Des chercheurs travaillent sur un substrat composé de molécules métal-oxyde qui peuvent agir en tant que composant flash.

L'Image du jour

Des chercheurs travaillent sur un substrat composé de molécules métal-oxyde qui peuvent agir en tant que composant flash.

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Dernier Dossier

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Ne percevons pas uniquement la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur) à travers le tourisme et le soleil ! Cette région possède aussi une solide fil...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

Munich économise 11 millions d'euros en passant à Linux

La ville de Munich a migré plus de 80 % de ses 15 500 postes de travail sur OpenOffice et LiMux, sa propre distribution Linux basée sur Debian.

En passant de Windows à LiMux, sa propre distribution Linux, la ville allemande de Munich a économisé à ce jour plus de 11 millions d'euros, comparés à ce que lui aurait coûtée une migration équivalente vers une infrastructure Microsoft plus récente. Le gouvernement de la ville avait calculé que la migration de Microsoft Windows 2000 vers Windows 7 et Office 2010 lui aurait coûté un peu plus de 34 millions d'euros au total. En migrant vers LiMux et en adoptant la suite de productivité OpenOffice.org, la ville a dépensé 22,8 millions d'euros. C'est ce qu'indique un document publié la semaine dernière qui donne le détail du coût de la migration de 11 000 utilisateurs vers des applications Open Source sous Linux. La ville avait également évalué à 29,9 millions d'euros le coût d'une migration vers Windows 7 et OpenOffice. Ces chiffres comprennent le coût des licences logicielles, les mises à jour matérielles, la formation, le support externe pour diriger la migration et les processus d'optimisation, entre autres choses.

Pas de mise à jour matérielle pour passer sous Linux

La migration vers LiMux a permis à la ville d'économiser 6,8 millions d'euros sur les licences logicielles si elle avait opté pour la solution Microsoft Office 2010 sous Windows 7, et elle a évité une dépense de 4,7 millions d'euros pour la mise à niveau de son matériel, « car LiMux fonctionne sur le matériel existant », comme le précise la municipalité de Munich dans son document. Si la ville avait opté pour OpenOffice sous Windows, elle aurait du dépenser 7,4 millions d'euros pour mettre à jour son matériel, pour les licences et la migration d'applications. Cependant, LiMux coûtait plus cher que Windows pour migrer un système de développement d'applications web utilisant des bases de données : 273 132 euros, soit près de cinq fois ce qu'aurait coûté la migration vers Windows dans les deux scénarios envisagés.

La ville de Munich a lancé son projet LiMux en 2004 et a commencé la migration de Windows NT vers une infrastructure de bureau entièrement Open Source en 2006. « Mais la plupart des PC passés sous LiMux dernièrement tournaient sous Windows 2000 », a précisé Joachim Schuler, coordinateur de la migration du projet LiMux. La ville a étendu les caractéristiques d'OpenOffice avec un outil développé en interne du nom de WollMux. Celui-ci permet d'ajouter des fonctionnalités à la suite Open Source, comme des modèles, des formulaires et des lettres types. La ville utilise le format ODF (OpenDocument Format) comme format d'échange standard pour ses documents. « L'an prochain, la municipalité envisage de migrer depuis la version d'OpenOffice 3.2.1, aujourd'hui obsolète, vers LibreOffice », a déclaré Joachim Schuler. Après le rachat par Oracle de Sun Microsystems qui gérait le projet OpenOffice.org, certains développeurs d'OpenOffice ont utilisé le code pour créer LibreOffice. Depuis, Oracle a cédé OpenOffice.org à la Fondation Apache.

Windows encore nécessaire sur certains PC

En janvier dernier, 15 000 postes de travail de la ville de Munich tournaient sous le navigateur Firefox, utilisaient le client de messagerie Thunderbird et la suite de productivité OpenOffice en remplacement d'Internet Explorer, Outlook et Office de Microsoft. La migration de l'OS sous-jacent prend un peu plus de temps. Il faut dire que, des 11 000 postes de travail pris en compte au moment du chiffrage, la ville est passée à 12 600 postes sous LiMux, et à la fin de l'année, elle prévoit d'avoir migré 13 000 des 15 500 postes de travail. Joachim Schuler espère que 14 000 systèmes LiMux tourneront sur les machines de la ville l'année prochaine. Mais, la municipalité ne pourra pas migrer certains programmes et elle va conserver quelques machines sous Windows. La plupart des machines actuellement sous Windows XP devraient toutefois passer sous Windows 7.

L'expérience de Munich contraste fortement avec celle de Fribourg, une autre ville allemande qui s'était aventurée sur la voie de l'Open Source. La semaine dernière, le conseil municipal de cette ville a décidé d'abandonner sa configuration, une version d'OpenOffice aujourd'hui obsolète, pour passer à Microsoft Office 2010. La ville de Fribourg se plaint des nombreux problèmes de compatibilité qu'elle a eu à résoudre et du manque de performance des tableurs et des outils de présentation de la suite Open Source, entravant le travail des employés. Au final, le conseil municipal se dit déçu et insatisfait de ce choix qui n'a pas répondu à ses attentes. « Ces raisons sont importantes. Pour nous, la seule option viable était de revenir à Microsoft Office », a déclaré le conseil municipal pour motiver son choix.

Certains partisans de l'Open source ont bien essayé d'influencer la décision du conseil de la ville de Fribourg en demandant de donner une chance à la solution. Ils ont proposé de mettre à jour les versions d'OpenOffice ou de passer à LibreOffice. Ils n'ont pas manqué aussi de mettre en avant le choix de Munich.

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 23/09/2013 à 19h11 par Kilimandjaro (Membre) :

@Visiteur2882
6,8 millions sur des licences seules, je trouve que c'est déjà une très belle économie pour ma part. Mais tenir compte du logiciel seul est une erreur : microsoft fait tout ce qu'il faut pour vous pousser à changer de matériel tous les 3 ans, alors sur 15 500 postes, je vous laisse imaginer l'économie réelle qu'a déjà réalisé la ville...
Quand on voit qu'il faut un i3 et 4Go de ram pour faire tourner un 7pro seul de manière fluide, contre un vieux dual core et 2Go pour une Ubuntu classique déjà complète, on se pose quand même des questions.

Signaler un abus

le 23/09/2013 à 14h38 par Visiteur2882 :

C'est pas gratuit puisque ça a coûté 23 millions d'€....

Entre un poste Linux et un poste Windows, l'écart de prix n'est pas aussi énorme que les partisans du gratuit veulent nous le faire croire...

Ça reste un choix politique avant tout !

Signaler un abus

le 27/11/2012 à 11h29 par Kilimandjaro (Membre) :

Au moins Munich est réaliste face à Fribourg, en ayant déjà programmé la mise à jour vers LibreOffice...

OO 3.2.1 est quand même dépassé depuis un moment, et tout os confondu, il faudra bien un jour faire comprendre à certains qu'un logiciel, ça s'entretient, tout os confondu : gain de performance et surtout de sécurité, jouer avec des vieilles versions est une stupidité latente, surtout qu'on parle ici de logiciels qui sont gratuits, en plus d'être libres !

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité