La technologie de conteneurisation de Spoon pour Windows est similaire à celle de Docker, mais les logiciels concernés sont essentiellement de type desktop.

L'Image du jour

La technologie de conteneurisation de Spoon pour Windows est similaire à celle de Docker, mais les logiciels concernés sont essentiellement de type de...

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Dernier Dossier

Région PACA : Une filière numérique ancrée et solide mais dispersée sur un vaste territoire

Ne percevons pas uniquement la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur) à travers le tourisme et le soleil ! Cette région possède aussi une solide fil...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Le jeu Memory pour lutter contre les bots

Le jeu Memory utilisé par les chercheurs de l'Université de l'Etat de Caroline du Nord Crédit Photo: D.R

Le jeu Memory utilisé par les chercheurs de l'Université de l'Etat de Caroline du Nord Crédit Photo: D.R

Des chercheurs ont élaboré un programme qui imite la façon dont les personnes jouent au Memory. Ce logiciel ouvre la possibilité d'améliorer la sécurité informatique en distinguant le comportement humain de celui des bots.

Et si le jeu de Memory aidait à détecter des bots. Une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de l'Etat de Caroline du Nord, NCSU, a jeté les bases pour élaborer un logiciel précis de détection de botnets. Les bots sont des applications qui exécutent des tâches automatisées sur Internet. Il existe des robots légitimes comme ceux qui extraient des documents sur des sites web depuis une requête, mais d'autres sont utilisés par des cybercriminels pour de multiples larcins sur le Net (fraudes, vols, spams,...).

Les scientifiques ont regardé d'abord s'ils pouvaient simuler les processus de pensée des personnes qui jouent au Memory (plusieurs appellations existent pour ce jeu allant de Concentration dans les pays anglo-saxon, à Mariages en France). L'objectif du jeu est d'avoir plusieurs cartes devant soi et de découvrir des paires. Pour se faire, une personne retourne une carte, puis en choisit une autre pour trouver une paire. « Ce jeu a été utilisé dans les manuels de psychologie pour améliorer la mémoire pendant plusieurs décennies », explique Robert St-Amant, co-auteur de l'étude intitulée « Modeling the Concentration Game with ACT-R ». Il ajoute que « personne, à notre connaissance n'a construit une analyse cognitive sur la façon dont les gens jouent à ce jeu ».

Une analyse cognitive du jeu en rapidité et en précision

Pour leur étude, les chercheurs ont recueilli des informations sur le processus de pensée en surveillant les parties en ligne de 179 personnes avec un jeu de 16 cartes. Les différentes parties ont été réalisées sur deux critères, 10 fois sur la précision et 10 fois sur la rapidité. Avec ce dernier point, les joueurs ont obtenu plus de points plus vite. Alors qu'en misant sur la précision, les joueurs étaient moins hésitants sur leur choix. Ces données ont ensuite alimenté un programme, baptisé ACT-R, qui simule le jeu, en intégrant la probabilité qu'un joueur moyen oublie l'emplacement d'une carte avant de s'en souvenir. Dans l'ensemble, ACT-R arrive à terminer une partie dans la même seconde quel que soit le critère choisi, précision ou vitesse.

« Nous pensons que les résultats sont assez bons », déclare Robert St-Amant. Cette recherche peut conduire à déterminer si une véritable personne participe à des activités, comme le vote en ligne par exemple. D'autres recherches seront nécessaires pour développer des programmes capables de détecter des comportements humains comme la façon dont le clavier ou la souris sont utilisés. Cela pourrait remplacer l'utilisation des logs et des adresses IP pour détecter les bots.


Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité