Intel en dit un peu plus sur son projet d'informatique sans fil basé sur la technologie WiGig qui permet transfert de données et recharge sans fil.

L'Image du jour

Intel en dit un peu plus sur son projet d'informatique sans fil basé sur la technologie WiGig qui permet transfert de données et recharge sans fil.

Start-up 2014, les nouveaux maîtres de la Silicon Valley

Dernier Dossier

Start-up 2014, les nouveaux maîtres de la Silicon Valley

En juin dernier, nous étions de retour à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour la quinzième édition ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER

Flux RSS

Reseaux

Si vous souhaitez recevoir toute l'information "Mot Clé" de notre feed RSS, Inscrivez-vous

1911 documents trouvés, affichage des résultats 1 à 10.

Les 10 documents suivants >


(23/08/2014 12:17:15)

Recap IT : Steve Ballmer quitte Microsoft, Thierry Breton préside Bull, Infor rachète Saleslogix

Steve Ballmer quitte le conseil exécutif de Microsoft, environ six mois après avoir laissé son poste de CEO à Satya Nadella. Dans une lettre à son successeur, il explique sa décision par un emploi du temps chargé. En France, après l'OPA réussie d'Atos sur le groupe Bull, ce dernier fait évoluer sa gouvernance. Thierry Breton a été élu président du conseil d'administration de Bull. Philippe Vannier reste directeur général. HP a annoncé une hausse inattendue de 12% sur ses ventes de PC sur son 3ème trimestre fiscal. Le chiffre d'affaires total progresse seulement de 1%, à 27,6 Md$. Le constructeur chinois Lenovo, lui, a vu ses ventes de PC augmenter de 15% et progresse en région EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique). SAP a pour sa part indiqué qu'il voulait investir 500 M$ en Afrique d'ici 2020. Quant à IBM, le rachat de ses serveurs x86 par Lenovo a été accepté par les Etats-Unis.

Sur le marché des terminaux sous Chrome OS, Acer a annoncé le Chromebox CXI à raccorder à un écran fixe et un portable Chromebook. Des détails ont filtré sur le portable Stream de HP à 199 $ HT, présenté comme le Chromebook killer de Microsoft. Concernant les tablettes, certains fournisseurs préparent des modèles "no name" sous Android qu'ils pourraient sortir à moins de 35 $ HT. Du côté de Windows, il semble d'une part qu'une pré-version de Windows 9 Threshold devrait arriver à l'automne. D'autre part, Microsoft a dû retirer une mise à jour qui posait problème. Par ailleurs, pour encourager le développement de dispositifs connectés tournant sous son OS, Microsoft propose désormais à tous les possesseurs de cartes Galileo 1ère génération d'Intel d'acquérir la version de Windows qu'il a adaptée pour la carte. Le système d'exploitation a aussi été évoqué cette semaine à Munich. La ville a migré avec succès vers Linux, mais le maire adjoint estime que les utilisateurs ne s'y font pas et évoque un retour vers Windows
Fusions/acquisitions et questions de sécurité

Chaque semaine égraine son lot de fusions/acquisitions. A la mi-août, l'éditeur d'applications Infor a décidé d'étendre sa gestion de la relation client. Son choix s'est porté sur Saleslogix dont les logiciels de CRM sont notamment disponibles dans le cloud. Quelques jours plus tôt, Intel avait racheté Axxia, l'activité SoC de LSI dans le domaine des réseaux sans fil. Il vient d'en dire plus sur ses projets dans l'informatique sans fil. Sur le terrain de la virtualisation, VMware a racheté CloudVolumes dont la technologie permet de distribuer les applications à la volée dans les environnements VDI (virtual desktop infrastructure). De son côté, Oberthur Technologies a acquis NagraID Security et ses solutions sécurisant l'accès au cloud. Digital Dimension se renforce aussi dans le cloud avec l'acquisition de ASP Serveur et de son datacenter de 2000 m2. Cet été, Interxion a aussi acquis un nouveau datacenter, à Marseille. Enfin, Google, lui, s'est offert la start-up Jetpac qui analyse les photos d'Instagram pour faire des guides touristiques.

Dans le domaine de la sécurité, des chercheurs ont trouvé qu'un grand nombre d'extensions pour le navigateur Chrome étaient utilisées pour la fraude aux programmes d'affiliation en ligne et le vol de données. Ils sont intervenus sur le symposium Usenix Security. Une autre conférence se tenait à Cupertino, consacrée cette fois aux processeurs. Sur Hot Chips, un chercheur a expliqué que la faille Heartbleed touchant OpenSSL avait révélé des faiblesses évidentes dans les architectures matérielles existantes. Dans un tout autre domaine, l'agence fédérale américaine chargée de la sécurité des autoroutes étudie une technologie de communication véhicule-à-véhiculequi permettrait d'assister les conducteurs par exemple à l'approche d'un carrefour sans visibilité.

Base NoSQL sur le cloud Azure et MooC sur HANA

Concernant l'actualité cloud, Microsoft a annoncé avec DocumentDB l'accès, en preview, à un service de base de données NoSQL orientée documents s'appuyant sur JSON. Azure supporte maintenant HBase dans son service HDInsight et livre aussi une preview de Search. Le cloud public a connu cette semaine des problèmes d'interruption de service. De son côté, Google a ajouté la planification de clusters à sa plateforme cloud, avec Mesos.

En France, l'hébergeur OVH va lancer une formation sur le cloud avec 12 écoles partenaires, baptisée "Cloud at school". SAP va démarrer plusieurs MooCs, sur sa plateforme cloud HANA et sur ses apps mobiles Fiori. Une étude de Deloitte sur les mises de fonds réalisées par les investisseurs en capital risque montre que le cloud est toujours privilégié, avec la mobilité, mais aussi les applications d'entreprise. La robotique monte en puissance dans les investissements. Par ailleurs, eBay pourrait accepter les transactions en Bitcoin sur Paypal.

Enfin, en France, l'Apec a livré son indicateur pour juillet. Le volume des annonces à destination des informaticiens a progressé de 5% sur les 12 derniers mois. Mais cette évolution est contrastée selon les fonctions.
(...)

(22/08/2014 16:14:34)

Intel dévoile ses projets d'informatique sans fil

Intel avance dans son projet d'informatique « sans fil » ou « wire-free » planifié pour l'échéance 2016. Le fondeur en avait parlé publiquement pour la première fois lors du salon Computex de juin dernier. Notamment en développement, un dock intelligent qui permettra de connecter des ordinateurs portables à des écrans et à des périphériques externes en mode « wire-free », c'est à dire sans câbles HDMI ou DisplayPort, comme l'explique Intel dans un billet. Le dock sans fil offrira des vitesses équivalentes à l'USB 3.0 pour transférer des données vers des périphériques externes. « Quand l'utilisateur arrivera avec son portable dans l'espace de travail, il sera automatiquement connecté en mode streaming HD à un moniteur ou à un projecteur compatible sans fil sans avoir à brancher de câble HDMI ou sans passer par un DisplayPort », a déclaré Intel.

Le fabricant de puces développe également une technologie d'allumage et de connexion automatique des écrans sans fil quand le système détecte des ordinateurs portables à une distance donnée. Dans une vidéo également visible sur le blog, on peut voir comment fonctionne cette technologie dite de « synchronisation périphérique basée sur la proximité ». Les utilisateurs pourront également se connecter par reconnaissance faciale, sans avoir à toucher le clavier.

Une stratégie basée sur la technologie WiGig

Intel précise que son informatique sans fil sera essentiellement basée sur le WiGig. Cette technologie de transfert de données sans fil, plus rapide que la dernière technologie Wi-Fi, est en train d'évoluer rapidement. Intel envisage également d'utiliser le WiGig pour connecter claviers et souris sans fil aux ordinateurs portables. Le fondeur voudrait aussi se débarrasser des prises d'alimentation et développe des technologies de recharge sans fil pour ordinateurs portables. Lors du dernier Computex, Intel avait aussi montré des ordinateurs portables se chargeant sur un plateau utilisant la technologie de résonance magnétique Rezence mise au point par l'Alliance for Wireless Power (A4WP). La question de l'informatique sans fil pour les PC d'entreprise sera un des thèmes du prochain Intel Developer Forum qui aura lieu du 9 au 11 septembre à San Francisco. Le fondeur y donnera plus de détails sur son dock et ses écrans sans fil dans le cadre de vPro, la plate-forme d'Intel pour la gestion des ordinateurs à distance.

Stratégie wire free d'Intel
Dans une vidéo, Intel met en scène divers transferts de données sans fil.

« Intel veut simplifier l'usage des ordinateurs portables pour les rapprocher des smartphones et des tablettes », a déclaré Dean McCarron, analyste principal chez Mercury Research. « Si les constructeurs n'essayent pas d'innover et d'investir dans ce domaine, l'ordinateur portable va finir par prendre un vrai coup de vieux », a déclaré l'analyste. « L'objectif final est de rendre les choses homogènes et transparentes », a-t-il ajouté. « Le développement du « wire-free » montre aussi l'importance du WiGig, car de plus en plus d'entreprises investissent dans cette technologie », a déclaré Dean McCarron. Le mois dernier, Qualcomm a racheté l'entreprise Wilocity, qui a développé une technologie WiGig. Le fondeur veut intégrer le WiGig dans ses processeurs mobiles Snapdragon pour que smartphones et tablettes soient capables de diffuser de la vidéo 4K sans fil sur des écrans externes. « La charge sans fil est un autre enjeu important pour le secteur des ordinateurs portables, mais on ne sait pas encore quelle technologie finira par s'imposer », a encore déclaré l'analyste. Il existe une autre technologie de recharge sans fil concurrente de Rezence : nommée Qi, elle a été développée par le Wireless Power Consortium.

(...)

(22/08/2014 09:04:41)

Une batterie de 1 V pour un émetteur récepteur Bluetooth

Le Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) annonce la disponibilité de IcyTRX-65, une puce émetteur récepteur Bluetooth à ultra-faible consommation. Elle consomme seulement 5mW et elle est alimentée par une batterie de seulement 1 V. Il s'agit d'une version de 65 nm de la plateforme IcyTRX.

Le CSEM avait dévoilé la plateforme IcyTRX en 2012. A cette date, sa consommation s'élevait à 10mA. L'objectif était de réduire la consommation d'énergie bien au-delà du standard habituel, par exemple pour permettre une alimentation par de petites piles bouton. Depuis lors, le CSEM a constaté une explosion de la demande de ce type de produits. Les domaines d'applications de ce type de technologies sont nombreux et notamment la domotique, la santé ou encore le sport. 

ICT Journal

(...)

(19/08/2014 17:54:03)

Réseaux sans fil : Intel a racheté l'activité SoC de LSI

Intel a annoncé il y a quelques jours qu'il rachetait à Avago, pour 650 millions de dollars en numéraire, l'activité Axxia Networking Business du groupe de semi-conducteurs LSI. Spécialisée sur les technologies SoC (system on chip) pour les infrastructures de réseaux mobiles, l'entité Axxia emploie environ 650 personnes. Elle a généré 113 million de dollars l'an dernier.

Avec ce rachat,  Intel veut permettre aux fournisseurs de services de créer des réseaux plus efficaces à moindre coût sur le marché en développement de l'Internet des objets. En novembre, LSI avait annoncé les processeurs de communication Axxia 4500 pour les applications réseaux, une famille basée sur la technologie ARM et ses puces Cortex-A15.

Le groupe singapourien Avago a finalisé en mai dernier l'acquisition de LSI (annoncée fin 2013 pour 6,6 Md$) et revendu en juin ses activités de stockage PCIe Flash à Seagate

(...)

(19/08/2014 14:42:17)

Les Etats-Unis étudient la communication entre voitures pour réduire les accidents

Le gouvernement américain veut faire communiquer via des réseaux sans fil les voitures circulant sur le réseau routier national. L'administration estime qu'un tel système pourrait sauver plus d'un millier de vies chaque année. Ainsi, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) étudie la possibilité de créer une norme fédérale pour développer une technologie de communication véhicule-à-véhicule (V2V), laquelle permettrait aux voitures d'échanger automatiquement des informations entre elles, par exemple quand elles sont trop proches les unes des autres.

L'agence a lancé une enquête de deux mois auprès du public et de l'industrie. L'étude préliminaire démarrera dès que le préavis de réglementation (ANPRM) sera publié au registre fédéral. Avec la technologie V2V, les véhicules pourraient prendre en charge certains aspects de la conduite ou même accomplir des actions que le conducteur ne pourrait pas effectuer lui-même, par exemple « estimer » la situation au niveau d'un carrefour sans visibilité avant que le véhicule ne s'y engage. La norme pourrait aussi constituer une étape vers les voitures autonomes.

Utile à l'approche d'un carrefour sans visibilité

Hier, la NHTSA a publié un premier rapport de recherche sur la V2V. L'administration espère que cette enquête lui permettra de recueillir beaucoup d'informations avant l'avis définitif qui sera rendu en 2016. Dans son rapport, la National Highway Traffic Safety Administration pense que la V2V offrira une assistance intéressante dans deux types de situations : quand un véhicule doit tourner à gauche (Left Turn Assist) et avant de s'engager sur un carrefour sans visibilité (Intersection Movement Assist). Toujours selon l'agence en charge de la sécurité des autoroutes, ces deux systèmes pourraient éviter jusqu'à 592 000 accidents et sauver 1083 vies par an.

Les systèmes ne sont pas destinés à prendre le contrôle du véhicule à proprement parler. Le Left Turn Assist avertirait le conducteur qu'il ne peut pas tourner à gauche s'il détecte un véhicule venant en sens inverse, et l'Intersection Movement Assist lui indiquerait qu'il ne peut pas s'engager dans une intersection s'il détecte un autre véhicule et estime qu'une collision est possible. « Grâce à ces deux technologies, les conducteurs pourraient éviter plus de la moitié des accidents de ce type », a indiqué la NHTSA. 

Voir dans les angles morts

D'autres systèmes V2V pourraient permettre de « voir » dans les angles morts, avertir que le dépassement est interdit, prévenir si deux véhicules sont trop proches l'un de l'autre, ou encore signaler un feu rouge ou un stop. « La technologie V2V représente la prochaine grande avancée pour sauver des vies », a déclaré Anthony Foxx, le secrétaire d'Etat américain aux Transports dans un communiqué. « En plus d'améliorer la sécurité, la technologie V2V pourrait contribuer à rendre le trafic plus fluide et aiderait à réduire la consommation en carburant des voitures », a déclaré l'agence.

La technologie V2V pourrait fonctionner sur les réseaux sans fil utilisant la norme IEEE 802.11p. Cette variante de la norme Wi-Fi utilise une bande de fréquences qui se situent entre 5.85GHz et 5.925GHz. « C'est essentiel pour que cette technologie fonctionne sur tous les véhicules, quel que soit le constructeur », a expliqué la NHTSA. « La technologie V2V ne permet pas d'identifier les véhicules, ni de recueillir ou de communiquer des informations personnelles sur les conducteurs. Elle sera dotée de couches de sécurité et d'une technologie de protection de la vie privée », a encore indiqué l'agence dans son communiqué.

Vehicule2Vehicule communication
Cette illustration tirée du rapport de la NHTSA montre comment la technologie de communication Vehicule-à-véhicule peut alerter les conducteurs des dangers potentiels aux intersections.

(...)

(14/08/2014 19:03:22)

Le trafic Internet perturbé par les limites de certains routeurs

Une avalanche de mise à jour sur les bases de données des routeurs Internet a entraîné des pannes intermittentes sur le trafic Internet hier et posé des problèmes de connexion dans les entreprises, en particulier aux Etats-Unis. On le doit à un problème technique connu depuis quelques temps qui risque de garder les administrateurs réseaux en alerte pendant les prochains jours. Certains routeurs ont en effet atteint leurs limites ce qui conduit certains réseaux à se déconnecter.

Au mois de mai, Cisco ayant averti ses clients que le nombre croissant d'entrées sur les tables de routage allait poser des problèmes. En six ans, le nombre de ces entrées a doublé, passant de 256 000 à 512 000, explique Omar Santos, de l'équipe Product Security Incident Response chez Cisco, dans un billet. Or, si le nombre d'entrées dépasse les 512 000, la TCAM (mémoire ternaire à contenu adressable) qui se trouve dans les commutateurs et routeurs sera insuffisante si elle est n'est pas modifiée. La TCAM est un type de mémoire plus rapide que la RAM, indique Omar Santos.

Configurés par défaut pour gérer 512 000 entrées

Les anciens produits de Cisco sont configurés par défaut pour gérer seulement 512 000 routes. Parmi ceux qui peuvent rencontrer des problèmes  figurent les commutateurs Catalyst 6500, les routeurs 7600 series, ASR 9000 et 1000 series Aggregation Services dans certaines configurations. Cisco a publié des moyens de contourner les problèmes pour cet équipement.

La vague de modifications intervenue sur le routage cette semaine paraît venir de deux réseaux gérés par Verizon, a signalé dans un billet le fondateur de BGPmon, Andree Toonk, une société de surveillance de réseau de Vancouver. Elle semble avoir modifié les tables de routage à 515 000 entrées, au-delà de la limite par défaut de certains équipements. Verizon semble avoir effectué certaines modifications qui réduisent le nombre de routes, ce qui a résolu certains problèmes. « Mais la table de routage Internet va continuer à grossir organiquement et nous atteindra bientôt de nouveau la limite de 512 000 », pointe Andree Toonk.

Dans un billet, un hébergeur du Michigan, Liquid Web, explique comment il a rapidement réagi après avoir rencontré des problèmes.

(...)

(14/08/2014 15:26:56)

Cisco va supprimer 6000 postes sur un an

La restructuration engagée par Cisco va le conduire à supprimer 6 000 postes dans les 12 mois pour transférer ses ressources vers ses activités en développement, telles que le cloud, les logiciels et la sécurité. Il ne s'agira donc pas d'une réduction nette de l'effectif, a précisé l'équipementier américain. Néanmoins, il y aura bien des suppressions de postes puisque les catégories de produits qui enregistrent la plus forte croissance, comme les solutions de sécurité, requièrent des compétences spécifiques. Il faut donc faire de la place pour les accueillir, explique Cisco sans détour.

« Si nous n'avons pas le courage de changer, si nous ne menons pas le changement, nous allons nous retrouver à la traîne », a clairement indiqué le CEO John Chambers, lors d'une conférence téléphonique. Cisco compte environ 74 000 collaborateurs. Les réductions vont donc toucher 8% de son effectif total. Les coûts de réorganisation sont évalués à 700 M$ dont la moitié seront engagés sur le trimestre en cours, a précisé le directeur financier Frank Calderoni.

Un chiffre d'affaires annuel en baisse de 3%

Ces annonces ont été faites lors de la communication des résultats financiers annuels du groupe. Sur son dernier trimestre fiscal, Cisco a enregistré une progression de 29% sur ses ventes de logiciels et de 30% sur ses ventes d'équipements pour datacenters, qui comprennent les Unified Computing Systems (UCS). En revanche, ses ventes de routeurs et de commutateurs ont respectivement baissé de 7% et 4%.

Au total, Cisco a réalisé le même chiffre d'affaires que l'an dernier, 12,4 milliards de dollars, sur le 4èmetrimestre de son exercice clos le 26 juillet. Son bénéfice net a baissé par rapport à l'an dernier à 2,2 Md$ (contre 2,3 Md$ sur son 4èmetrimestre fiscal en 2013), mais son bénéfice par action a augmenté de 0,01 $ à 0,43 $.

Sur l'ensemble de son année fiscale, le chiffre d'affaires de Cisco a baissé de 3% par rapport à l'an dernier, à 47,1 milliards de dollars. Son bénéfice net accuse une baisse de 21,3% à 7,9 milliards de dollars. 

(...)

(14/08/2014 13:44:05)

Splunk renforce le suivi des données sur le réseau

Splunk livre App for Stream qu'il décrit comme une nouvelle approche pour capturer en temps réel les données machine circulant entre les applications via les réseaux. L'analyse de ces « wire data » peut renseigner sur les performances des applications, les problèmes de sécurité et d'infrastructure IT sans devoir recourir à l'instrumentation de code, explique l'éditeur. Le logiciel est fourni gratuitement aux clients utilisant Splunk Enterprise ou Splunk Cloud. Il leur permettra d'améliorer la disponibilité des applications en surveillant les temps de réponse et les performances du réseau et en trouvant plus rapidement les causes des problèmes. Pour les e-commerçants, le logiciel permet aussi de capturer et d'analyser les interactions web (pages visités, temps passé sur une page, etc.), sans devoir taguer chaque page, afin de pouvoir améliorer le taux de satisfaction des visiteurs et de transformation des achats.

En décembre dernier, l'éditeur américain a racheté Cloudmeter dont les équipes techniques lui ont apporté une forte expertise sur les réseaux. App for Stream est le premier produit résultant de cette acquisition, explique Splunk. Il donne directement accès aux « wire data », pour les infrastructures sur site ou exploitées dans le cloud, public, privé ou hybride, alors que les solutions traditionnelles ou basées sur des appliances sont parfois difficiles à déployer, souligne Splunk, notamment dans les infrastructures de cloud public, selon lui. 

En février dernier, Splunk avait organisé sa 4ème conférence utilisateurs à Paris.

(...)

(13/08/2014 12:01:10)

DefCon 22 : les hackers débusquent 15 failles dans des routeurs Soho

Les routeurs semblent moins sûrs depuis que les hackers participant au concours SOHOpelessly Broken ont réussi à pénétrer sur cinq modèles de routeurs sans fil sur dix, débusquant 15 nouvelles vulnérabilités qu'ils ont signalées aux fabricants concernés. Les routeurs soumis étaient : Linksys EA6500, Asus RT-AC66U, Trendnet TEW-812DRU, Netgear Centria WNDR4700 Netgear WNR3500U / WNR3500L, TP-Link TL-WR1043ND, D-Link DIR-865L, Belkin N900 DB et le firmware Open Wireless Router développé par l'Electronic Frontier Foundation (EFF).

Les hackers avaient trois défis à relever pour gagner. Pour le premier, ils devaient trouver des vulnérabilités zéro-day non corrigées dans des modèles sélectionnés et ils étaient gratifiés d'un certain nombre de points en fonction de la criticité de la vulnérabilité. Le second défi consistait à entrer sur des routeurs fonctionnant avec un firmware vulnérable et à voler des informations sensibles. Le troisième défi, similaire, ciblait un routeur d'Asus et un de D-Link. Les quatre candidats ayant participé au concours zero-day ont trouvé un total de 15 failles. Onze de ces vulnérabilités ont été identifiées par Craig Young, chercheur pour l'entreprise de sécurité Tripwire. Craig Young n'est pas inconnu dans le domaine de la sécurité des routeurs : en février dernier, il avait publié un rapport dans lequel il montrait que 80 % des 25 routeurs SOHO sans fil les plus vendus par Amazon comportaient des vulnérabilités.

Plusieurs failles combinées pour une attaque complète

« Toutes les failles débusquées lors du concours SOHOpelessly Broken n'étaient pas critiques, et dans certains cas, les candidats ont dû combiner plusieurs vulnérabilités entre elles pour élaborer une procédure d'attaque complète », a déclaré Stephen Bono, président de Independent Security Evaluators, l'entreprise de sécurité qui a organisé la compétition avec la EFF. Le participant devait réussir à gagner un accès suffisant au routeur pour exécuter des commandes spécifiques et être finalement capable de prendre un contrôle total du routeur. Sept attaques sont parvenues à ce résultat sur les routeurs Asus RT-AC66U, Netgear WNDR4700 Centria (il présentait deux failles distinctes), Belkin N900, Trendnet TEW-812DRU et un routeur fabriqué par Actiontec Electronics que Verizon Communications fourni à ses abonnés.

Le routeur Actiontec ne faisait pas parti des modèles présélectionnés par les organisateurs et il a été ajouté par l'un des concurrents. « Nous avons fait une exception et avons accepté le choix du concurrent », a déclaré Stephen Bono. Un autre candidat a montré comment prendre le contrôle total de son propre routeur D-Link DIR-865L, mais il s'est avéré que l'appareil tournait avec un firmware plus ancien que celui préconisé par les organisateurs, lequel n'était pas vulnérable à la faille exploitée par le concurrent. 

Certains fournisseurs ne corrigent jamais les failles signalées

A noter que seules quatre des vulnérabilités signalées étaient totalement nouvelles. Les autres avaient été découvertes et corrigées par le passé dans d'autres modèles de routeur provenant des mêmes fabricants, mais ceux-ci ne les avaient pas corrigées dans les routeurs sélectionnés pour la compétition. « Ce genre d'incohérence dans le déploiement des correctifs arrive fréquemment dans le monde du routeur », a déclaré le président de Independent Security Evaluators. Les vendeurs corrigent souvent les vulnérabilités des modèles signalés par les chercheurs et ne testent pas leurs autres produits pour savoir s'ils sont également vulnérables.

« Dans certains cas, les vendeurs ne corrigent jamais les vulnérabilités signalées, et parfois ils ne sont même pas capables de les corriger parce qu'elles se trouvent dans le code intégré par les fournisseurs de puces », a-t-il ajouté. Stephen Bono ne garantit pas non plus que les routeurs qui n'ont pas été piratés pendant le concours sont exempts de toutes vulnérabilités. Selon lui, les résultats sont liés au fait que les quatre candidats ont pu avoir accès à certains routeurs avant la compétition pour les analyser, si bien que cela ne permet pas de dire qu'un routeur est plus sûr qu'un autre. 

Les attaques massives de plus en plus fréquentes

« En général la sécurité des routeurs Soho n'est pas une priorité des fabricants parce que leurs marges sur ces produits sont assez faibles et ils cherchent à commercialiser leurs matériels le plus rapidement possible, plutôt que d'investir dans des cycles de vie de développement sécurisé et des audits de sécurité », a déclaré Stephen Bono. « Etant donné que la plupart des routeurs sont vulnérables, quel que soit le fabricant, les incitations à passer par un développement sécurisé ne sont pas très fortes. Cependant, comme les attaques massives contre les routeurs sont de plus en plus courantes et étant donné que les utilisateurs commencent à comprendre les risques associés au piratage des routeurs, la sécurité peut devenir un facteur de différenciation sur ce marché », a déclaré le président de Independent Security Evaluators.

(...)

(13/08/2014 10:33:20)

La Tour Eiffel déploie le WiFi sur deux sites

La Société d'Exploitation de la Tour Eiffel (SETE) a décidé fin 2013 de délivrer autant à ses collaborateurs qu'aux visiteurs de la Tour Eiffel (notamment les clients privatisant le Salon Gustave Eiffel) une connexion sans fil Wi-Fi à haut débit. Deux sites étaient donc à équiper : la Tour elle-même, dans ses parties publiques et non-publiques, et le siège de la société. Les collaborateurs devaient également pouvoir se déplacer d'un site à l'autre en disposant de la même connexion.

Pour atteindre ses objectifs, la SETE a eu recours aux solutions BSO Network Solutions. L'infrastructure mise en place permet une bande passante de 100 Mbit/s avec un cluster de pare-feux infogéré par BSO Network Solutions. Ce fournisseur supervise l'ensemble de l'infrastructure à partir de son NOC (Network Operation Center).

Le projet comporte 25 bornes WiFi. 13 sont d'ores et déjà déployées. Le solde du projet concerne essentiellement les zones du monument non-ouvertes au public afin de faciliter les opérations de maintenance lors des interventions des techniciens. Le coût global du projet n'a pas été précisé. (...)

Les 10 documents suivants >


Publicité
Publicité
Publicité