Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

L'Image du jour

Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Quelle politique de sécurité interne appliquer en PME ?

Les politiques de sécurité informatiques en usage dans les grandes entreprises commencent à être appliquées dans les PME. (crédit photo : Pixabay)

Les politiques de sécurité informatiques en usage dans les grandes entreprises commencent à être appliquées dans les PME. (crédit photo : Pixabay)

Alors que les questions de sécurité informatiques sont de plus en plus prégnantes, certaines entreprises cherchent les meilleures pratiques à mettre en place au sein de leur organisation. Certains exemples appliqués outre-Atlantique sur le bon usage des ordinateurs et de la messagerie s'apparentent davantage à un règlement intérieur et ne semblent pas laisser beaucoup de marges de manoeuvre.

Il arrive que certaines entreprises établissent des politiques de sécurité IT très restrictives. Déjà en vigueur dans les grands groupes, ces règles arrivent maintenant dans les petites entreprises. C’est ce que montrent quelques exemples outre-Atlantique qui font apparaître un usage très encadré des outils informatiques. Ici, dans une PME de moins de 50 personnes du secteur industriel, la direction enjoint ses salariés de ne pas utiliser de mots de passe ni accéder à un fichier sans autorisation. Elle leur demande aussi de ne pas rechercher de notes de communication archivées sans y être autorisé.

Certaines règles s’appliquent par ailleurs au comportement à suivre en interne pour veiller à préserver la bienséance dans l’entreprise et les bonnes relations entre les salariés. Il est ainsi demandé de ne pas utiliser les ordinateurs et les outils de messagerie d’une façon qui pourrait être offensante vis-à-vis des autres ou contraire à la morale. Dans cette entreprise très précautionneuse, la direction ne laisse rien au hasard. Le règlement intérieur demande de ne pas afficher, télécharger ni envoyer par email d’images, de messages ou de dessins humoristiques ayant un caractère sexuellement explicite. Les plaisanteries de mauvais goût, les dénigrements ethniques ou quoi que soit qui puisse être considéré par une autre personne comme un manque de respect est également proscrit. Toutes choses de bon sens mais qui, apparemment dans cette entreprise, vont mieux en le disant.

Pas question non plus de se servir de la messagerie pour des engagements externes à l’entreprise. Les salariés ayant des activités politiques ou religieuses sont priés de ne pas envoyer d’e-mails depuis leur bureau, pas plus qu’aucun autre email n’étant pas strictement lié à leur travail puisque c’est pour ce seul usage que les licences et ordinateurs ont été achetés.

Et, cela va sans dire, il est absolument interdit de dupliquer de façon illégale un logiciel et sa documentation. Et si par hasard, un collègue s’aventurait à le faire, il est demandé d’en avertir un responsable ou la DRH. Les employés qui contreviendraient à ces instructions tomberaient sous le coup d’actions disciplinaires pouvant aller jusqu’au licenciement.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
19 Avril 1993 n°541
Publicité
Publicité
Publicité