Google Cloud a lancé la plateforme Anthos en avril 2019, promettant aux clients un moyen d'exécuter les charges de travail Kubernetes sur site, dans le Google Cloud et, surtout, dans d'autres grands cloud publics, notamment Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure. S'exprimant lors du Google Cloud Next à San Francisco en 2019, Sundar Pichai, CEO de Google, avait déclaré que l'idée derrière Anthos est de proposer aux développeurs « d'écrire une fois et de s'exécuter n'importe où » - une promesse de simplifier le développement, le déploiement et l'exploitation d'applications conteneurisées sur des cloud hybrides en jetant un pont entre des architectures cloud incompatibles.

Il a fallu un certain temps pour obtenir cette prise en charge multi-cloud cruciale. Google a finalement annoncé la prise en charge d'Anthos pour AWS (dès avril 2020) et d'Anthos pour Azure (depuis décembre 2021), avec la publication de l'API Anthos Multi-Cloud, tenant ainsi sa promesse initiale d'une véritable opérabilité hybride et multicloud.

La console Google Cloud Anthos affichant les actifs Azure et AWS. (Crédit : Google)

En fournissant une plateforme unique pour la gestion de toutes les charges de travail Kubernetes, Anthos aide les clients à concentrer leurs compétences sur une seule technologie, plutôt que de s'appuyer sur des experts certifiés dans une multitude de solutions cloud propriétaires. De même, Anthos assure une cohérence opérationnelle entre les cloud hybrides et publics, avec la possibilité d'appliquer des configurations communes à toutes les infrastructures, ainsi que des politiques de sécurité personnalisées liées à certaines workload et namespaces, quel que soit l'endroit où ces charges de travail sont exécutées. Enfin, les opérateurs IT peuvent suivre la télémétrie des clusters et les informations des logs à partir d'une console unique.

Une multitude de composants

Anthos est l'évolution naturelle de la plateforme de services cloud que le fournisseur construisait avant 2019. La plateforme combine le service géré Google Cloud, Google Kubernetes Engine (GKE), GKE On-Prem, et la console Anthos Config Management pour une administration, des politiques et une sécurité unifiées à travers les déploiements Kubernetes hybrides et multiclouds. Si l'on ajoute Stackdriver pour l'observabilité, GCP Cloud Interconnect pour la connectivité à haut débit, Anthos Service Mesh (basé sur le projet open source Istio) et le service de déploiement serverless Cloud Run (basé sur le projet open source Knative), GCP cherche à offrir un guichet unique pour la gestion des charges de travail Kubernetes, quel que soit leur lieu de production.

Basé sur GKE, Anthos se charge automatiquement des mises à jour et des correctifs de sécurité de Kubernetes dès leur publication. Les installations natives de GKE On-Prem fonctionneront sur VMware vSphere ou sur bare-metal, les partenaires de lancement VMware, Dell EMC, HPE, Intel et Lenovo s'engageant à fournir Anthos sur des infrastructures hyperconvergées.

Concurrencer AWS, Oracle ou encore Microsoft

La crainte d'être bloqué par un fournisseur est bien réelle pour les entreprises. Offrir une voie flexible et ouverte pour migrer vers le cloud est une sorte de Graal pour les fournisseurs de cloud aujourd'hui. Mais certains veulent avoir le beurre et l'argent du beurre, en enfermant ces clients dans leur propre écosystème lorsqu'ils décident de transférer des charges de travail vers le cloud. Amazon Web Services a finalement cédé sur le front du cloud hybride en annonçant Outposts pour aider les clients à faire le lien entre les charges de travail sur site et dans le cloud. Ainsi, Outposts combine du matériel configuré par AWS et des services et API gérés par lui. Puis, en décembre 2020, AWS a étendu son service managé Amazon Elastic Kubernetes (EKS) aux workload exécutées à la fois sur site et dans le cloud AWS.

Oracle Cloud at Customer et Microsoft Azure Stack sont des offres de cloud hybride similaires proposées par d'autres acteurs majeurs, tandis que les offres de plateforme-as-a-service Red Hat OpenShift et VMware Tanzu, toutes deux sous-tendues par Kubernetes, permettent aux applications d'entreprise conteneurisées de fonctionner dans des clouds hybrides et publics. Pour tenter de détrôner ces grands rivaux, Google Cloud mise gros sur le fait que Kubernetes est l'avenir de l'infrastructure d'entreprise. Bien sûr, les concurrents poussent aussi agressivement dans le monde de la gestion de Kubernetes, mais en tant que boîte de Petri où Kubernetes a été développé, Google a de fortes prétentions à être la meilleure façon d'exécuter cette technologie.

Une migration simplifiée vers Anthos

Pour aider les clients à démarrer, Google a lancé Migrate for Anthos à la suite de l'acquisition en 2018 de Velostrata, une société israélienne spécialisée dans la migration vers le cloud en découplant intelligemment le stockage et le calcul. Ainsi, les entreprises peuvent laisser le stockage sur site et exécuter le calcul dans le cloud. Migrate for Anthos convertit les workload en conteneurs pour Kubernetes directement à partir de serveurs physiques et de machines virtuelles. Comment cela fonctionne-t-il ? Migrate for Anthos analyse le système de fichiers d'un serveur ou d'une machine virtuelle et le convertit en un volume persistant Kubernetes. Les conteneurs d'applications, les conteneurs de services, la mise en réseau et les volumes persistants se retrouvent dans un pod Kubernetes, qui est un groupe de conteneurs déployés ensemble sur le même hôte.

Pour les clients de GCP, le démarrage avec Anthos est aussi simple que la création d'un nouveau cluster GKE, avec le maillage de services Istio activé, dans la console. Pour les clients on-prem, la première étape de l'utilisation d'Anthos consiste à configurer un cluster GKE On-Prem et à migrer une application existante. Une fois ce cluster enregistré auprès de GCP, il suffit d’installer Istio pour obtenir une visibilité de la charge de travail sur l'ensemble des clusters. Ensuite, en activant Anthos Config Management sur les clusters GKE, toutes les politiques Kubernetes et Istio peuvent être gérées en un seul endroit.

Les tarifs de Google Cloud Anthos

Google Cloud Anthos est disponible sur la base d'un paiement à l'usage ou d'un abonnement mensuel, avec des remises en fonction de l'engagement. Pour les clients cloud, Anthos coûte 8 $ par vCPU de cluster par mois sur une base de paiement à l'usage, ou 6 $ si l’on paye sur une base d'abonnement, indépendamment de la plateforme de cloud public sur laquelle la charge de travail fonctionne.

Pour les clients sur site, le coût d'Anthos s'élève à 24 $ par vCPU de cluster pour les clients qui paient à l'acte et qui fonctionnent sur VMware ou bare-metal. Un essai gratuit pour les nouveaux clients permet d'utiliser jusqu'à 800 $ pour un maximum de 30 jours. (Les prix ne sont pas disponibles en euros).