Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

L'Image du jour

Une trentaine de sociétés dont HTC et Sequoia Partners ont créé une alliance au capital de 10Md$ pour investir dans la réalité virtuelle et augmentée.

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

Dernier Dossier

French Tech : Effet pschitt ou vrai accélérateur

De la French Touch à la French Tech, c'est le message que Bpifrance a souhaité faire passer aux 30 000 visiteurs (startups, entrepreneurs, PME, ETI, g...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Microsoft ajoute la publication web à Power BI

Les fonctions « Publish to web » apportées par Microsoft à Power BI permettent de publier des analyses de données sur un site web ou un réseau social. (ci-dessus, les motifs d'appel des services de secours sont appelés à New York)

Les fonctions « Publish to web » apportées par Microsoft à Power BI permettent de publier des analyses de données sur un site web ou un réseau social. (ci-dessus, les motifs d'appel des services de secours sont appelés à New York)

Power BI, l'application d'analyse et de visualisation de données de Microsoft, s'enrichit de fonctions de publication sur le web. De nombreux formats de visualisation sont proposés et les données des rapports sont régulièrement rafraîchies. Si l'utilisateur gère ses publications, l'administrateur garde aussi la main pour intervenir en cas de problème.

Un an après sa disponibilité générale, le logiciel d’exploration et de visualisation de données Power BI est devenu l’un des outils décisionnels phares de Microsoft, accessible à tout un chacun – notamment dans une version gratuite gérée via Office 365. Son éditeur le complète aujourd’hui de fonctions de publication sur le web accessibles en mode préversion. Il apporte aux utilisateurs des outils permettant de réaliser des présentations interactives à intégrer dans un site web ou sur un blog, à partager sur les réseaux sociaux, et de « raconter des histoires » autour de leurs données comme le proposent déjà d’autres éditeurs de logiciels d’exploration de données et de visualisation, parmi ses principaux concurrents dont, notamment, TableauQlik ou SAP avec Lumira. James Richardson, qui suit les évolutions stratégiques chez Qlik, classe le « storytelling » parmi les six tendances majeures qui impacteront les données et l’analytique en 2016 (*).

L'administrateur peut dé-publier en cas de données sensibles

Dans un billet, Faisal Mohamood, responsable produit sur Power BI chez Microsoft, indique que l’utilisateur peut se connecter à des centaines de sources (fichiers, bases et applications en interne, ainsi que données publiques) et que les rapports sont automatiquement rafraîchis avec les données actualisées. De nombreux types de visualisations sont accessibles sur Power BI, les entreprises ayant la possibilité de les personnaliser pour les adapter au travail effectué.

Les utilisateurs de Power BI disposent de plus de 35 types de visualisations différentes.

Si la gestion des rapports est effectuée par l'utilisateur, ce dernier devra s’assurer de ne pas accidentellement publier des informations confidentielles. Le service BI les avertira en ce sens et les administrateurs pourront, de leur côté, dé-publier des tableaux de bord partagés qui présenteraient des données internes à ne pas communiquer.

(*) parmi les autres tendances 2016, James Richardson cite aussi sur son blog l'utilisation de la donnée au-delà de l'usage professionnel, la BI gouvernée en self-service et la data as-a-service.

Article de

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

35 ans
15 Octobre 1990 n°428
Publicité
Publicité
Publicité