Microsoft a testé les robots K5 de Knightscope sur son campus de la Silicon Valley, 136 kg sur roues bardés de capteurs pour tout surveiller. (D.R.)

L'Image du jour

Microsoft a testé les robots K5 de Knightscope sur son campus de la Silicon Valley, 136 kg sur roues bardés de capteurs pour tout surveiller. (D.R.)

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Dernier Dossier

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Ne percevons pas uniquement la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur) à travers le tourisme et le soleil ! Cette région possède aussi une solide fil...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Internet des objets : il reste encore beaucoup à faire pour gérer les dispositifs connectés

Les objets connectés se multiplient ce qui acccroit la complexité de leur gestion. Crédit D.R.

Les objets connectés se multiplient ce qui acccroit la complexité de leur gestion. Crédit D.R.

Selon un groupe d'experts en mobilité, il reste encore beaucoup de chemin à faire dans le domaine des périphériques, maisons et voitures connectés.

« À long terme, les dispositifs mobiles connectés faciliteront peut-être la vie des consommateurs, mais pour l'instant, ce sont plutôt des casse-têtes », a déclaré mardi un groupe de responsables de l'industrie (Sony, Motorola ou encore Verizon). Maisons intelligentes, voitures connectées à Internet et appareils portables figurent la prochaine génération des terminaux mobiles, différents des smartphones. Les nouveaux systèmes devraient coexister avec les téléphones au moins pour les prochaines années, mais étant donné les changements qui se sont produits depuis le lancement de l'iPhone en 2007, il est difficile de prédire ce que sera l'univers mobile dans 10 ans. Cependant, selon une enquête réalisée au cours du 6e salon Open Mobile Summit (12-14 novembre, San Francisco), mis à part leur commodité et leur côté sympathique, c'est encore souvent une corvée de vivre avec ces dispositifs connectés, et leur prolifération ne semble pas arranger les choses. « Nous sommes sur le point d'arriver à la limite du supportable pour les utilisateurs », a déclaré Mark Rolston, directeur de la création chez Frog Design. « Combien d'appareils leur faut-il gérer et maintenir actif au cours d'une journée ? », a-t-il demandé. Cette gestion des périphériques au quotidien est aussi la plus grande préoccupation de Ro McNally, vice-présidente de la technologie mobile chez Verizon Wireless. « Le défi touche aussi bien l'ingénierie des systèmes que l'expérience de l'abonné », a-t-elle déclaré. « Entre connecter les terminaux entre eux, renseigner les mots de passe, gérer le WiFi à la maison et traiter avec les services IT dans son environnement professionnel, la vie connectée est déjà difficile pour certains consommateurs », a ajouté Mark Rolston. « Il a été transformé en administrateur réseau par la force des choses», a-t-il déclaré. « Il y a vraiment là une opportunité de créer un service virtuel pour prendre en charge ces tâches », a-t-il avancé.

Heureusement, les périphériques connectés ont aussi leur bon côté. Pour Jan Uddenfeldt, conseiller principal en technologie auprès du CEO de Sony, « la « SmartWatch » dans sa version actuelle est réellement utile ». Mais Rick Osterloh, vice-président senior de la gestion des produits pour la filiale Motorola Mobility de Google, a estimé pour sa part que les utilisateurs avaient encore trop de problèmes à résoudre. « Si l'on regarde l'offre actuelle, elle est juste affreusement compliquée pour l'utilisateur final », a-t-il déclaré. « Il a tellement de choses à régler ». Dans son inventaire, celui-ci inclut la configuration manuelle des connexions sans fil Bluetooth et WiFi et de toutes les technologies de niche. « C'est un problème totalement irrésolu pour les utilisateurs. Je ne comprends vraiment pas pourquoi il leur revient de paramétrer la technologie sous-jacente », a ajouté Rick Osterloh. « Mais d'ici trois ans, tout aura changé », a-t-il prédit.

Plusieurs spécialistes, dont lui-même, pensent que la base des interfaces mobiles est inadaptée. Les terminaux devraient être capables de demander aux utilisateurs ce qu'ils veulent et apprendre des événements antérieurs au lieu de toujours les solliciter. « Il y a au moins un million de cas d'usage auxquels on pense aujourd'hui et qui pourraient entrer dans cette catégorie : comprendre ce que l'utilisateur veut. À l'avenir, il faudrait simplement des systèmes qui agissent seuls », a-t-il estimé. Par exemple, une voiture devrait se connecter automatiquement à Internet, par elle-même ou par le biais du téléphone, et quand elle arriverait à la maison, elle devrait déclencher l'allumage automatique des éclairages de la maison », a-t-il déclaré. « La domotique a certainement besoin d'évoluer », a ajouté Mark Rolston de Frog Design. « Utiliser un téléphone pour commander des appareils domestiques n'a pas de sens », a-t-il déclaré. Les différents appareils connectés et le système de contrôle devraient se comporter comme un ordinateur autonome. « L'ordinateur ne doit pas être une boite dans un coin de l'habitation, ou un boîtier à mettre dans sa poche, il doit nous entourer », a déclaré le directeur de la création. « Mais aujourd'hui, nous avons quelques difficultés avec ce concept... Toute notre industrie et tout notre marketing ont été développés autour des boîtes ».

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité