<span>Alimenté par les vibrations de l'air, le<span> module d'Omron pourrait atteindre 5 volts.</span></span>

L'Image du jour

Alimenté par les vibrations de l'air, le module d'Omron pourrait atteindre 5 volts.

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

Dernier Dossier

Le cloud tient-il toutes ses promesses ?

A l'occasion de sa conférence annuelle Amazon Web Services Summit 2014 à Paris, le géant du cloud avait confirmé que les entreprises françaises, princ...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

ESPACE PARTENAIRE

Webcast

FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
0
Réagissez Imprimer Envoyer

Byod, un vrai problème à gérer d'urgence dans les entreprises

Deux études différentes publiées récemment montrent que le BYOx pose de plus de plus de problèmes, notamment de sécurité. Et la génération Y est moins en cause que les VIP.

Décidément, le Bring Your Own Device (Byod) et le Bring Your Own Application (Byoa) ne cessent de préoccuper les entreprises. Deux études viennent d'être consacrées à la perception et aux pratiques en la matière. Dans les deux cas, on voit la défiance des entreprises mais aussi que le double phénomène semble irréversible. Les premiers pratiquants semblent être, en effet, non pas les petits jeunes de la génération Y récemment embauchés mais bien les VIP de l'entreprise, au niveau de la direction ou des cadres supérieurs.

Rappelons tout d'abord que le Byoad consiste pour un salarié à employer son propre terminal (smartphone, tablette...) pour accéder au système d'information de l'entreprise. Le Byoa est, quant à lui, l'emploi d'applications non choisies par l'entreprise, mais par le salarié utilisateur sans le visa de la DSI, pour effectuer des travaux professionnels, y compris pour accéder aux données confidentielles de l'entreprise, les stocker ou les traiter. Byod et Byoa amènent donc des éléments étrangers non-contrôlés dans le système d'information. Ils peuvent impliquer par nature de nombreux problèmes de sécurité.

Les VIP plus dangereux que la génération Y

Mais loin d'être le fait de quelques jeunes trublions de la génération Y, il faut plus chercher le Byox parmi les VIP, peu contrôlables par la DSI. Selon l'étude d'Easynet Global Services, 41 % des dirigeants ont introduit des outils de téléphonie (smartphones) sur le lieu de travail contre 28 % des simples employés. Sur les outils collaboratifs (agendas partagés...), la différence est moindre : 47 % des dirigeants et 35 % des employés en ont introduits.

Le seul domaine où employés (32%) et stagiaires (29%) dépassent les dirigeants (27%) est celui des applications ludiques, la vidéo étant malgré tout d'abord le fait des dirigeants (32%). Or la vidéo est précisément l'application qui inquiète le plus les utilisateurs (82% d'entre eux) à cause de la saturation de la bande passante que le multimédia peut générer.

iWorker /DSI : le divorce, surtout en France

Pour Forrester, « l'iWorker » est précisément ce cadre mobile et connecté qui utilise des produits grand public à des fins professionnelles. Et ces iWorkers sont clairement persuadés d'agir au profit de leurs entreprises : 65 % des iWorkers français (42 % au niveau mondial) s'estiment plus productifs avec leurs propres outils qu'avec ceux de leurs employeurs tandis que 45 % en France et 27 % au niveau mondial estiment que les outils personnels renforcent la collaboration. 46 % en France et 33 % au niveau mondial résolvent même ainsi des problèmes qu'ils ne peuvent pas résoudre avec les outils que la DSI procure. Il faut dire que 68 % des iWorkers français estiment que les outils fournis par la DSI sont insuffisants pour réaliser leur travail alors que ce sentiment n'est partagé que par un quart des décideurs IT.
Les DSI sont mêmes persuadés que les iWorkers ne cherchent que du confort personnel (69 % font cette réponse) alors que le confort personnel n'est revendiqué que par 20 % des iWorkers.

Non seulement les iWorkers français sont des partisans des technologies personnelles mais ils sont même prêts à payer eux-mêmes leurs outils : 48 % en France sont ainsi prêts à dépenser leur propre argent pour se doter d'outils adaptés contre 19 % au niveau mondial. Et une non-autorisation de leurs entreprises ne les arrête pas : 88 % des iWorkers français (contre 21 % au niveau mondial) téléchargent des applications malgré cette non-autorisation. Or 84 % des entreprises françaises jugent qu'une telle attitude est un motif de licenciement !

A propos des études


La première étude a été réalisée par Forrester sur une commande d'Unisys. Elle est basée sur deux enquêtes mondiales en juin 2012. Pour la première, 2 609 employés mobiles connectés (iWorkers) ont été interrogés pour mesurer l'utilisation d'appareils mobiles personnels et d'applications sur leur lieu de travail. La deuxième enquête a recueilli les réponses de 590 responsables IT et décisionnaires d'entreprises de plus de 500 employés chargés d'acheter des appareils informatiques ou des applications pour leur entreprise. Ces deux études ont été réalisées dans neuf pays différents : les Etats-Unis, l'Australie, la Belgique, le Brésil, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle Zélande et le Royaume Uni. En France, 315 iWorkers et 67 responsables IT ont été interrogés.
Les détails de l'enquête sont sur le site d'Unisys dédié à la Consumérisation de l'IT.

La deuxième étude, baptisée « Applications in the cloud », a été réalisée par Easynet Global Services. Elle se base sur une enquête menée auprès de 182 PDG et responsables IT en France, au Royaume Uni, en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne et en Italie. Elle visait en premier lieu à appréhender les attitudes à l'égard du cloud computing.

Article de Bertand Lemaire

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité