Pour développer des voitures autonomes capables de communiquer entre elles, Audi, BMW et Daimler ont fondé la 5G Automotive Association avec le concours de partenaires IT.

L'Image du jour

Pour développer des voitures autonomes capables de communiquer entre elles, Audi, BMW et Daimler ont fondé la 5G Automotive Association avec le concou...

Les Fintech bousculent la finance

Dernier Dossier

Les Fintech bousculent la finance

Quelque 4 000 Fintechs existeraient dans le monde, sûrement une faible minorité d'entre elles subsistera dans les trois ans. Une chose est sûre, depui...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
4
Réagissez Imprimer Envoyer

Le côté sombre d'Amazon révélé par une journaliste infiltrée

Le côté sombre d'Amazon révélé par une journaliste infiltrée

Conditions de travail éprouvantes, cadences infernales, heures supplémentaires imposées, le tableau que dresse une journaliste britannique infiltrée dans un entrepôt d'Amazon est édifiant.

Les salariés d'Amazon resteront certainement dubitatifs en lisant les vers de Victor Hugo. Le poète, évoquant « le vrai travail, sain, fécond, généreux, qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux », était à mille lieues de décrire les conditions dans lesquelles triment les manutentionnaires britanniques du géant de l'e-commerce, à en croire un article paru dimanche dans la presse britannique. Après avoir passé sept jours en tant qu'intérimaire dans l'entrepôt d'Amazon situé à Bedfordshire, une journaliste du Sunday Times livre ainsi un tableau édifiant des conditions de travail imposées aux employés du VPCiste. Composée en grande partie de travailleurs étrangers, la main d'oeuvre est soumise à un rythme effréné. Sept jours de travail par semaine Après cinq jours de travail en semaine, les employés doivent encore effectuer 10,5 heures de travail le week end. Au final, les salariés doivent donc être sur site les sept jours de la semaine. Et chaque journée de labeur n'est ponctuée que de deux pauses de 15 et 20 minutes. La journaliste infiltrée rapporte même que l'autorisation du supérieur hiérarchique est nécessaire pour pouvoir se rendre aux toilettes. L'encadrement ne manque en outre pas de rappeler aux salariés que des caméras les surveillent constamment. De plus, les manutentionnaires sont priés de parler anglais entre eux. L'assiduité chez Amazon n'est évidemment pas optionnelle. Chaque employé dispose d'une sorte de permis à points, crédité de six unités. La moindre journée d'absence, même justifiée par un certificat médical, engendre la perte d'un point. Les retards se traduisent également par un malus. Et quand le total de points devient nul, le salarié est remercié. Parallèlement, Amazon tâche de motiver sa main d'oeuvre par un système de primes sur objectif. Il s'agit d'atteindre des niveaux de productivité décidés par l'encadrement - emballer un certain nombre de colis en un temps donné, par exemple - pour toucher un bonus de 39 €. Selon la journaliste, les objectifs sont purement inatteignables. Elle rapporte ainsi que, sur les 25 manutentionnaires évalués au cours d'une journée, un seul était parvenu à remplir son objectif. Malheureusement pour lui, la prime promise n'est accordée que si l'ensemble des membres d'une équipe remplissent leurs objectifs. Des heures supplémentaires obligatoires Pour gagner plus que les 6,3 £ par heure (environ 7 €) dont les gratifie Amazon pour un travail diurne, les salariés peuvent compter sur les heures supplémentaires. Ici, explique la journaliste du Sunday Times, ces heures en plus ne sont pas facultatives : tous doivent se plier aux besoins de l'entreprise et les chefs d'équipe sont intransigeants, à l'image de celui qui ne « veut pas entendre d'excuse » de la part d'employés placés dans l'incapacité de travailler plus que les huit heures contractuelles. Interrogée par le journal britannique, la direction d'Amazon Europe tâche d'estomper la noirceur de ce tableau à charge. Elle explique que les conditions de travail éprouvantes n'ont pour autre but que de garantir la satisfaction de tous les clients. Elle dément par ailleurs que les primes d'objectif ne soient qu'exceptionnellement accordées : selon les hautes sphères d'Amazon, 85% des objectifs fixés sont atteints et donnent ainsi lieu au versement d'un bonus. En ce qui concerne les courtes pauses, leur durée aurait été raccourcie en collaboration avec les représentants du personnel pour diminuer de 30 minutes le temps de présence total des salariés au cours de la journée. Enfin, la majorité des intérimaires seraient volontaires pour un poste de permanent. C'est le signe, aux yeux de la direction, que les conditions de travail ne sont pas si terribles...



Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE4

le 27/11/2013 à 17h53 par Visiteur3508 :

Si comme moi vous êtes indigné par cela signer cette pétition : http://petition-conditions-travail-ecommerce.com/

Signaler un abus

le 19/11/2013 à 19h19 par Kilimandjaro (Membre) :

Le vrai problème du consommateur, c'est qu'il ne se pose jamais la question de savoir comment a été fabriqué son jouet d'un jour, et quand il le sait, il s'en fout...

"Plus je connais les hommes, plus j'aime mon chien. Plus je connais les femmes, moins j'aime ma chienne." (P. Desproges)

Signaler un abus

le 19/11/2013 à 09h45 par Visiteur3373 :

Enfin, la majorité des intérimaires seraient volontaires pour un poste de permanent. C'est le signe, aux yeux de la direction, que les conditions de travail ne sont pas si terribles...

je suis en interim en France avec du coup un "bon" (mouhahaha) de 10,10€/brut heure

et ben au vu de mes 5dernieres année...
je veu bien un cdi a 7€ brut...

sa veu dire que le smic est trop haut?

C'est le signe, aux yeux de la direction, que les conditions de travail ne sont pas si terribles...
c'est le signe a mes yeux que la conditions des homme est horrible...

merci a ces messieurs de la direction de considérer que la misère qu'il crée chez les autre pour l'évité chez eux n'est pas si terrible...

je me demande aussi si les 85% de prime accordée, ne serai pas pour les objectif des manager, cadre, ect
forcement entre un cadre qui chope une prime de 5000€ (aucune idée, j'espere pas plus) et les "petits" avec leur prime de 39€... on arrive vite au budget prime ^^'

bon cet article date...
il sont passé a 8jours/semaine surement depuis...

vive nous!

Signaler un abus

le 27/06/2013 à 12h24 par Visiteur2238 :

"EST CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT?"

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
10 Avril 1998 n°761
Publicité
Publicité