Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

L'Image du jour

Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
5
Réagissez Imprimer Envoyer

Le logiciel libre fête ses 30 ans

Richard Stallman, président de la Free Sotware Foundation Crédit Photo: D.R

Richard Stallman, président de la Free Sotware Foundation Crédit Photo: D.R

Il y a 30 ans Richard Stallman lançait son projet GNU et fondait par la même occasion le mouvement du logiciel libre.

Le 27 septembre 1983 est une date importante dans le monde de Linux et de celui du logiciel libre. Ce jour-là, Richard Stallman qui travaillait au laboratoire de l'intelligence artificielle du MIT, écrit un message sur les newsgroups net.unix-wizards et net.usoft à propos d'un projet ambitieux. « Free Unix ! » débute le post et continue par « dès Thanksgiving, je vais écrire un système complet de logiciel compatible avec Unix, appelé GNU (pour Gnu's Not Unix) et cédé gratuitement à tous ceux qui veulent l'utiliser. Des contributions en termes de temps, d'argent, de logiciel et d'équipements seront grandement nécessaires ». Il ne savait pas à l'époque combien de contributions il obtiendrait sur ce projet dans les décennies à venir.

Richard Stallman a écrit de nombreux composants pour GNU, comme le compilateur C (GCC) et un outil de build automator (Gmake). L'OS GNU avait cependant toujours besoin d'un noyau. Ce dernier a été fourni par un étudiant en informatique finlandais Linus Torvalds en 1991 qui a travaillé sur sa propre version gratuite d'Unix sur les PC, Linux. Aujourd'hui, Linux est un des OS Open Source les plus utilisés dans le monde. Techniquement parlant, la contribution de Linus Torvalds réside dans le noyau, mais bon nombre de composants dans les distributions Linux proviennent du projet GNU. Richard Stallman a milité pendant quelques années pour renommer Linux en GNU/Linux, mais en vain.

La philosophie du logiciel libre naquit


En parallèle du projet GNU, le message de Richard Stallman en 1983 a ouvert la voie à la philosophie du logiciel libre. Pour lui, les développeurs doivent partager gratuitement leur code. « Je considère que la règle d'or exige que si j'aime un programme, je dois le partager avec d'autres qui aiment ça. Je ne peux pas en conscience faire signer un accord de confidentialité ou de licence », écrit-il dans son message du 27 septembre. Il ajoute, « comme je veux utiliser mon ordinateur sans violer mes principes, j'ai décidé d'élaborer suffisamment de logiciels libres pour être en mesure de me passer de tout logiciel qui ne serait pas libre ».

Pour structurer sa pensée et aider au développement de GNU, Richard Stallman a fondé la Free Software Foundation en 1985. Il demeure encore aujourd'hui le président non rémunéré de la FSF. Le monde du logiciel libre a évolué vers une autre appellation, l'Open Source, mais le créateur de GNU refuse ce nom. « Quand nous appelons un logiciel « libre », nous voulons dire qu'il respecte les libertés essentielles des utilisateurs : la liberté d'exécuter, d'étudier et de modifier et de redistribuer des copies, avec ou sans modifications », explique sempiternellement l'apôtre du logiciel libre.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE5

le 03/10/2013 à 10h44 par Visiteur2978 :

Loin des soi-disant "génies visionnaires". Des Stallman, des Torvalds, et des centaines d'anonymes, écrivent, en même temps que du code, quelques paragraphes de l'Histoire.
L'avenir jugera...


Signaler un abus

le 03/10/2013 à 08h51 par Visiteur2975 :

1983 une grande date pour linux...
Pour info la 1ere version du noyau Linux est sortie en 1991.

(C'est pas comme si vous étiez rédacteur dans un journal "informatique".

Signaler un abus

le 01/10/2013 à 01h55 par Visiteur2952 :

Si vous croyez que "la philosophie du logiciel libre" est la gratuité, vous n'avez *vraiment* rien compris : https://www.gnu.org/philosophy/selling.fr.html

C'est triste pour un journaliste qui se dit spécialisé en informatique...

Stallman milite pour la liberté des utilisateurs. Pas pour la gratuité des logiciels. La définition du "logiciel libre", maintenue par la Fondation pour le Logiciel Libre, enlève tout malentendu dès les premières lignes :
"Ainsi, « logiciel libre » [free software] fait référence à la liberté, pas au prix. Pour comprendre ce concept, vous devez penser à « liberté d'expression », pas à « entrée libre »."
https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html#TransNote2-rev

Signaler un abus

le 30/09/2013 à 19h57 par Kilimandjaro (Membre) :

Et oui, le Free Software est le vrai logiciel libre. L'open source n'est qu'un ersatz sans saveur, avec des contraintes pécuniaires à la clé. L'industrie a simplement détourner un but humaniste et communautaire en une saloperie commerciale de plus !

Mais le problème fondamental des français est qu'ils cèdent très facilement aux sirènes du marketing "made in NSA", sans s'apercevoir qu'ils se font plumer en beauté à moyen terme. D'autres pays de la planète sont beaucoup moins "orientés" marketing et bling bling, et préfèrent garder la souveraineté sur leur informatique - ceux là nous vendront demain nos logiciels phares sous GNU/Linux, en se foutant ouvertement de notre gueule !

Mais tant que la prostitution de la vente liée informatique règne en magasin, Ms gates et ballmer peuvent dormir tranquilles sur leur paquet de fric. Le français est un imbécile soumis et obéissant, qui n'arrive pas à comprendre qu'à chaque fois qu'il met ses données en ligne, il creuse un peu plus sa tombe, et explosant le taux de chômage.

"Vous êtes le maillon faible - bonsoir !" ;)

Signaler un abus

le 30/09/2013 à 13h14 par Visiteur2948 :

Merci Mr Richard Stallman..

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité