Rares sont ceux qui échangeraient le soleil de San Francisco et l'innovation de la Silicon Valley contre une entreprise de billetterie ferroviaire au service de navetteurs britanniques mécontents. Mais essayez de dire cela à Milena Nikolic, directrice technique de Trainline. Pendant longtemps directrice de l'ingénierie chez Google où elle a été amenée à diriger l'écosystème des développeurs de Google Play, Milena Nikolic avait envie de quelque chose de nouveau, plus axé sur l'utilité sociale. « Je travaillais chez Google depuis tellement longtemps que j'ai cessé de compter », relate-t-elle, poursuivant « en fait, près de 13 ans... et j'avais envie de changement ». Milena Nikolic a attendu la bonne opportunité dans un marché technologique en pleine croissance. Rien ne l'a vraiment inspiré, jusqu'à un contact avec Trainline, plateforme technologique numérique internationale pour les trains et autocars, dont le siège se trouve à Londres. « Tout s'est mis en place ; toutes les cases étaient cochées. J'ai réellement aimé la mission, qui consistait à relier les gens à des lieux par des moyens plus écologiques et plus durables ».

Les 100 premiers jours

Inutile de dire que pendant les 100 premiers jours, Milena Nikolic a eu beaucoup à faire. En tant que nouvelle directrice technique, elle devait définir la stratégie technique, veiller à ce que l'équipe technique soit à la hauteur et aligner les stratégies produit et celles de l'entreprise. Elle a passé du temps à comprendre la pile technologique, les défis métiers et le fonctionnement d'une équipe technologique complète, répartie entre l'infrastructure, le développement de produits, la sécurité, la confidentialité et la conformité technique. Et si Trainline disposait de systèmes techniques solides et d'un bon niveau d'autonomie, Milena Nikolic pense que les membres de l'équipe eux-mêmes n'avaient pas l'impulsion pour sortir de leur zone de confort, ce qui avait un impact sur les résultats. « Les ingénieurs étaient de très bons spécialistes dans leur domaine, mais, de mon point de vue, ils se sentaient moins habilités à s'approprier réellement les objectifs et les résultats de bout en bout », explique-t-elle. « Ce sont tous des individus brillants qui ont beaucoup à apporter au-delà du codage de leur part du système technique. Ils étaient plus attachés à leur portion de pile technique, et se contentaient d'y contribuer », a-t-elle observé. Cette analyse a poussé la CTO à engager des changements dans le travail des équipes technologiques dans toute l'entreprise, et à soutenir un nouveau modèle opérationnel cible.

Stimuler la croissance de l'entreprise grâce à de nouvelles équipes

Depuis son lancement en 1997, Trainline est une entreprise technologique, qui vend des billets en ligne depuis 1999. Plus récemment, sous la tutelle de l'ancien directeur technique Mark Holt, Trainline a travaillé sur la mise à l'échelle et la mobilité, en adoptant des pratiques DevOps, des principes agiles et en tirant parti de la puissance de calcul via Amazon Web Services (AWS). En 2018, la plateforme Trainline accueillait plus de 80 millions de visites de clients par mois, dont plus de 80 % à partir d'appareils mobiles. L'entreprise vendait plus de 204 billets chaque minute. Aujourd'hui, sa Platform One, qui comptabilise 78 millions de visites par mois sur tous les canaux, couvre plus de 270 compagnies ferroviaires et d'autocars dans 45 pays, dont plus de 80 % des lignes ferroviaires en Europe. Cette croissance d'échelle a entraîné une augmentation constante des ressources. Si la pandémie de Covid-19 a laissé l'entreprise avec une dette de près de 250 millions de livres sterling en 2021, depuis, Trainline s'est redressée pour atteindre des ventes nettes de billets de 2,5 milliards de livres sterling, et elle affiche un bénéfice net de 90 millions de livres sterling dans ses derniers résultats financiers. Trainline emploie aujourd'hui environ 400 ingénieurs, spécialistes des données et de la technologie, qui travaillent sur Platform One et traitent plus de 600 versions du système chaque semaine.

L'entreprise compte environ 800 employés au total dans l'ensemble de ses activités. Depuis son arrivée il y a un an, Milena Nikolic a divisé les équipes en fonctions horizontales et verticales afin de favoriser l'efficacité opérationnelle et le développement de produits. Les membres de l'équipe horizontale ont la responsabilité des plates-formes pour garantir leur robustesse, leur fiabilité, leur latence et leur évolutivité, afin que les ingénieurs puissent être productifs. Les équipes verticales, quant à elles, opèrent sur l'ensemble de la pile technologique, de sorte que les équipes ne sont pas localisées dans certains systèmes d'exploitation, d'orchestration ou de couches de données. Ces équipes interfonctionnelles, qui incluent le support produit, l'UX et les données, offrent différents niveaux d'expertise sur l'infrastructure frontale et dorsale. « Ces équipes ont une mission claire, qui consiste à s'approprier le produit ou le résultat métier », indique Milena Nikolic. « Elles ont une autonomie totale pour décider de ce qu'elles veulent faire afin d'atteindre tel objectif, telle mission et faire évoluer le cycle métier attendu ».

Former des ingénieurs et créer des produits

Pour requalifier les équipes, Milena Nikolic a fait en sorte de créer un ensemble de compétences transversales et de permettre au personnel d'acquérir une expérience plus large. Par exemple, elle explique qu'un développeur iOS peut apprendre le commerce électronique, ou qu'un développeur web peut étudier l'infrastructure back-end. Pour cela, plusieurs solutions ont été mises en place, notamment un « sommet technologique » en interne réunissant des intervenants internes et externes à Trainline pour parler d'une foule de sujet relatifs à la technologie, aux produits et aux données, jusqu'à une communauté avec « une culture d'artisanat » qui propose des activités régulières, comme des dojos de codage, des ateliers, des hackathons et des rencontres. L'entreprise fournit également un accès à la plateforme d'apprentissage technologique O'Reilly, où les membres de l'équipe peuvent assister à des conférences en direct et accéder à des livres et du contenu.

Au cours de cette première année, l'équipe a célébré beaucoup de réalisations. Selon Milena Nikolic, Trainline dispose désormais d'une plateforme robuste et évolutive capable de supporter dix fois plus de de recherches et de transactions. Par ailleurs, l'entreprise a récemment lancé la technologie de code-barres STicket pour fluidifier les achats et prévenir la fraude. Elle a aussi lancé des notifications de retard en France et au Royaume-Uni, une décision judicieuse quand on sait que 600 trains sont retardés chaque minute. Enfin, la nouvelle application « Where next ? » de Trainline s'intègre dorénavant à Apple MapKit pour que les utilisateurs iOS puissent planifier leur voyage sans avoir à quitter l'application. Chez Trainline, Platform One sert de base à toute la technologie et à l'innovation, autour de deux évolutions technologiques en vogue, les micro-services et l'infrastructure en tant que code (IaaC). « Notre pile technologique repose sur une base solide fournie par AWS », explique la CTO. « En utilisant des technologies variées, telles que EC2, ECS, Fargate, Kinesis et RDS, Trainline peut disposer de l'infrastructure hyper-agile nécessaire pour fournir à ses clients une plateforme de premier ordre », ajoute-t-elle.

Attirer davantage de femmes dans l'ingénierie

Après avoir travaillé dans le secteur pendant 15 ans, Milena Nikolic reste frustrée par le manque d'incitation et d'attractivité de ce domaine pour les femmes. Elle admet que le secteur technologique semble toujours moins inclusif pour les femmes, et ce « problème de société » peut les pousser à quitter le secteur en milieu de carrière. « Il est certain que c'est difficile », reconnaît-elle. « Après avoir mené ce combat pendant 15 ans, il est parfois décourageant de constater à quel point le changement se fait lentement. ». Cependant, la CTO garde bon espoir que le secteur puisse réduire cet écart de représentation. Elle rappelle aussi que Trainline a mis en place des panels de recrutement diversifiés et fixé des objectifs de diversité et d'inclusion (D&I), ainsi que des partenariats avec l'école de technologie de codage ADA à Paris et Future Frontiers, une organisation caritative qui forme et accompagne des étudiants de milieux défavorisés dans 200 écoles secondaires de Londres et Édimbourg.

Milena Nikolic pense que pour qu'il y ait plus de femmes dans l'ingénierie, il faut plus de talents en haut de la chaîne, en encourageant par exemple les groupes défavorisés à entamer une carrière dès l'école. « La seule façon durable de prouver que c'est possible, c'est de faire tomber les barrières d'accès des groupes sous-représentés au moment où ils entrent dans le monde de la technologie », avance-t-elle. Trainline reste sur une trajectoire ascendante. Outre de bonnes perspectives d'expansion internationale, des contrats gouvernementaux à remporter, l'entreprise a un nouveau CDO, recruté chez Meta, qui rend compte à Milena Nikolic. « Je veux vraiment m'assurer que l'exécution est au niveau des attentes et des besoins. L'important pour moi est que l'équipe soit prête à réussir de la meilleure façon possible, afin que nous puissions tirer parti de ces opportunités ».