<span>Les iPhone 6 et 6 Plus sont un peu plus faciles à réparer que les iPhone 5C et 5S, selon <span>iFixit qui n'a guère attendu pour les mettre en pièces</span>.</span>

L'Image du jour

Les iPhone 6 et 6 Plus sont un peu plus faciles à réparer que les iPhone 5C et 5S, selon iFixit qui n'a guère attendu pour les mettre en pièces.

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

Dernier Dossier

Région Champagne-Ardenne : le secteur du numérique aussi en pleine effervescence !

La Champagne-Ardenne, seulement une région viticole et céréalière ! Et bien non, la région est aussi une source d'inspiration pour le numérique. Troye...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Atos réitère son objectif d'entreprise « zéro e-mail » à l'horizon 2014

Atos réitère son objectif d'entreprise « zéro e-mail » à l'horizon 2014

Le président directeur général de l'entreprise de services informatiques Atos a affirmé que celle-ci collera à son plan - controversé - d'interdire l'échange de courriels entre salariés d'ici à 2014, afin d'améliorer la productivité.

En février dernier, Thierry Breton, le PDG d'Atos, avait fait état d'un projet visant à se débarrasser de la messagerie interne. Ses propos avaient suscité la stupéfaction dans les médias, qui ont consacré de gros titres à cette annonce, et l'incrédulité des commentateurs. D'ici à trois ans, Thierry Breton veut mettre un terme à la messagerie interne et encourager les salariés d'Atos à utiliser des plates-formes de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour communiquer entre eux, en plus des systèmes de messagerie instantanée disponibles en interne. Selon le PDG, Atos a découvert que certains salariés recevaient plus de 100 courriels par jour, et que la lecture et la réponse à ces messages prenaient jusqu'à 20 heures sur leur temps hebdomadaire de travail.

Cette semaine, dans une interview à la BBC, Thierry Breton s'est dit « surpris, voire intrigué » de l'agitation provoquée par ses propos. Le dirigeant d'Atos explique que les jeunes salariés entrants dans l'entreprise n'ont pas l'habitude d'utiliser des systèmes de messagerie interne comme Outlook. Selon lui, ils sont plus familiers de Facebook et de Twitter, ou de systèmes de messagerie externes comme Hotmail et Yahoo. Le patron d'Atos n'interdit pas l'utilisation de systèmes de messagerie externes, précisant qu'il s'en sert lui-même. Mais il estime que les systèmes de messagerie d'entreprise favorisent la surcharge d'informations et «  polluent notre environnement de travail ». Celui-ci ajoute que les systèmes de messagerie internes véhiculent des messages inutiles et gaspillent le temps de ceux qui les reçoivent et doivent en assumer la gestion.

Une démarche assez pragmatique

Au mois de février dernier, lors d'une conférence consacrée à l'innovation, le responsable avait déclaré : « Les entreprises doivent aller plus loin dans cette voie : l'e-mail, ne sera bientôt plus considéré comme la meilleure manière de travailler et d'échanger.» Atos a déclaré avoir mis en place des outils de collaboration et des plates-formes sociales communautaires pour partager et garder trace des idées exprimées sur des sujets comme l'innovation, le Lean Management, et les ventes, pour accompagner l'effort visant à réduire les échanges de données et les recherches inutiles.

L'an dernier, le fournisseur Salesforce.com avait déclaré que la plupart des e-mails envoyés au travail « n'étaient pas pertinents». L'enquête commandée par l'entreprise avait révélé que 70% des salariés recevaient des mails, directement ou en copie, sans intérêt.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité