Advertisement
Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

L'Image du jour

Spot Mini, le dernier robot à quatre pattes de Boston Dynamics qui range la vaisselle et apporte des canettes (pratique pour suivre l'Euro 2016).

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
5
Réagissez Imprimer Envoyer

Loi de programmation militaire : un espionnage numérique élargi et institutionnalisé

Crédit Photo: D.R

Crédit Photo: D.R

En discussion à l'Assemblée Nationale, la loi de programmation militaire 2014-2019 inquiète les opérateurs et les acteurs IT sur l'extension du régime d'exception concernant l'accès aux données personnelles. Certains parlent même de loi martiale numérique.

Le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale avait annoncé la couleur en matière de lutte contre les cybermenaces. Ce document publié en juillet 2013 indiquait « s'agissant des activités d'importance vitale pour le fonctionnement normal de la Nation, l'Etat fixera par un dispositif législatif et réglementaire approprié, les standards de sécurité à respecter à l'égard de la menace informatique et veillera à ce que les opérateurs prennent les mesures nécessaires pour détecter et traiter tout incident informatique touchant leurs systèmes sensibles ».

Il ajoute un peu plus loin, « la capacité informatique offensive, associée à une capacité de renseignement, concourt de façon significative à la posture de cybersécurité ». La transposition législative du Livre Blanc est la loi de programmation militaire qui était en débat au Sénat et arrive en discussion à l'Assemblée Nationale.

Une extension du régime dérogatoire de collectes de données

Lors des échanges à la chambre haute, l'association des services Internet communautaires (ASIC) regroupant des acteurs comme Google, Yahoo, Microsoft est montée au créneau contre la création d'un régime d'exception en matière d'accès aux données des internautes. L'association constate que  le Sénat a instauré de très nombreuses dispositions destinées à renforcer et à étendre le régime d'exception créé à l'occasion de la loi antiterrorisme de 2006 en matière d'accès aux données des utilisateurs.

Ce régime dérogatoire concernera « la recherche des renseignements intéressant la sécurité nationale », « la sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France » et « la prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous ». Cela signifie que les demandes d'informations ne sont pas placées sous la direction ou la surveillance de l'autorité judiciaire et peuvent concerner toutes les infractions. En complément, le Sénat a indiqué que « les données peuvent être recueillies sur sollicitation du réseau et transmises en temps réel par les opérateurs aux agents ». L'association se demande si derrière la « sollicitation du réseau » ne se cache pas « un cadre juridique à une interconnexion directe sur les réseaux » et donc la mise en place de systèmes d'interception dans les réseaux des FAI, les opérateurs ou les sites web.

Une prolifération des demandeurs

De plus, l'Asic s'inquiète de la multiplication des intervenants capables de demander des accès administratifs aux données personnelles. Le texte cite « des agents des services relevant des ministres chargés de la Sécurité Intérieure, de la Défense, de l'Economie et du Budget. Les agents de l'ANSSI pourront également s'adresser aux fournisseurs d'accès à l'Internet pour obtenir l'identification de toute adresse IP notamment pour prévenir la lutte contre les piratages informatiques ».

En pleine affaire Snowden qui a montré le développement très complexe et élaboré du système d'espionnage de la NSA, la discussion sur la cybersécurité dans la loi de programmation militaire interpelle sur la frontière entre ce qui est autorisé et ce qui ne l'ait pas. L'affaire Prism a démontré l'absence de contrôle sur les outils de collectes de données personnelles, comme le montre le siphonage des serveurs de Google par exemple. Pour nos confrères de Numerama, il s'agit ni plus, ni moins que de l'installation d'une loi martiale numérique notamment à travers l'article 15 qui prévoit  que le Premier ministre peut ordonner toute mesure aux FAI et autres hébergeurs « pour répondre aux crises majeures menaçant ou affectant la sécurité des systèmes d'information ». La balle est maintenant dans le camp des députés qui peuvent décider de suivre la voie des sénateurs ou bien atténuer le texte.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE5

le 30/11/2013 à 16h06 par Visiteur3553 :

Vae victis

Signaler un abus

le 28/11/2013 à 20h12 par Bloggeur LMI :

c'est important comme article ,vous trouvez aussi des point de plus sur ...

Signaler un abus

le 27/11/2013 à 14h19 par Visiteur3505 :

Google, Yahoo, Microsoft... (et aussi Facebook, AOL, eBay, Skype et Yahoo) se plaignent aussi, dans le communiqué de l'ASIC, que les agents du budget pourront accéder à des données internet. Je n'ose imaginer que ces sociétés aient peur du fisc, elles qui payent si bien leurs impôts en France !

Signaler un abus

le 27/11/2013 à 14h12 par Visiteur3504 :

Google, Yahoo, Microsoft... je trouve assez culotté, pour ces société issues d'un pays qui espionne massivement ses alliés, de venir dire aux parlementaires français qu'ils ne doivent pas permettre à nos services de sécurité de se défendre contre les agressions étrangères !
Les lois actuelles permettant déjà l'accès aux données de connexion pour des motifs liés au terrorisme, la nouvelle loi étant ces dispositions aux motifs de « recherche des renseignements intéressant la sécurité nationale » et de « sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France ». Serait-ce faire preuve de mauvais esprit que d'imaginer que Gooogle, Yahoo & Microsoft n'ont pas trop envie que la France défende sa sécurité nationale et son potentiel scientifique et économique ?

Signaler un abus

le 26/11/2013 à 18h46 par newsoftpclab (Membre) :

Que ce soit la droite ou la gauche cette loi sera voté sans qu'on nous demande notre avis.

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
07 Mars 1983 n°92
Publicité
Publicité
Publicité