Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

L'Image du jour

Le Privacy Shield, l'accord sur le transfert de données entre l'Europe et les États-Unis, est revendiqué par 200 entités commerciales, dont Microsoft.

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

Dernier Dossier

Silicon Valley 2016 : Cap sur l'innovation technologique (2e partie)

En juin dernier, nous avons passé un peu de temps à San Francisco et dans la Silicon Valley avec une dizaine de journalistes européens pour les derniè...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

HPe recherche les start-ups de sa promo 2016

De gauche à droite, David Houssemand, CEO d'Inventy, Arthur Perticoz, co-fondateur de Wynd, et Philippe Dumont, co-fondateur d'Azetone, dont la solution permet de créer des profils clients à intégrer avec des outils analytiques et de CRM. (crédit : LMI)

De gauche à droite, David Houssemand, CEO d'Inventy, Arthur Perticoz, co-fondateur de Wynd, et Philippe Dumont, co-fondateur d'Azetone, dont la solution permet de créer des profils clients à intégrer avec des outils analytiques et de CRM. (crédit : LMI)

Pour la deuxième année, Hewlett Packard Enterprise va apporter son soutien à une sélection de start-ups françaises technologiques qui seront accompagnées de façon très concrète. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 29 janvier 2016.

Lancé fin 2014 par HP France, le programme d’accompagnement des start-ups s’apprête à constituer sa deuxième promotion de jeunes pousses. La première avait retenu 22 entreprises. Cette fois-ci, la filiale de Hewlett Packard Enterprise a prévu d'en suivre 30, encore une fois de la façon la « plus opérationnelle possible », a indiqué ce matin à Paris Monique Esteves, directrice des alliances stratégiques avec les OEM et responsable du programme. « Notre stratégie est d’agir en tant qu’acteur économique du quotidien et d’ouvrir sur notre écosystème de 4 500 partenaires. Nous allons assigner à chaque start-up un parrain, qui lui ouvrira son carnet d’adresses. » Cela comprend aussi des contacts avec des business angels et des pépinières.

« Nous cherchons des start-ups de moins de 5 ans ayant un fort caractère technologique, l’objectif étant que l’on interagisse les uns avec les autres », souligne la responsable du programme en rappelant qu’en aucune façon il ne s’agit ici d’un soutien financier, contrairement à ce que la firme américaine fait outre-Atlantique avec HP Ventures. Les candidatures pour la Promo Start-up 2016 peuvent être déposées jusqu’au 29 janvier sur le site Milkshakevalley.com. La pré-selection des dossiers se fera du 1er au 5 février, suivie d’un pitch devant jury du 15 au 19 février. Le nom des start-ups choisies sera communiqué en mars.

Stress test des concepts à Grenoble

Un exemple concret d’accompagnement d’une start-up peut être une formation à la vente de haut niveau. Pour certaines entreprises sur-sollicitées alors qu’elles sont limitées par des ressources contraintes, savoir quels sont les rendez-vous qu’il faut privilégier est important pour maximiser leur investissement. Outre ce transfert d’expérience, HP Enterprise propose aussi aux sociétés qu’elle suit d’éprouver la solidité de leurs applications sur son site de Grenoble. «  Nous stressons votre concept en simulant de la charge, des intrusions, avec l’objectif de vous présenter à des clients et à des industriels », souligne Monique Estèves. Elle cite l’exemple de Quarnot computing et de son « radiateur numérique ». Relié à Internet, le Q.rad utilise la chaleur produite par ses processeurs mis à contribution pour effectuer des calculs en mode distribué. « Ces fermes de calcul sont mises à disposition sur le marché et nous les avons associées à un service provider », illustre la responsable du programme Start-up.

Une réalité derrière le marketing

Ce matin, dans le cadre du Maddy Keynote sur les start-ups organisé au Tapis Rouge (10e), plusieurs entrepreneurs de la promotion 2015 épaulée par HP ont témoigné des bénéfices de l’initiative pour leur développement. « Je voulais voir s’il y avait une réalité derrière le marketing de ces programmes de start-ups », a d’emblée posé David Houssemand, fondateur d’Inventy. Sa société a été parrainée par Luc Dammann, vice-président de HPE Software France, qui a apporté « sa très grande expérience des ventes sur le logiciel », particulièrement utile pour aider Inventy à passer du statut de cabinet de conseil à celui d’éditeur de logiciels en SaaS. Sa solution permet à une entreprise de comparer son environnement SAP à d’autres pour prédire les économies qu’elle pourrait réaliser dessus. « Nous voulons rendre SAP agile, sécurisé et pas cher », assure David Houssemand. « Nous avons animé une dizaine de workshops avec Luc Dammann et cela a eu des résultats ». Sa start-up a enregistré 2 millions d’euros de ventes de logiciels en 2015 et pense les tripler cette année. Au total, Inventy a réalisé un chiffre d’affaires de 7 M€ l’an dernier, affichant une progression de 1100% sur les 4 dernières années.

Arthur Perticoz, co-fondateur de Wynd, estime de son côté que HP a beaucoup aidé sa société à améliorer la façon de présenter son logiciel. Cette start-up de 40 personnes (70 à la fin de l’année) assiste les acteurs de la distribution dans la numérisation de leurs points de vente, au niveau national et international. Elle a réalisé deux levées de fonds dont une de 7 M€ en novembre. « Vous avez été très courtisés car les levées de fonds attirent les industriels. Qu’est-ce qui vous a conduit à rester avec HP ? », s’est enquis Monique Esteves. « Parce que le programme fait ce qu’il promet, notamment la mise en relation, la partie réseau », a répondu Arthur Perticoz en pointant aussi le 2ème volet, du côté opérationnel, avec la présence d’un véritable interlocuteur chez HP qui, notamment, lui a permis d’améliorer sa connaissance des grands groupes et, partant, sa stratégie d’approche.

HP Haven Startup Accelerator pour les projets big data

Parallèlement à cet accompagnement privilégié de quelques dizaines de jeunes pousses, le programme de HP comporte aussi le kit de démarrage qui s’adresse à l’ensemble des start-ups françaises. Celui-ci leur permet de bénéficier de prix réduits sur différentes solutions, d’accéder aux services cloud de partenaires et de tester leurs développements mobiles sur plusieurs plateformes. HP propose également le programme HP Haven Startup Accelerator qui s'ouvre aux projets portant sur l’exploitation des big data.

Le kit de démarrage permet par ailleurs d’accéder à des formations. Il inclut HP Life, une communauté de tutoriels autour de la gestion d’entreprises. La plate-forme, internationale mais francisée, est supervisée par un certain nombre d’instructeurs, a rappelé Monique Esteves. « L’an dernier, 100 start-ups ont souscrit à la boutique ».

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité