<span>Les iPhone 6 et 6 Plus sont un peu plus faciles à réparer que les iPhone 5C et 5S, selon <span>iFixit qui n'a guère attendu pour les mettre en pièces</span>.</span>

L'Image du jour

Les iPhone 6 et 6 Plus sont un peu plus faciles à réparer que les iPhone 5C et 5S, selon iFixit qui n'a guère attendu pour les mettre en pièces.

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

Dernier Dossier

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

La Champagne-Ardenne, seulement une région viticole et céréalière ! Et bien non, la région est aussi une source d'inspiration pour le numérique. Troye...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

Prism : la NSA espionne l'UE, la France demande des explications

L'Union européenne et les Etats membres dont la France demandent des explications aux Etats-Unis sur les allégations d'espionnage Crédit Photo: D.R

L'Union européenne et les Etats membres dont la France demandent des explications aux Etats-Unis sur les allégations d'espionnage Crédit Photo: D.R

(Màj) Les bureaux de représentation diplomatique de l'Union Européenne ont été mis sur écoute et son réseau Internet infiltré par la NSA, selon l'hebdomadaire Der Spiegel qui a pu consulter des documents emportés par l'informaticien Edward Snowden. Le ministre français des Affaires étrangères réclame des explications aux autorités américaines.

Les critiques s'avivent en Europe et notamment en France à l'égard des Etats-Unis, à la suite des révélations publiées ce week-end par l'hebdomadaire Der Spiegel sur le programme de surveillance Prism qu'a mené la NSA, l'agence de sécurité américaine, sous couvert de lutte anti-terroriste. Ce dimanche, le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a demandé « des explications aux autorités américaines au sujet des informations dévoilées par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel ». Des faits qui, s'ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables poursuit-il dans un communiqué publié sur le site du ministère.

Le magazine Der Spiegel a en effet pu consulter certains des documents classés confidentiels, emportés par l'informaticien Edward Snowden, ancien sous-traitant de la NSA, qui se trouve toujours à l'aéroport de Moscou, en quête d'un endroit où trouver asile. L'un de ceux-ci daté de septembre 2010 et classé top secret par la NSA indique que des écoutes ont été installées dans les bureaux des représentations diplomatiques de l'Union européenne à Washington, rapporte Der Spiegel. Le réseau informatique a également été infiltré par l'agence de sécurité américaine qui pouvait ainsi accéder aux e-mails et aux documents internes.

Obtenir des garanties sur la protection des données

L'hebdomadaire allemand évoque par ailleurs des opérations d'écoute qui avaient été détectées à Bruxelles il y a plus de cinq dans le bâtiment où siègent le Conseil des ministres de l'Union européenne et le Conseil européen. Des écoutes qui menaient vers le siège de l'Otan en banlieue de Bruxelles.

Au cours du week-end, plusieurs représentants de l'Union européenne, dont Martin Schulz, le président du parlement européen, ont vivement protesté. Le député Daniel Cohn-Bendit, interrogé par France Info, a de son côté estimé qu'il fallait interrompre les négociations sur le traité de libre-échange transatlantique tant que des garanties n'ont pas été obtenues de la part des Etats-Unis sur la protection des données pour les citoyens, les politiques et les institutions en Europe.

(Màj)  Ce matin, le Président de la République française, François Hollande, a déclaré à son tour que « ce type de comportement » ne pouvait pas être accepté « entre partenaires et alliés » et qu'il devait cesser immédiatement. Il s'est exprimé lors d'une visite qu'il effectuait aujourd'hui dans le Morbihan, à Lorient.


Article de Maryse Gros

COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 01/07/2013 à 12h59 par yt75 (Membre) :

Peut-être ne pas oublier autour de cette affaire les aspects simplement "normaux et commerciaux" autour des données personnelles et de l'environnment actuel "3 ou 4 monstres géants du web". Et à ce sujet sans doute important de comprendre que pour que les choses fonctionnent "sans friction", il n'y a strictement aucun besoin d'ID unique par utilisateur partagé entre les services, au contraire garantie d'échec et à éviter à tout prix. Par contre besoin d'un nouveau rôle, plusieurs organisations dans le rôle et séparation des rôles.
Il serait pas mal que F Pellerin le comprenne au sujet d'IDeNum :
gg "iscn idenum"

Et si cette affaire calmait un peu le viol du terme virtuel au sujet d'internet numérique et compagnie, viol avec lequel quasi tt le monde s'est amusé depuis le début des nineties, par là ?
Ce serait pas mal non ?

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité