La puce neuromorphique TrueNorth d'IBM, qui affiche des capacités d'apprentissage deep-learning, est plus rapide et plus économe en énergie que les GPU et CPU actuelles.

L'Image du jour

La puce neuromorphique TrueNorth d'IBM, qui affiche des capacités d'apprentissage deep-learning, est plus rapide et plus économe en énergie que les GP...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Slack réunit 80 M€ pour inciter les codeurs à créer des apps pour sa plate-forme

Slack a lancé un annuaire d’applications baptisé App Directory.

Slack a lancé un annuaire d’applications baptisé App Directory.

Profitant d'une croissance qui la porte depuis au moins un an, Slack veut aider financièrement les éditeurs et développeurs qui utilisent sa solution. Pour maintenir sa dynamique, la plate-forme de communication collaborative pour les entreprises lance un fonds de capital-risque de 80 millions de dollars et propose, pour enrichir son répertoire d'applications, un service d'annuaire baptisé App Directory.

Slack, l’entreprise de Stewart Butterfield à l'origine d'une plate-forme collaborative en mode SaaS, a créé avec six partenaires - Accel, Andreessen Horowitz, Index Ventures, ‘Kleiner, Perkins, Caufield et Byers’, Spark Growth et Social Capital - un fonds de capital-risque de 80 millions de dollars pour soutenir les éditeurs et les codeurs qui développent des apps et des outils pour la plate-forme Slack, en particulier ceux qui souhaitent créer des apps donnant la priorité à Slack, et ceux dont les outils d'entreprise placent l'intégration avec Slack au cœur de leur offre. « Notre volonté est de soutenir et de faciliter l’accès à un écosystème d'applications de tierces parties varié et de grande valeur », a déclaré Avril Underwood, responsable de la plate-forme Slack.

Pour faciliter cet accès et élargir son offre initiale, Slack a également lancé un annuaire d’applications App Directory. Aujourd’hui, il répertorie 150 applications, dont les offres de services de Dropbox et Twitter, et de nouveaux services seront ajoutés au fur et à mesure de leur disponibilité. Hier, la start-up a aussi livré plusieurs mises à jour pour sa plate-forme. Ont notamment été mis à jour le framework open source Botkit qui sert à développer des bots et d’autres intégrations Slack. Plusieurs API et une intégration blueprint d’AWS Lambda, un outil d’Amazon qui permet d'exécuter du code sans avoir à mettre en service ou à gérer des serveurs, ont aussi été mises à jour.

570 000 utilisateurs payants

L’an dernier, peu de temps après avoir rejoint le club très fermé des licornes, qui rassemble les startups valorisées à plus d’un milliard de dollars, Slack affichait une valorisation à 2,8 milliards de dollars. Aujourd’hui, selon Slack, 2 millions d'utilisateurs actifs utilisent chaque jour son logiciel de communication collaboratif, dont 570 000 postes payants. C’est un bond très significatif depuis août dernier, où la plateforme revendiquait 1,1 million d’utilisateurs et 300 000 postes payants. Une popularité croissante, due en grande partie à son écosystème d’API.

C’est en 2014 que Slack a lancé son offre de messagerie, d'archivage et de recherche en temps réel en mode SaaS. Le fournisseur propose une version lite gratuite et une version complète au prix de 6,67 dollars HT par utilisateur et par mois. En début d'année prochaine, le fournisseur a prévu de lancer de nouvelles fonctionnalités, dont une fonction d’annuaire et de sécurité unifiée entre plusieurs équipes, une fonction de conservation des données et des politiques de conformité.

 

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
06 Juillet 1992 n°508
Publicité
Publicité