Une mission sur les cryptomonnaies vient d’être confiée au haut fonctionnaire Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances Bruno Lemaire. Ce dernier l’a annoncé hier, lors de ses vœux à la presse, en précisant que cette mission sera chargée de lui proposer des orientations sur l’évolution de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement. L’objectif est aussi de pouvoir empêcher que ces cryptomonnaies - dont le Bitcoin est la manifestation la plus emblématique - soient utilisées à des fins d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme, a ajouté Bruno Lemaire. « Nous voulons une économie stable : nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin », a-t-il souligné dans son discours en ajoutant qu’il avait demandé que la présidence argentine du G20 se saisisse de cette question.

La biographie de Jean-Pierre Landau communiquée par le ministère de l’Economie et des Finances rappelle que ce diplômé de HEC et de Sciences Po est également passé par l’Ecole nationale d’administration (ENA). Il fut administrateur pour la France au FMI et à la Banque mondiale à Washington, de 1989 à 1993, et directeur général de l’Association française des banques en 1999. De 2006 à 2011, sous-gouverneur de la Banque de France, il a été membre du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux et membre du Forum de stabilité financière.

Le Bitcoin, monnaie virtuelle hautement volatile

En janvier 2014, Jean-Pierre Landau a notamment signé dans le Financial Times une tribune qui mettait déjà en garde contre la folie du bitcoin, qualifiée de « tulipe du 21ème siècle » en référence à l’engouement pour le négoce des tulipes qui a saisi au milieu du 16ème siècle les Pays-Bas (alors Provinces-Unies) générant une bulle spéculative autour du prix de ces fleurs.

Le cours du Bitcoin, hautement volatile, a culminé à 16 500 euros (près de 19 400 dollars) le 17 décembre dernier et il tourne aujourd’hui autour de 10 000 euros contre environ 1 100 euros début avril 2017. Le 9 janvier dernier, l’Autorité des marchés financiers a réagi sur Twitter sur les risques associés au bitcoin après les propos d’une star de la télé-réalité vantant les placements en bitcoin, au profit d'un site permettant d'en négocier.