Certains modèles 2017 d'Audi comme l'A4 ou la Q7 vont être équipés du système Traffic Light permettant de communiquer en Wi-Fi avec les feux rouges.

L'Image du jour

Certains modèles 2017 d'Audi comme l'A4 ou la Q7 vont être équipés du système Traffic Light permettant de communiquer en Wi-Fi avec les feux rouges.

Les 10 tendances technologiques en 2017

Dernier Dossier

Les 10 tendances technologiques en 2017

Comme chaque année, la rédaction du Monde Informatique a établi une liste des 10 tendances technologiques à venir ou qui vont se poursuivre en 2017....

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
3
Réagissez Imprimer Envoyer

Pour éviter les crimes, la Gendarmerie combine analytique et big data

« L’analyse ne repose que sur les données et dans les réponses qu’on va fournir on trouve des cartographies avec les bassins de délinquance », a relevé le colonel Patrick Perrot lors de sa présentation à CIF de Cergy Pontoise. (crédit : LMI)

« L’analyse ne repose que sur les données et dans les réponses qu’on va fournir on trouve des cartographies avec les bassins de délinquance », a relevé le colonel Patrick Perrot lors de sa présentation à CIF de Cergy Pontoise. (crédit : LMI)

Comme ses homologues européens et américains, la Gendarmerie Nationale a pris le train de l'analyse prédictive en développant ses propres outils, non pas pour anticiper les délits comme dans certaines séries US mais pour éviter que des faits ne se commettent.

En France comme à l’étranger (PredPol aux États-Unis), les services de police et de gendarmerie disposent d’une énorme masse de données statistiques sur les crimes, complétée par des sources issues de l’open data et du big data. Et comme dans les entreprises, l’exploitation des données (analyse, exploration et visualisation) passe par des solutions décisionnelles avec un zeste de prédictif, les fameux outils dits de prédiction spatio-temporelle. Mais comme l’a clairement indiqué en préambule le colonel de gendarmerie Pierre Perrot, chef de la division analyse et investigation criminelle du Service Central de Renseignement Criminel (une équipe de 6 personnes sur un total de 260 au SCRC), lors d’une journée porte ouverte du Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale à Cergy Pontoise juste avant le FIC de Lille (les 25 et 26 janvier), « la Gendarmerie Nationale travaille plutôt sur du décisionnel que du prédictif avec la mise à disposition d’outils d’aide à la décision ».

Une mise en garde nécessaire après une série d’articles en mai dernier expliquant par exemple que « les gendarmes peuvent désormais prédire l'avenir » comme dans le film et les séries Minority Report ou Person of interest.

Les carte de la SCRC soulignent l'évolution de la criminalité qui suit l'urbanisation progressive en Bretagne. (crédit D.R.)

« Nous ne faisons pas de préemption à priori, nous n’allons pas arrêter un Albanais, connu pour faire des cambriolages, s’il rentre dans un quartier [..] Nous n’avons pas de boites noires mais des algorithmes mathématiques sans traitement subjectif. Nous sommes sur des données objectives grâce à une connaissance issue des éléments du passé en distinguant bien la corrélation et la causalité en utilisant les informations sur les bassins de délinquance. » L’évolution temporelle des cambriolages par exemple n’est pas la même dans les régions de France. « Il n’y a pas une méthode de police prédictive unique, ce qui fonctionne dans le Nord, ne marchera pas dans le Var. Sur 687 facteurs sociaux-économiques, une quinzaine ont été retenus pour alimenter les modèles mathématiques à appliquer à l’analyse et au croisement des données. 15 méthodes analytiques ont été utilisées par la Gendarmerie comme les réseaux neuronaux, le lissage temporel ou la solution Arima. »

Eviter les affrontements de supporters

Pour la préparation de l’Euro 2016, les données engrangées lors des autres manifestations sportives peuvent être réexploitées pour affiner la gestion des effectifs de sécurité. Si aujourd’hui, l’analyse n’est pas vraiment en temps réel, on est plutôt sur le mois même si des expériences sur la semaine sont menées dans certaines régions comme l’Aquitaine à titre expérimental. Mieux, il sera possible de limiter le débordement des supporters lors de l’EuroFoot en recensant le nombre de cartes SIM étrangères dans un lieu donné afin de mieux canaliser les groupes et éviter les affrontements. « La prédiction de la criminalité, ce n’est pas comme la prévision météo, on peut agir dessus », avec des cartes suivant l'évolution des délits dans un territoire et des préconisations au préfet et aux forces de l’ordre. « La criminalité n’est pas un phénomène aléatoire avec un déterminisme, on peut agir en replanifiant par exemple les horaires des patrouilles et en introduisant de nouvelles façon de raisonner ».

Les cambriolages augmentent et baissent suivant la météo. Avec un mois de décembre doux, ils ont par exemple explosé. (crédit D.R.)

La data visualisation est également mis en avant avec des tableaux de bord pour suivre l’évolution de la délinquance en France. « Quand cela ne fonctionne pas, c’est qu’il n’y pas assez de données ou qu’il y a eu un changement dans la population ». Tous ces outils sont censés fournir une orientation aux enquêteur qui ne sont pas capable d’engranger toutes ces données. « L’idée finale reste bien sûr de décider et d’agir, l’action est essentiel au renseignement criminel sinon autant rester cantonné aux études universitaires », ajouté le colonel Perrot. « Nous avons néanmoins de très bonnes relations avec les universitaires même si nous ne seront jamais aussi bons que SAS ou IBM pour l’analyse des données non structurées ».

Pas encore de datalake à la Gendarmerie

Les données exploitées reposent sur l’open data mais pas seulement car elles ne sont pas toujours mises à jour. « Celle de l’Insee date par exemple des années 2011/2012 donc nous sommes obligés de prévoir avec des données anciennes ». Si la donnée publique nominative n’est pas utilisable - afin de rester dans un cadre légal, le fichage des citoyens faisant apparaître, directement ou indirectement, l’appartenance religieuse ou l’origine ethnique est encore interdit en France - il est possible d’enrichir les informations avec le scraping (capture de sites web) pour récolter de manière structurée des données.

Les bassins de criminalité en France. (crédit D.R.)

S’il n’est pas encore question de créer un datalake pour le renseignement criminel en France, la réflexion est néanmoins engagée avec la Dinsic. « Les contraintes juridiques sont fortes et tout le monde ne peut pas accéder à la masse d’informations rassemblées dans un datalake. Il est encore nécessaire de voir comment les services de l’État peuvent partager ces données ». On est donc encore très loin du superordinateur omniscient de la série Person of interest qui arrive à prédire les meurtres en sortant au début de chaque épisode le numéro de sécurité sociale de la victime. En France, des entreprises comme Safran, avec le concours de Mines-Télécoms travaille sur une plate-forme d’apprentissage automatique appliquée à la lutte contre la criminalité. Si le machine learning de Person of interest est encore une fiction, d’autres développement attendus dans les prochaines années pourraient bouleverser le travail des forces de police, avec pourquoi pas un fichage ADN de tous les citoyens à la naissance…

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE3

le 19/01/2016 à 13h01 par Visiteur7792 :

Prendre l'empreinte ADN de tout le monde des la naissance en voila une bonne idée !!!
Etre journaliste et avoir aussi peu de recul sur les implications au niveau vie privée, des dérives possibles sur les libertés individuelles, c'est attérant.
Pour mémoire le fichage ADN était au départ réservé aux pédophiles et autres violeurs, maintenant on a plus d'1M de personnes fichées.
Y a pas une dérive qui vous choque là ?

Signaler un abus

le 17/01/2016 à 16h34 par Visiteur7776 :

Pour tout savoir sur la cybercriminalité et le Big Data

Consulter le blog de Jean-Paul Pinte
cybercriminalite.wordpress

Signaler un abus

le 17/01/2016 à 10h44 par Visiteur7775 :

moi je ficherais en priorité tout les représentants de l'ordre histoire dans écarté les inévitables brebis galeuses

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité