Avec désormais deux cordes à son arc, le stockage traditionnel sur site et la fourniture de ses solutions dans les clouds d’AWS, Azure et GCP, NetApp a développé une expertise précieuse dans le monde du CloudOPs (Cloud Operations). Pour développer sa présence sur ce marché, le fournisseur de San José a multiplié les acquisitions avec CloudCheckr, Data Mechanics, Fylamynt, Instraclustr et encore Spot. Ces dernières ont permis de lancer Cloud Volumes Ontap, Cloud Volumes Service, Azure NetApp Files, Cloud  Data Send et Cloud Insights. La stratégie est d’accompagner les entreprises confrontées à la complexité des solutions multiclouds lorsqu’elles transfèrent leurs applications vers le cloud public afin de bénéficier de systèmes optimisés et automatisés.

Les outils CloudOps de NetApp viennent donc automatiser ce processus sur fond de pénurie de personnel qualifié. La difficulté de la gestion des opérations cloud tient à la spécificité de fonctionnement de chaque fournisseur. Quand on connaît le nombre d’instances disponibles chez AWS, plus de 400, et les combinaisons possibles avec des tarifs à géométrie variable (avec ou sans ristourne), options cachées, changement de formule…), la gestion des services cloud est devenue particulièrement compliquée, ce qui explique la multiplication des start-ups spécialisées pour gérer les ressources dans ce domaine. Pour répondre à cette problématique, les équipes CloudOps doivent être rompues aux plateformes de cloud privé et public, mais également à l’ensemble des langages associés. « Provisionner à l’échelle une base de données open source en mode SaaS, Cassandra ou autres, fait partie des opérations que nous assurons chez NetApp », nous a expliqué lors d’un point presse Philippe Charpentier, directeur technique chez NetApp France. « Nous simplifions encore l’administration des environnements hybrides et multicloud via la console unique Cloud Manager ».

La concurrence affine ses solutions CloudOPS

Le fournisseur de San José n’est toutefois pas le seul à développer des outils CloudOPs pour accompagner ses clients. Avec un peu de retard, Dell Technologies a également suivi ce chemin avec son projet Alpine, qui entend accompagner le déploiement de ses solutions de stockage (blocs, fichiers et objets) sur les trois principaux clouds du marché avec des mécanismes d’automatisation pour la supervision et la maintenance opérationnelles. Depuis le rachat de Portworx, spécialisé dans le stockage persistant pour Kubernetes, Pure Storage a aussi renforcé ses ressources CloudOPs avec notamment son offre Fusion, qui apporte des capacités de surveillance automatisée et de recommandation pilotées par l'IA avec gestion en libre-service et consommation en mode souscription (Apex chez Dell).  Dans un marché de plus en plus concurrentiel, les fournisseurs de stockage traditionnels embrasent le multicloud et les opérateurs de cloud public ont créé des passerelles hybride - Outposts chez AWS, Anthos chez GCP et Azure Stack chez Microsoft - pour accompagner les entreprises désirant conserver des données sensibles tout en bénéficiant de souplesse et de services avancés.