En direct de Madrid - Meg Whitman est sur le départ. Dans deux mois, la CEO de Hewlett Packard Enterprise passera le témoin à Antonio Neri. Mais d’ici là, il lui est encore revenu d’ouvrir la conférence plénière de Discover 2017 à Madrid et d’y défendre son bilan. « Ces deux dernières, nous avons bâti un nouvel HP, nous sommes une entreprise différente, mieux positionnée maintenant pour vous aider à transformer votre business que nous ne l’étions », a assuré Meg Whitman. Qu’elle qu’en soit l’analyse que l’on peut en faire, il est indéniable que la réorganisation a été menée au pas de charge, entre scission d’avec HP Inc et élagage radical des branches services, logiciels et OpenStack. 

« Antonio est exactement le leader que j’avais en tête », a assuré Meg Whitman lors de son intervention sur Discover, à l'adresse de celui qui lui succédera comme CEO de Hewlett Packard Enterprise le 1er février 2018 (agrandir l'image).

A Madrid, la dirigeante a aussi donné sa vision de « l’informatique du futur ». HPE la prédit hyper-connectée aux équipements situés en bout de réseau, d’où l’importance des technologies acquises avec Aruba. « C’est là que vous interagissez avec vos clients, que vous fabriquez vos produits et que vos collaborateurs travaillent et c’est là que vous analyserez vos données », a souligné Meg Whitman en ajoutant que les entreprises paieront pour les ressources qu’elles consomment, que ce soit en bout de réseau ou ailleurs, dans ses datacenters ou dans le cloud public. Pour illustrer l’importance du secteur industriel, la 1ère annonce de cette session plénière a porté sur un partenariat mondial signé avec le groupe ABB, spécialiste de la robotique, de l’automatisation et des produits d’électrification. Les deux fournisseurs vont conjointement livrer des solutions. Celles-ci combineront les technologies opérationnelles d’ABB et les solutions d’informatique hybride de HPE pour accélérer le traitement des données industrielles dans les usines, le contrôle des processus et l’automatisation des datacenters. Cela se fera notamment à travers la plateforme de cloud Azure de Microsoft. 

Un paiement à l’usage pour des solutions sur site

« Notre vision de l’informatique hybride, c’est de pouvoir mettre chaque charge de travail dans le bon environnement, celui-ci étant différent pour chaque application », a exposé ensuite Alain Andreoli, senior vice-président, directeur général de l’entité Hybrid IT chez HPE. L’ambition du fournisseur est d’offrir des solutions de gestion depuis le bout du réseau jusqu’au coeur du datacenter et s'étendant au cloud public.

Depuis un an, HPE a fortement remanié son organisation et ses équipes. Entré en 2013 pour piloter l'entité hyperscale de HPE, Alain Andreoli supervise depuis septembre l'entité Hybrid IT. (ci-dessus à Madrid le 28 novembre / Crédit : HP)

Pour guider les clients dans cette évolution vers les environnements hybrides, le fournisseur a mis sur pied il y a quelques mois son entité de services Pointnext, dirigée par Ana Pinczuk. A Madrid, parallèlement à son annonce du portail OneSphere qui permettra d'administrer de façon unifiée un pool de ressources IT, situées à la fois sur site, dans des clouds privés et dans différents clouds publics, HPE a lancé plusieurs solutions on-premises. Sous le nom de GreenLake, ces offres construites autour d'un usage s’appliquent aux charges de travail les plus importantes des entreprises et sont assorties d’un paiement à l’utilisation.

Cinq solutions ont ainsi été composées autour des big data, du backup, de la base de données Postgres, de SAP HANA et des traitements en bout de réseau (edge computing). GreenLake Big Data, par exemple, permet d’installer un datalake, pré-intégré et testé sur les dernières technologies HPE et sur les distributions Hadoop de HortonWorks ou Cloudera. GreenLake Backup fournit de son côté des capacités de sauvegarde sur site reposant sur des logiciels Commvault, là aussi pré-intégrés sur des solutions HPE. Quant à l'offre GreenLake Database, elle recourt à la base EDB Postgres installée on-premise. GreenLake for SAP HANA fournit une appliance opérée par HPE dimensionnée en fonction des objectifs de disponibilité définis par le client. Enfin, GreenLake Edge Compute définit un cadre pour mettre en place un projet IoT. Toutes ces solutions seront proposées sur un modèle de paiement à l’usage, GreenLake Flex Capacity. 

Ana Pinczuk a été recrutée en mars dernier par HPE pour diriger sa nouvelle entité de services Pointnext. (ci-dessus sur Discover Madrid / Crédit : HP)

A travers les services de conseil de son entité Pointnext, HPE aidera ses clients à définir, déployer et intégrer l’offre retenue, puis leur fournira des recommandations pour optimiser les systèmes et les processus dans le temps. Le tout sera monitoré et géré à distance par HPE et s’accompagnera de contenus en e-learning pour les équipes internes. « Nous gérons pour vous la technologie qui se trouve dans votre environnement, sous votre contrôle et vous payez pour le résultat que vous obtenez », a conclu Ana Pinczuk.