La plupart des gens ont déjà entendu parler d'Alibaba, géant chinois équivalent d’Amazon, dont les activités englobent l'e-commerce, les services financiers, la logistique, les médias, et le marketing. La technologie qui sous-tend ces unités commerciales, Alibaba Cloud, est le troisième plus grand fournisseur de cloud au monde aujourd'hui, derrière Amazon Web Services et Microsoft Azure. Et si Alibaba Cloud propose des offres largement similaires à celles ces deux concurrents et de Google Cloud, il affiche certaines spécificités et réserve quelques surprises.

Relativement nouveau sur le marché international du cloud, Alibaba Cloud souhaite ardemment y devancer Amazon. En avril, le fournisseur a annoncé son intention d'investir 28 milliards de dollars dans les infrastructures au cours des trois prochaines années. Cet investissement sera consacré à la construction de datacenters, de systèmes d'exploitation personnalisés et de semi-conducteurs pour proposer des outils d’accélération.

Alibaba a été fondée en 1999 par un conglomérat mené par Jack Ma, président exécutif du groupe jusqu'à 2019. La filiale cloud computing du groupe a officiellement ouvert une offre commerciale en 2009. (Crédit : ITU Pictures - Flickr)

A titre de comparaison, Amazon et Alibaba évoluent sur le même marché mais selon des logiques différentes. Amazon est un revendeur qui possède des stocks, sa propre chaîne d'approvisionnement et vend directement au client. Alibaba est une place de marché, et ne fait que mettre en relation les acheteurs et les vendeurs (Amazon a, au fil du temps, adopté cette logique aussi sur sa propre plateforme). Cela a quelques conséquences. Premièrement, les systèmes de gestion de la chaîne d'approvisionnement et des stocks d'Amazon sont considérés comme des avantages concurrentiels, il est donc peu probable que le groupe commercialise des solutions de chaîne d'approvisionnement qui tirent parti de sa technologie. Deuxièmement, les marges bénéficiaires sont beaucoup plus élevées pour Alibaba (23,3% contre 4,1% pour Amazon en 2019). Cela donne au chinois beaucoup plus de liquidités à réinvestir dans ses offres. Plus largement, Alibaba a fait en sorte de rivaliser avec les trois autres géants du cloud sur leur terrain. Voici six façons dont Alibaba Cloud bat ou rivalise avec eux.

5 fois plus de services qu'AWS

Amazon Web Services compte 175 services. Au cours du dernier semestre 2019, Alibaba a annoncé l'ajout de 597 produits et 300 solutions à son portefeuille. Il y a littéralement quelque chose pour tout le monde sur sa plateforme. A tel point que le choix est écrasant. Alibaba Cloud s'adresse à la fois aux entreprises et aux PME. Et il y aura forcément une solution verticale de niche, dédiée à l'élevage de porcs par exemple (véridique) ; et un financement qui répond à ses besoins.

Des bases de données solides

Comme Alibaba Cloud est avant tout le système informatique derrière la plateforme e-commerce d’Alibaba, il est utilisé pour traiter des volumes de données étourdissant, avec un accès à faible latence tout aussi impressionnant. Par exemple, pendant la dernière « journée des célibataires », l’équivalent chinois du Black Friday américain, la base de données PolarDB d'Alibaba Cloud a traité une valeur brute des marchandises (GMV) de 30 milliards de dollars en 24 heures, avec un pic ahurissant de 12 milliards de dollars la première heure. Avec autant de revenus en jeu, on peut comprendre pourquoi Alibaba Cloud accorde autant d'attention aux bases de données qui soutiennent l'événement.

Au niveau le plus élémentaire, PolarDB utilise des FPGA pour effectuer une compression transparente des données, qui sont décompressées dans le flux de données. Cela peut permettre de réduire jusqu'à 50% les temps d'interrogation pour les requêtes les plus courantes, et en moyenne la réduction est d'environ 30%.

L'architecture de PolarDB se divise en trois niveau selon un modèle d'« intégration-division-intégration ». Le niveau inférieur est un niveau de stockage permettant de réduire les coûts ; le niveau intermédiaire comporte plusieurs nœuds pour améliorer l'évolutivité ; le niveau supérieur est un niveau de proxy, qui fournit un portail unifié pour une utilisation simplifiée. Cette architecture rend la base de données aussi simple d'utilisation qu'une MySQL à point unique pour les applications du niveau supérieur. (Crédit : Alibaba Cloud)

PolarDB utilise InnoDB comme moteur de stockage, le même que MySQL, mais fortement modifié pour être utilisé comme une base de données cloud native. PolarDB a été conçue en tenant compte de l'accélération matérielle et utilise le RDMA pour connecter les nœuds de stockage et de calcul, supprimant ainsi le goulot d'étranglement des entrées/sorties.
Alibaba adopte une approche quelque peu différente pour la migration des bases de données. Plutôt que de proposer une base de données propriétaire avec des outils de migration, le fournisseur a rendu PolarDB compatible avec la plupart des bases de données utilisées dans les environnements commerciaux. Il existe des versions qui peuvent exécuter des requêtes à partir de MySQL, PostgreSQL et d'un large sous-ensemble de la base de données Oracle. C'est ainsi un moyen beaucoup plus facile de migrer vers le cloud que le portage de la logique applicative.

Un réseau dédié aux utilisateurs

Alibaba Cloud exploite son propre réseau interrégional, ce qui signifie que les clients peuvent contrôler la latence et la bande passante entre les parties de leurs applications qui fonctionnent dans différentes régions. D'autres fournisseurs utilisent le réseau Internet public pour connecter leurs régions, laissant les utilisateurs à la merci de la congestion régionale.

Le Cloud Enterprise Network (CEN) d’Alibaba permet finalement de construire un système commercial distribué et un cloud hybride. Le réseau est entièrement maillé et relie les VPC (Virtual Private Clouds) et les VBR (Virtual Bridging Routers). Il s'agit essentiellement d'une solution de réseau virtuel de région à région. C'est particulièrement utile pour les opérations en Chine, où le Grand Firewall impose souvent une grande latence. Etant l’infrastructure réseau utilisée par Alibaba, le CEN garantie ainsi à la fois une latence faible et une bande passante large.

Les Intelligence Brain, une IA par cas d’usage

On n’attribuera pas à Alibaba un prix marketing de l’innovation quant au choix du nom de sa plateforme IA, Intelligence Brain, mais la technologie est l’une des plus avancées du marché. Pour notre confrère d’IDG, c'est l'une des offres les plus innovantes d'Alibaba, rendue possible, en partie, par l'environnement commercial et politique global dans lequel elle opère. Elle montre ce que les technologies de l'intelligence artificielle peuvent apporter lorsqu'elles sont mises en œuvre à grande échelle.

Bien que les mêmes éléments technologiques soient disponibles chez Google, Microsoft et Amazon, il faudra toujours l’aide d'un intégrateur de systèmes pour concevoir, construire, tester et maintenir la solution finale. Les offres d'Alibaba sont des solutions clés en main, directement prises en charge par le fournisseur.

Les ET Brains sont conçus pour servir de plateformes intelligentes permettant de résoudre des problèmes verticaux complexes. Il en existe pour développer des solutions Smart Cities, dans la médecine, l’industrie, l'aviation, l'environnement et la finance. Par exemple, le City Brain, est actuellement déployé à Hangzhou, ville de 21 millions d'habitants dans l'est de la Chine, et permet de gérer la circulation, les transports et la sécurité publique en intégrant données captées dans toute la ville. Si un incendie est détecté, des ambulances et des pompiers sont alertées en temps réel, l'itinéraire le plus rapide dans la circulation est calculé et les feux de circulation sont séquencés pour que leur arrivée sur place est accélérée de 49%, selon les chiffres donnés par le fournisseur. Le City Brain est également utilisé pour améliorer les transports publics en examinant les signaux vidéo, WiFi et ceux des opérateurs de télécommunications de manière à modéliser l’engorgement du trafic et réorienter les navettes et les bus, ajuster leur nombre ou optimiser la répartition des taxis dans la ville.

Des applications financières prêtes à l'emploi

Dans le secteur très réglementé des services financiers, le démarrage d'une start-up nécessite beaucoup de ressources, non seulement pour surmonter les difficultés réglementaires, mais aussi pour mettre en place et maintenir les systèmes informatiques nécessaires à son fonctionnement. Travailler dans le crédit est une bonne activité, à condition que le risque soit correctement modélisé. Le Finance Brain offre une solution. Ici, la modélisation du risque de crédit est proposée comme une solution plus ou moins prête à l'emploi, avec des modèles de tableau de bord, présentant des variables couramment utilisées et un flux de travail pour les modélisateurs prêt à l'emploi. Il suffit d'ajouter ses propres données et d'affiner les modèles pour obtenir une offre de microcrédit instantanée. Les modèles peuvent être déployés en tant qu'API RESTful dans le service PAI (Platform for AI) EAS, de sorte que des tiers (par exemple, un grand magasin ou un épicier local) peuvent s'intégrer à cette plateforme de crédit, permettant ainsi de bâtir très rapidement un écosystème de partenaires.

Apportez votre propre clé

Alibaba Cloud a récemment annoncé la possibilité de générer ses propres clés de chiffrement et de les apporter à son service de gestion de clés (KMS) pour assurer la protection de bout en bout des données stockées. Les autres grands fournisseurs de cloud computing ont leurs propres offres depuis longtemps, mais les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis étant à leur plus haut niveau, cette initiative apporte une certaine sécurité aux entreprises qui envisagent de passer à Alibaba Cloud.

Une offre lésée par une méconnaissance des marchés étrangers

Alibaba Cloud dispose d'un ensemble impressionnant d'offres, spécialement adaptées aux marchés asiatiques. Ainsi, bien qu’il soit très concurrentiel sur le prix, l'étendue des produits et les performances proposées, leur inexpérience de la vente sur les marchés occidentaux peut être leur plus gros défaut. De même, leur soutien et leur engagement auprès des développeurs sont moins importants que ceux d'AWS, d'Azure et de GCP. En cas d’installation en Asie, Alibaba Cloud est un choix évident et, dans un sens, obligatoire. Pour une migration ou une création de compte dans une autre région, si l’on est prêt à faire l'effort, les économies réalisées pourraient faire d’Alibaba Cloud un choix stratégique. Reste qu'Alibaba Cloud ne propose pas encore à ses clients français des ressources sur le territoire national (Francfort chez Vodafone en Allemagne). Microsoft Azure et  AWS -  et très bientôt enfin Google Cloud - ont déjà franchi le pas avec des régions France, qui étaient très attendues par par les entreprises françaises. Le fournisseur chinois pourra alors vraiment concurrencer AWS, Microsoft et bien sûr tous les acteurs français OVH, Outscale, Scalair, Cheops, Ikoula ou encore Bretagne Telecom.