimes. Une audience importante prévue ce mardi a été reportée.

« Ce dimanche 20 mars 2016, une personne de tierces parties a présenté au FBI une solution pour parvenir à déverrouiller l'iPhone de Syed Farook », ont déclaré les avocats représentants le gouvernement dans un document déposé au tribunal hier après-midi. « Des tests seront nécessaires pour voir si cette méthode est viable et vérifier qu’elle ne compromet pas les données stockées sur l'iPhone de Syed Farook. Si cette solution s’avère viable, l'assistance d'Apple requise par l’ordonnance All Writs Act Order, n’est plus nécessaire », ont encore écrit ces mêmes avocats. Le document déposé hier n’explique pas la méthode proposée, mais il précise que diverses parties extérieures ont suggéré au gouvernement des solutions pour casser la protection de l’iPhone 5c.

C’est un peu un coup de théâtre dans cette affaire très médiatisée qui oppose Apple au Ministère américain de la Justice. Elle a mis en évidence le conflit qui peut exister entre la nécessité de protéger les données personnelles des utilisateurs par un cryptage fort et les besoins des autorités judiciaires pour mener leurs enquêtes criminelles. Au départ, le FBI avait demandé l’aide d'Apple pour casser le cryptage de l’iPhone 5c appartenant à Syed Farook. L’agence gouvernementale avait fait valoir que le mobile du tueur pouvait contenir des indices permettant de déterminer si Syed Farook et sa femme avaient organisé seuls la fusillade de San Bernardino de décembre dernier. Le gouvernement avait déclaré après l’attaque que le couple était soupçonné d’avoir des sympathies avec des groupes terroristes.

Une bataille judiciaire évitée ?

En réponse, Apple avait déclaré que, pour accéder au terminal, le constructeur devait créer une version spéciale du logiciel iOS qui affaiblirait la sécurité de tous ses utilisateurs. La firme de Cupertino craignait également que l’ordonnance du tribunal crée un précédent juridique qui obligerait, à l'avenir, Apple et d'autres entreprises à livrer au gouvernement un accès à des données personnelles cryptées. Mais, si le gouvernement a effectivement trouvé sa propre solution pour accéder aux données cryptées, il pourra faire l’économie d’une bataille judiciaire, ce qui signifie, au minimum, que l’affaire en cours ne pourra pas constituer de précédent.

En février dernier, Apple avait déclaré qu'il s’opposerait à l’ordonnance du juge américain lui imposant d’aider le FBI. Une audience à laquelle devaient participer les avocats d’Apple et les avocats du gouvernement était prévue ce mardi après-midi à Los Angeles. Mais elle a été reportée sine die. Cependant, l’affaire se poursuit, même si elle reste suspendue à la faisabilité des techniques de décryptage suggérées au gouvernement. Dans le document déposé lundi au tribunal, le FBI déclare que, même s’il a réclamé l’aide d’Apple, il a continué à chercher de son côté une solution pour accéder à l'appareil du tueur. Mais, il ne donne aucun détail sur la méthode qu'il compte utiliser.

Un point sur la situation le 5 avril

Selon certains chercheurs, un clonage de la mémoire du mobile pourrait peut-être faciliter l’accès aux données. La clé de protection, que le gouvernement cherche à obtenir, verrouille de façon permanente le téléphone après 10 tentatives infructueuses d’identification. Mais un clonage permettrait de faire plusieurs copies de la mémoire du mobile et de tester sans limites des séries de mots de passe.

La méthode a fait l’objet d’une discussion lors d'une audience de la commission judiciaire de la Chambre plus tôt ce mois-ci. Mais personne n'a pu démontrer publiquement qu’elle donnerait un résultat. On ne sait pas si c’est la solution que le gouvernement envisage d'utiliser aujourd’hui, et il a peut-être trouvé d’autres options techniques. Quelle que soit la méthode, le gouvernement a précisé qu’il pourrait faire un point sur la situation le 5 avril. On devrait donc savoir à cette date si ses efforts ont été payants.

Lors d’un briefing avec les journalistes, les avocats d’Apple ont déclaré qu'ils n’avaient aucune idée de la méthode que le gouvernement envisageait d'utiliser, et ils savent encore moins si elle peut fonctionner. Mais si le gouvernement a trouvé une vulnérabilité inconnue dans iOS, Apple voudra certainement savoir où elle se situe. Dans l’immédiat, le document déposé par le gouvernement suspend l'ordonnance intimant Apple d’aider le FBI. Si le gouvernement réussit à accéder au contenu du téléphone, l’affaire impliquant le mobile de Syed Farook devient sans objet. Mais les avocats d'Apple ont déclaré que la position de l'entreprise n'a pas changé : si le gouvernement estime qu'il a encore besoin de l'aide d'Apple pour contourner la sécurité de l'iPhone, Apple continuera à s’y opposer.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
22 Décembre 1986 n°261
Publicité
Publicité