Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Internet.

L'Image du jour

Considéré comme le père de l'Internet et désormais évangéliste en chef du web chez Google, Vint Cerf a fait part du chemin qu'aurait pu emprunter Inte...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Symantec sème 50 smartphones pour étudier le vol de données

96% des personnes qui trouvent un appareil dans un lieu public le teste. Crédit D.R.

96% des personnes qui trouvent un appareil dans un lieu public le teste. Crédit D.R.

Dans une étude récente, Symantec a étudié le comportement des personnes qui retrouvent un téléphone qui ne leur appartient pas.

Qui n'a jamais perdu son téléphone dans un lieu public sans jamais le retrouver ? De nombreux propriétaires de téléphones mobiles se sont un jour demandé ce qu'il en était advenu. Pour répondre à cette question, Symantec a volontairement perdu 50 smartphones dans des lieux publics de cinq villes des Etats-Unis et du Canada. Les appareils ont préalablement été équipé de toutes sortes d'applications chargées de tracer leurs déplacements et l'utilisation qui pourrait en être faite.

L'étude «Smartphone Honey Stick Project» montre que 96% des téléphones ont été testés par les personnes qui ont trouvé les appareils, 50% des personnes ont cherché à contacter le propriétaire, 60% des personnes ont fouillé dans les mails et les réseaux sociaux et 50% des personnes ont tenté d'accéder au compte bancaire de l'utilisateur du smartphone.

Les entreprises ne sont pas à l'abri dans la mesure où 80% des personnes ont tenté d'accéder aux informations de l'entreprise (notamment des fichiers libellés «salaires») et où 50% des personnes essayèrent d'accéder au réseau de l'entreprise via l'application d'accès à distance installée sur le smartphone.

Symantec prodigue donc ses recommandations d'usage.

D'abord à l'attention des entreprises :

- Mettre en place une politique de sécurité claire et obliger le verrouillage des écrans par des codes.

- Utiliser des logiciels de gestion de flotte de mobiles.

- Utiliser des solution de cryptage des informations sensibles.

- Former leurs salariés sur les risques potentiels liés à la présence de données sensibles sur leur appareil.

- Répertorier quels sont les appareils qui se connectent au réseau de l'entreprise.



- Définit une procédure que les salariés devront suivre en cas de vol ou de perte de leur appareil. Puis à l'attention des particuliers :

- Verrouiller l'écran avec un code très difficile à trouver.

-Garder son smartphone toujours à proximité et le personnaliser pour le reconnaître plus facilement.

- Enfin, utiliser un logiciel de protection contre les cyber-attaques.


ICTjournal



Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
01 Janvier 2000 n°834
Publicité
Publicité