Bien que Java ait rencontré des problèmes de sécurité ces derniers temps, les développeurs ne semblent pas les voir comme des obstacles au déploiement de la plate-forme. Ceux-ci ne considèrent en effet pas Java comme particulièrement vulnérables. "Il n'y a rien de fondamentalement mauvais avec Java", explique Gonzalo Diethelm, responsable de l'architecture et du développement chez le dépositaire central de sécurité du Chili, DCV. Ce dernier n'a d'ailleurs pas l'intention d'abandonner Java et, loin d'être un cas isolé, compte même le développer encore au sein de son infrastructure. Lors de la conférence JavaOne 2012 à San Francisco cette semaine, d'autres développeurs ont également assuré qu'ils restaient confiants en Java et ce même après les problèmes rencontrés ces dernières temps, notamment le cheval de Troie Flashback qui aura touché plus de 600 000 Mac en exploitant une faiblesse dans le mécanisme de sécurité sandbox. 

Des failles ne concernant qu'une faible partie des utilisateurs

Certains développeurs affirment que la sécurité des applets Java n'était qu'un problème particulier non-applicable à la plupart des sites de nombreux utilisateurs. Par exemple, "le récent problème de sandbox n'était qu'une question d'applet mais la plupart des déploiements de Java se trouve du côté serveur", explique Richard Warburton, un développeur Java pour jClarity, une star-tup de suivi des performances des applications. "La question de sandbox n'affecte pas la plupart des utilisateurs", affirme-t-il. "Un grand nombre d'entreprises ont déjà désactivé l'applet dans le navigateur et ne rencontrent aucun problème". Par Siko, un développeur au sein du cabinet de conseil Jayway, ajoute : "Java est vraiment imposant concernant le domaine des serveurs et je ne pense pas que la sécurité soit un problème de ce côté là". Un développeur au Sandia National Laboratories a en outre souligné que les systèmes étaient de toute façon isolés contre les intrus.  

La vigilance reste de mise

Bien que les développeurs cédent donc pas à la panique (P. Siko, par exemple, affirme que son entreprise va augmenter son utilisation de Java), ils réitèrent cependant la nécessité pour les utilisateurs d'Oracle de rester vigilants. M. Siko souligne l'importance des correctifs, notant que "la réparation rapide des problèmes de sécurité sera le plus important facteur pour Java". "Nous avons investi beaucoup d'énergie sur l'ensemble des caractéristiques de Java et la sécurité est l'une de nos zones d'effort", explique de son côté Georges Saab, vice-président du développement pour Java Platform Edition, Standard (Java SE) chez Oracle.