En direct de Valencia. Cinq ans après la première KubeCon européenne à Berlin, la convention dédiée à la plateforme Kubernetes fait son grand retour sur le vieux continent avec une étape à Valencia en Espagne, du 18 au 20 mai 2022. Après deux ans de conférences en mode virtuel, pour cause de pandémie Covid, 7 000 personnes (développeurs, administrateurs, exposants et employés de la fondation CNCF) sont attendues sur le salon et 10 000 en ligne pour les retransmissions vidéo. Comme sur tous les évènements de ce type, les participants ont prévu de passer des certifications pour affiner leurs compétences et affûter leur CV. La Cloud Native Computing Fondation (CNCF) qui chapeaute la feuille de route de Kubernetes et organise cet évènement annonce deux certifications supplémentaires : sur Prometheus, l’outil de monitoring associé à K8’s, et le CNF Certification Program pour les telcos. La première vise à valider les connaissances des ingénieurs en matière d'observabilité, de surveillance et de supervision des systèmes open source, tandis que la seconde (CNF pour Cloud Native Network Function) entend aider les opérateurs télécoms à adopter  l'orchestrateur de conteneurs et les outils cloud natifs pour assurer une meilleure interopérabilité à leurs clients. Cette dernière s’intéresse à toutes les solutions qui s'exécutent dans un environnement Kubernetes certifié, et encourage la compatibilité inter-cloud. Orange a commencé a travaillé avec cette plateforme pour assurer l’interopérabilité avec des fournisseurs comme Ericsson ou Nokia, et proposer une plateforme de services pour ses besoins internes, mais également servir les clients. Cette initiative démarre juste chez l'opérateur télécoms français, comme nous l’a expliqué Philippe Ensarguet, directeur technique chez OBS, lors d’un entretien. Nous reviendrons plus longuement sur ce sujet demain. 

Pour le retour d'une édition physique de la KubeCon, les développeurs et autres administrateurs étaient au rendez-vous à la Fiera de Valencia. (Crédit CNCF)

Lors de la keynote KubeCon du 18 mai, Priyanka Sharma, directrice générale de la CNCF, qui pilote le développement de la plateforme Kubernetes, a insisté sur l’élargissement de l’écosystème K8’s avec notamment l’arrivée du constructeur aéronautique Boeing comme partenaire platinium au côté des géants IT Apple, AWS, Cisco, Microsoft ou Oracle. Il y a 5 ans à Berlin, les principaux partenaires étaient Google et IBM, qui font toujours parti des contributeurs majeurs (avec Red Hat pour IBM depuis le rachat de ce dernier) à la plateforme. Plus globalement, la CNCF engrangé 38 membres supplémentaires pour la KubeCon de cette année et franchit la barre des 800 entreprises affiliées.

Peter Mueller, lead expert chez Mercedes-Benz, a travaillé sur la migration de ses clusters de containers avec un outil développé à partir de Kubernetes. (Crédit S.L.)

Afin de mieux connaître sa communauté, la CNCF a mandaté la société SlashData pour mener une étude sur ses utilisateurs. Priyanka Sharma a ainsi pu indiquer que près de 7,1 millions de développeurs dans le monde travaillent sur des applications cloud native, dont 5,1 millions avec Kubernetes. En augmentation de 51% par rapport à la première étude en 2020. Le gestionnaire de clusters de containers est particulièrement apprécié dans les grandes entreprises (plus de 5 000 employés) : selon l'étude, un quart des développeurs utilisent Kubernetes pour gérer leurs clusters de containers. Mercedes Benz Tech Innovation, anciennement Daimler TSS, est intervenu lors de la keynote pour présenter son usage de Kubernetes avec des migrations de clusters de containers particulièrement importantes (930 clusters au total aujourd’hui sur trois continents). « Vous n’avez pas besoin d’être gros ou célèbre pour utiliser Kubernetes. Nous avions un ensemble d’outils pour gérer nos containers, mais c’était pénible - avec des échecs lors des déploiements - et beaucoup de travail au final », a expliqué Peter Mueller, lead expert chez Mercedes-Benz.  « Nous avons regardé les solutions du marché et crée notre propre solution de management dans le cloud. Avec l’open source, nous avons plus de choix. Nous sommes ainsi passés de plusieurs semaines à quelques minutes pour le déploiement de nos applications après validation du management ».  L’équipe du constructeur automobile a publié un document baptisé FOSS Manifesto pour mettre en avant et partager ses bonnes pratiques autour de Kubernetes et d’autres solutions open source.

L'entité innovation de Mercedes-Benz migré plus de 900 clusters de containers mai sur modèle clusters API pour simplifier les déploiements et la maintenance. (Crédit S.L.)

Parmi les tendances cette année, signalons la volonté de réduire la consommation d’énergie dans les datacenters avec une meilleure utilisation des charges de travail distribué et notamment des langages de développement utilisés. Certains frameworks et langages sont en effet plus efficaces que d’autres selon la CNCF (voir tableau ci-dessous). La décarbonation fait aussi son chemin chez les éditeurs, reste à convaincre les développeurs et les administrateurs de travailler différemment. La hausse du coût de l’énergie pourrait bien être le détonateur attendu dans une industrie IT en forte croissance. Le trafic Internet a augmenté de 40% en 2020, alors que les data centers qui consomment 2% de l’énergie électrique dans le monde vont passer à 8% en 2030 si rien n’est fait.

Selon la CNCF, certains langages sont plus efficients que d'autres au niveau de la consommation d'énergie. (Crédit S.L.)