Selon un nouveau rapport d’IDC, l’essentiel des dépenses mondiales consacrées aux nouveaux réseaux Blockchain - près de 2,9 milliards de dollars cette année - concernera le secteur financier. Les banques, le secteur des valeurs mobilières et des investissements et celui de l’assurance y contribueront à plus de 1,1 milliard de dollars. Dans son étude, le cabinet de recherche fait également remarquer que les mises en œuvre de la blockchain passeront rapidement des étapes pilote et de preuve de concept à une mise en production dans le monde réel. « Les cas d’usages pour lesquels la blockchain représente une opportunité se développent aussi rapidement que les technologies le permettant », a déclaré Jessica Goepfert, vice-présidente du programme axé sur la compréhension et l'analyse client d’IDC. « Même si dans le secteur financier les dépenses pour des cas d’usage plus évolués, comme le financement du commerce extérieur et les paiements transfrontaliers, sont encore solides et toujours en hausse par rapport à ce qui se passait il y a six mois, nous avons constaté une accélération des dépenses dans d’autres domaines, comme les règlements énergétiques et les demandes de garantie ». 

Par exemple, à l'automne dernier, Walmart et Sam's Club, qui testaient tous deux un système de gestion de la chaîne d'approvisionnement basé sur blockchain, ont demandé à leurs fournisseurs de produits frais de rejoindre leur réseau de grand livre distribué d'ici un an - en septembre 2019, exactement - afin de suivre les produits depuis le lieu de production jusqu’au lieu de vente. Et J.P. Morgan Chase a récemment annoncé le lancement de la première cryptomonnaie garantie par une institution bancaire, une initiative qui pourrait conférer à la technologie blockchain une légitimité pour la circulation de cryptomonnaies fiduciaires. Le JPM Coin de J.P. Morgan va essentiellement permettre d'utiliser un registre distribué autorisé pour suivre les transferts de soldes entre les départements de la banque elle-même, et au niveau international entre clients institutionnels.

Les dépenses blockchain répartis par cas d’usages. (Crédit : IDC) 

Au total, cette année, selon l’édition mise à jour du Guide « Worldwide Semiannual Blockchain Spending » d'IDC, les dépenses dans blockchain, évaluées l’an dernier à 1,5 milliard de dollars, devraient augmenter de 88,7 % par rapport à 2018. Selon IDC, ces dépenses devraient progresser rapidement jusqu'en 2022 pour atteindre 12,4 milliards de dollars, le cabinet prévoyant un taux de croissance annuel composé de 76 %. Les États-Unis dépenseront plus pour cette technologie que toute autre région du monde (1,1 milliard de dollars). Viennent ensuite l'Europe de l’ouest (674 millions) et la Chine (319 millions). Parmi les autres régions, le Japon et le Canada seront en tête du peloton avec un taux de croissance annuel respectif de 110 et 90 % sur cinq ans. En juillet dernier, IDC avait prédit que les dépenses globales dans la chaîne de blocs atteindraient 9,7 milliards de dollars en 2021 et 11,7 milliards en 2022.

Suivi de la provenance des pièces, gestion des biens et des identités

Portée cette année par le secteur financier, la techologie sera principalement utilisée pour les paiements et règlements transfrontaliers (453 millions de dollars), le financement du commerce et les règlements post-transactions (285 millions de dollars). Côté technologique, les services IT et les services aux entreprises (combinés) représenteront près de 70 % des dépenses blockchain en 2019. Les investissements du secteur manufacturier dans la chaîne de blocs concerneront essentiellement le suivi de la provenance des pièces et la gestion des biens, tandis que le secteur bancaire, les administrations et les prestataires de santé investiront de manière importante dans la gestion de l'identité. Le mois dernier, un sondage réalisé par KPMG auprès de dirigeants d'entreprises technologiques a montré que la plupart d'entre eux croient que la blockchain va changer la manière dont leurs entreprises exercent leur activité - et plus de 40 % prévoient d'en déployer une au cours des trois prochaines années.

Selon Stacey Soohoo, directrice de la recherche chez IDC, les avancées de l'an dernier, notamment la reconnaissance du rôle de gouvernance de la blockchain par les organismes de réglementation et l'acceptation plus généralisée de la technologie du grand livre distribué, incitent les entreprises à passer des projets pilotes et des preuves de concept à des systèmes de production. « Dans de nombreux cas d’usage, l'intégration de la chaîne de blocs dans la solution a apporté plus de bénéfices que le statu quo », a déclaré Mme Soohoo dans un communiqué. « Alors que les entreprises cherchent un équilibre entre la décentralisation de leurs processus d'affaires et des normes communes pour la chaîne de blocs, le futur de la chaîne de blocs repose sur la collaboration et la mise en place de passerelles entre entreprises et communautés ».