Le Défi H 2016 a distingué hier le projet T-Jack des étudiants de Polytech Grenoble (Prix du Défi H et Prix de l'innovation technologique) mais aussi SignBand de l'école Exia Cesi de Bordeaux (Prix Jeune pousse) et Dicodys de l'ECE Paris (Prix du public).

L'Image du jour

Le Défi H 2016 a distingué hier le projet T-Jack des étudiants de Polytech Grenoble (Prix du Défi H et Prix de l'innovation technologique) mais aussi ...

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Dernier Dossier

Cybersécurité : quels outils pour contrer les nouvelles menaces

Les événements récents autour du ransomware Locky et du vol massif de données du cabinet panaméen Mossack Fonseca dans l'affaire des « Panama Papers »...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Open Data Index : La France passe de la 16e à la 3e place

La mise à disposition des textes législatifs a fait grimper la France dans le Global Open Data Index mesurant l'ouverture des données publiques. Cliquer sur l'image pour afficher le tableau.

La mise à disposition des textes législatifs a fait grimper la France dans le Global Open Data Index mesurant l'ouverture des données publiques. Cliquer sur l'image pour afficher le tableau.

Occupant l'an dernier la 16ème place de l'Open Data Index, la France a réalisé ces derniers mois une belle progression sur l'ouverture de ses données publiques en se hissant désormais à la 3ème place du classement. Il reste encore des points de progression dans certains domaines.

La France est passée de la 16ème à la 3ème place au classement Open Data Index paru cette semaine. Réalisé par l'Open Knowledge Foundation (OKFN), une association internationale créée en 2004 pour promouvoir l'Open Data, cet indicateur suit chaque année le degré d'ouverture des données publiques dans 184 pays, en se basant sur 10 jeux de données principaux (statistiques nationales, budget de l'administration, résultats des élections, législation, cartes géographiques nationales, émissions polluantes, registres d'entreprises, horaires des transports, codes postaux, dépenses administratives) sur 1 600 jeux analysés. La dernière évaluation porte sur la période allant de novembre 2013 à novembre 2014. Selon ce baromètre, le Royaume-Uni conserve sa première place, devant le Danemark. Suivent la Finlande en 4ème position, puis l'Australie et la Nouvelle Zélande.

L'Hexagone a pu réaliser sa progression en raison de la mise à disposition des textes législatifs par la Direction de l'Information légale et administrative (DILA), de la publication de certaines données de l'IGN, l'Institut national géographique, et des résultats électoraux, ainsi que des codes postaux ou encore des émissions de pollution. Il reste encore des données à ouvrir dans certains domaines, principalement sur les dépenses effectives de l'Etat, mais aussi sur les registres d'entreprises (noms, adresses et activités des sociétés) et, dans une moindre mesure, sur la législation et sur les horaires des transports en commun.

Thierry Mandon, secrétariat d'Etat à la réforme de l'Etat et à la Simplification, qui coordonne la politique Open Data du gouvernement, souligne ce progrès. « L'Etat s'engage dans un processus plus collaboratif avec la société civile et donne des signes de cette ouverture », indique-t-il dans un communiqué. « Les producteurs de données publiques, comme l'Etat, et les utilisateurs de données publiques, comme les associations, ont tout intérêt à renforcer leur coopération », ajoute-t-il. Un administrateur général des données, Henri Verdier, a été nommé cet automne. Il pilote la mission Etalab qui coordonne l'action des services de l'Etat et de ses établissements publics pour faciliter la réutilisation de leurs données.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité