Ceux qui s’inquiètent de savoir si les éditeurs et les créateurs de contenu obtiendront leur part à l’ère du chat alimenté par l'IA, auront peut-être envie d’adopter Neeva. En effet, ce petit moteur de recherche se fait un point d’honneur à fournir ses sources autant qu’à donner des réponses. Fondé par Sridhar Ramaswamy (ex-vice-président senior des publicités chez Google) et Vivek Raghunathan (ex-vice-président de la monétisation chez YouTube), Neeva appartient au petit nombre de moteurs de recherche qui, soit, se sont dotés d’une technologie IA, soit sont construits autour de cette technologie. Actuellement, les trois principaux moteurs de recherche sont ChatGPT, Microsoft Bing et, à terme, Google Bard. Mais You.com et Neeva ont tous deux une chance de susciter de l’intérêt alors que la recherche assistée par l'IA commence à se développer.

Cependant, Neeva ne peut pas vraiment être considéré comme un chatbot alimenté par l'IA, du moins pas encore. Il s'agit plutôt d'une recherche assistée par l'IA, ou d'une recherche avec un peu d'IA par-dessus. Les invites du type « Raconte-moi une blague » sont ignorées, tout comme les invites amusantes, mais stupides du genre « Parmi les voitures utilisées par les gangsters dans les années 1940, quelle est la plus rapide ? ». En fait, sauf si l’on utilise spécifiquement NeevaAI, le chatbot de Neeva, la liste de résultats ressemblera à celle de n'importe quel autre moteur de recherche. Neeva promet cependant que son moteur n’affichera aucune publicité, et qu’il n’effectuera aucun traçage. 

Neeva

NeevaAI en action, avec un synopsis à droite. (Crédit : Mark Hachman/IDG)

L’apport particulier de Neeva se situe plutôt dans la recherche multisite. Par exemple, NeevaAI pourra fournir la liste des meilleurs ordinateurs portables, avec une explication d'un paragraphe ou deux, et des notes de bas de page. La plateforme fournira aussi en dessous de la réponse une série de liens, afin que le demandeur puisse voir les sites qui lui ont servi de références pour donner sa réponse. Mais, à droite de la page, on trouve néanmoins quelque chose d'unique : un descriptif créé par NeevaAI, qui présente le site en une ou deux phrases. C’est un bon compromis : les utilisateurs peuvent lire ce que le site a à dire sur le sujet en une ou deux phrases courtes, l’idée étant de donner envie aux utilisateurs de visiter le site lui-même pour avoir plus de contexte et d'informations. Le lien vers le site est placé en haut de la page et une grande image (si le site en a fourni une) illustre un peu plus le sujet.

Accroitre la pertinence des résultats de recherche

Neeva se dit même prêt à rémunérer ses sources, même si le moteur vient à peine d’être livré. « Nous commençons tout juste à générer des revenus. Pour l’instant, nous avons des accords informels avec quelques éditeurs comme Medium/Quora/Reddit quand nous utilisons leur contenu », a déclaré par courriel Ben Kobren, responsable de la communication chez Neeva. « Dans certains cas, nous avons déjà reversé des droits, comme à Future Publishing par exemple », a-t-il ajouté. NeevaAI ne se met pas en route tout le temps, et pour le moment, il n'y a pas de lien direct avec le chatbot IA. Il faut également être connecté à Neeva pour accéder à NeevaAI, même si, de manière un peu ironique, on pourrait le faire à partir d’une connexion Google Gmail. Ce que l’on peut (ou ne peut pas) faire, c'est permettre à Neeva d'accéder à ses propres données, pour qu'elles puissent aussi faire l'objet de recherches. Neeva peut être connecté à des applications Google comme Gmail, Drive et Contacts, mais aussi Office 365, Dropbox, Github, Jira, Figma, Slack, etc.

La fourniture de ces informations d'identification permet à Neeva d'accéder aux éléments pertinents dans ses résultats de recherche, l’ensemble étant régi par une politique de confidentialité publique. On peut également stocker ou mettre en signet des éléments dans Spaces, sorte d’équivalent aux Collections de Microsoft Edge pour Neeva. Pour l’instant, Neeva compte seulement 2 millions d'utilisateurs à l'échelle internationale. Mais le moment est venu pour le moteur de recherche de faire grossir sa masse d’utilisateurs, alors que le chat IA commence à se généraliser.