3 Français figurent parmi les 53 scientifiques (quelques-uns ci-dessus) nommés ACM Fellows 2016 par l'Association for Computing Machinery.

L'Image du jour

3 Français figurent parmi les 53 scientifiques (quelques-uns ci-dessus) nommés ACM Fellows 2016 par l'Association for Computing Machinery.

Les 10 tendances technologiques en 2017

Dernier Dossier

Les 10 tendances technologiques en 2017

Comme chaque année, la rédaction du Monde Informatique a établi une liste des 10 tendances technologiques à venir ou qui vont se poursuivre en 2017....

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Le Département US de la Défense lance «Hack the Pentagon»

Des membres de l'équipe de réponse aux incidents de cyberdéfense de la garde nationale de Louisiane, le 15 novembre 2015 à l'Université de Baton Rouge. (crédit :  Garrett Dipuma/DOD)

Des membres de l'équipe de réponse aux incidents de cyberdéfense de la garde nationale de Louisiane, le 15 novembre 2015 à l'Université de Baton Rouge. (crédit : Garrett Dipuma/DOD)

Dans le cadre du programme « Hack the Pentagon », le Département américain de la Défense va demander à des participants d'analyser les pages de ses sites web publics pour y trouver des vulnérabilités.

Le Département américain de la Défense (DoD) va demander à des experts en sécurité d’essayer d’entrer par effraction dans les systèmes du Pentagone dans le but d’améliorer sa cyberdéfense. L’initiative lancée sous le nom de « Hack the Pentagon » s’apparente aux programmes de « bug bounty » mis en place couramment par les éditeurs de logiciels à la recherche de vulnérabilités dans leur code. En échange, les dénicheurs de bugs reçoivent de leur part des récompenses financières. De son côté, le DoD a indiqué qu’il s’agissait du premier programme cyber bug bounty de l’histoire du gouvernement fédéral. Il sera lancé en avril et demandera aux participants d’examiner ses pages web publiques pour y trouver d’éventuelles vulnérabilités et des points de fragilité susceptibles d’être attaqués. Mais le périmètre du programme n’ira pas plus loin. Les réseaux classifiés du Ministère de la Défense américain resteront hors de portée des participants et ces derniers ne seront pas autorisés à lancer des attaques réelles sur aucun des sites de l’administration qui sont accessibles au public.

Recrutement via des sites de crowdsourcing

Le Pentagone recrutera les hackers du programme à travers des sites de crowdsourcing. Les internautes intéressés devront s’enregistrer et leurs antécédents seront vérifiés. Une fois acceptés, ils pourront accéder à un système choisi par le DoD pendant une durée prédéterminée. Les participants pourront recevoir des récompenses, financières ou sous d’autres formes.

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
35 ans
12 Avril 1996 n°673
Publicité
Publicité