Des chercheurs du MIT travaillent sur MegaMIMO 2.0, une technologie permettant de transférer des données sans fil trois plus rapidement.

L'Image du jour

Des chercheurs du MIT travaillent sur MegaMIMO 2.0, une technologie permettant de transférer des données sans fil trois plus rapidement.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

AlphaGo de Google Deepmind affronte un grand maître du Go

Le joueur de Go sud-coréen Lee Se-Dol va se mesurer avec le programme AlphaGo de Google Deepmind au cours de cinq matches. (crédit : gogameguru.com)

Le joueur de Go sud-coréen Lee Se-Dol va se mesurer avec le programme AlphaGo de Google Deepmind au cours de cinq matches. (crédit : gogameguru.com)

Dans le Go, ancien jeu de plateau chinois, les possibilités de combinaisons dépassent le nombre d'atomes que l'on trouve dans l'univers. A partir d'aujourd'hui, le programme AlphaGo développé par Google Deepmind va affronter le Sud-coréen Lee Se-Dol, l'un des meilleurs joueurs de Go sur les dix dernières années. Un ultime défi pour notre humanité ?

Lorsque Deep Blue d'IBM a battu le champion d'échecs Garry Kasparov en 1997, le monde s’était ému du potentiel de l’intelligence artificielle. Cette semaine, le système AlphaGo de Google DeepMind va mener un combat encore plus difficile en affrontant, dans une série de 5 matches, un maître de haut niveau de l'ancien jeu chinois de Go, Lee Se-Dol. Le tournoi aura, à bien des égards, l’allure d’un ultime défi pour le système d'intelligence artificielle après sa victoire, l'automne dernier - près d’une décennie, en avance par rapport à ce qui avait été prévu - sur le champion européen Fan Hui.

Le Go est un ancien jeu de plateau chinois considéré comme encore plus complexe que les échecs, même si ses règles sont plus simples. L'objectif de ce jeu de stratégie combinatoire à deux joueurs est d’encercler les pièces de l'adversaire en plaçant alternativement des pièces noires et blanches, en général des pierres polies, sur un plateau quadrillé de 19 lignes par 19, le goban, tout en évitant d’avoir ses propres pièces entourées. Parce que le jeu offre plus de combinaisons qu’il n’y a d’atomes dans l'univers, le Go a longtemps été considéré comme le défi par excellence pour les chercheurs en intelligence artificielle.

Ci-dessus, une partie de Go entamée sur un plateau moderne. (Crédit : Katherine Noyes/IDGNS)

Affronter un joueur de Go demande une approche différente

AlphaGo s’appuie sur des réseaux neuronaux et des programmes avancés « de recherche arborescente ». Affronter un joueur de Go demande aussi une approche différente par rapport aux défis précédents. Mais le système s’en tire remarquablement bien. Il a gagné plus de 99 % des parties, y compris celles réalisées contre les programmes de Go les plus performants. Au mois d’octobre, AlphaGo a battu Fan Hui à 5-0 : c’est le premier programme informatique qui bat un joueur professionnel humain dans un jeu « sans handicap ». AlphaGo « joue comme un être humain », avait déclaré Fan Hui en début d’année dans une interview.

Maintenant, dans la série de cinq matchs qui doit démarrer cette semaine, AlphaGo affrontera Lee Se-dol, un professionnel sud-coréen de 33 ans qui compte parmi les meilleurs joueurs de Go du monde. Les jeux seront cette fois encore, sans handicap : le gagnant recevra 1 million de dollars en argent. « Si AlphaGo gagne, les profits seront reversés à l'Unicef, à la recherche technologique en sciences et en mathématiques et à des associations qui travaillent à la promotion du Go », a déclaré Google DeepMind.

Des répercussions au-delà du monde du Go

Le premier match va débuter mercredi 9 mars à partir de 13 heures, heure locale, à Séoul. Les autres matches auront lieu jeudi, samedi, dimanche et mardi prochain, à la même heure. Ils seront diffusés en direct sur la chaîne YouTube de DeepMind et sur les chaines de télévision partout en Asie. Chaque match devrait durer entre quatre et cinq heures. « J'ai entendu dire que l’AI de Google DeepMind était particulièrement fort et qu’il devenait encore plus fort, mais je suis convaincu que je peux gagner, au moins cette fois », a déclaré Lee Se-dol.

Le résultat de ce match pourrait avoir des répercussions bien au-delà du monde du Go. Le jeu est considéré comme une sorte de dernière frontière pour la domination de l'intelligence humaine, et une victoire de l’AI devrait sûrement susciter des réactions pessimistes sur le pouvoir toujours plus grand du silicium et son emprise sur nos vies. Le sujet génère toutes sortes d'angoisse, en particulier à propos de l’emploi. Cependant, de nombreux experts ne se sentent pas tellement concernés par le défi. L’AI de Google est peut être bon pour gagner au jeu de Go, mais, comme l’a récemment déclaré Shashi Upadhyay, le CEO de la startup Lattice spécialisée en intelligence artificielle, « l'humanité peut être fière d’un grand nombre de réalisations – et si elle n’est plus championne de Go, ce n’est pas catastrophique ». D’après SriSatish Ambati, le CEO et co-fondateur de l’entreprise d’AI H2O.ai, au final, l’intelligence artificielle pourrait même nous permettre « d'être à nouveau humains ».

C'est en janvier 2014 que Google a acquis la société britannique Deepmind, spécialisée en intelligence artificielle. L'an dernier, la firme de Mountain View avait montré les capacités d'apprentissage et de mémoire de l'algorithme Deepmind était devenu imbattable à certains jeux vidéos.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité