Après plusieurs de mois de retard, l'ARCEP avait fini par dévoiler fin novembre 2019 le cahier des charges pour l'attribution des fréquences 5G pour la France. Un pas de plus vient d'être franchi avec le lancement de la procédure officielle de sélection des opérateurs pour l'attribution des fréquences de la bande 3,4-3,8 Ghz en métropole ce 31 décembre. Qualifiée de « coeur 5G », cette bande de fréquence se caractérise par un bon ratio entre la portée et le débit tout en bénéficiant d'une capacité de pénétration à l'intérieur des bâtiments.

« 31 blocs de fréquences de 10 MHz sont en jeu et seront attribués en deux étapes. Tout d’abord, une première phase d’attribution permettra à quatre candidats maximum d’obtenir un bloc de fréquences de 50 MHz, contre des engagements optionnels. Le prix de réserve déterminé par le gouvernement est de 350 millions d'euros par bloc de 50 MHz. Puis une enchère multi-tours sera organisée pour attribuer les fréquences encore disponibles. Les candidats qualifiés auront ainsi la possibilité d’acquérir des fréquences additionnelles, par blocs de 10 MHz. Le prix de réserve déterminé par le gouvernement est de 70 millions d'euros par bloc de 10 MHz », a détaillé l'Arcep dans un communiqué.

La décision du 21 novembre 2019 de l'ART sur les conditions d'attribution d'autorisation d'utilisation de fréquences dans la bande 3,4-3,8 Ghz en France métropolitaine pour établir et exploiter un réseau radioélectrique mobile ouvert au public vient d'être publiée au JO ce 31 décembre 2019. Tout comme l'arrêté du 30 décembre 2019 relatif aux modalités et aux conditions d'attribution d'autorisations d'utilisation de fréquences dans la bande 3,5 GHz en France métropolitaine pour établir et exploiter un système mobile terrestre. Les candidats intéressés peuvent déposer leur dossier de candidature à l'Arcep avant le 5 février 2020 à 12h00.