La question du moment
Vous arrive-t-il de vous tourner vers des solutions Open source pour réduire certains coûts de licence ?

Google sommé de remettre au FBI des emails stockés à l'étranger

Après Microsoft, c'est à Google qu'un tribunal américain demande de remettre des emails se trouvant sur des serveurs situés à l'étranger sur requête du FBI. Microsoft avait refusé et la justice lui avait donné gain de cause. Google indique de son côté qu'il va faire appel de la décision.

Pour le juge qui réclame à Google des emails stockés à l'étranger, transférer ces données vers le datacenter californien de Google ne s’apparente pas à une saisie à l’étranger. (Crédit : Pixabay/Vanna44)
Pour le juge qui réclame à Google des emails stockés à l'étranger, transférer ces données vers le datacenter californien de Google ne s’apparente pas à une saisie à l’étranger. (Crédit : Pixabay/Vanna44)

En avril 2016, Microsoft avait remporté un bras de fer face au ministére américain de la Justice qui lui demandait de produire les e-mails d’utilisateurs stockés sur des serveurs situés en Irlande, dans le cadre d’une enquête liée à un trafic de drogue. A l’époque, l’éditeur de Redmond avait avancé qu’il s’agissait d’une saisie à l’étranger et obtenu gain de cause en faisant valoir les lois européennes sur la protection des données. L’histoire se renouvelle avec Google. Un juge américain vient de demander à la firme de Mountain View de lui remettre des emails stockés sur des serveurs à l’étranger, à la suite d’un mandat de perquisition du FBI, dans le cadre de deux enquêtes criminelles.

Le juge Thomas J. Rueter, du tribunal du District est de l'Etat de Pennsylvanie, avance d'autres arguments, ainsi que le rapporte l'agence de presse Reuters. Selon lui, transférer les données électroniquement d’un serveur situé dans un autre pays vers le datacenter californien de Google ne s’apparente pas à une saisie à l’étranger, l’atteinte à la vie privée intervenant au moment de la divulgation des données aux Etats-Unis et pas lorsque celles-ci sont transférées. Il ajoute que Google transfère régulièrement des données d’un datacenter à l’autre sans que ses clients le sachent. Dans un communiqué, la firme californienne a indiqué qu’elle compte faire appel de la décision.

3 Commentaires

Commenter cet article en tant que visiteur ou

Renseignez votre email pour être prévenu d'un nouveau commentaire Pour tout savoir sur la manière dont nous traitons vos données personnelles, consultez notre Charte de Confidentialité.
Le code HTML est interdit dans les commentaires
  • Visiteur10425 • 21/02/2017 à 15h53

    Oui grace soit rendue à Micro$oft, gentille firme qui ayant rendu la micro-informatique aussi commune que l'ampoule électrique, s'attaque maintenant aux problèmes liés aux brevets. Charmant, on dirait la lutte ancienne entre Edison et Tesla, le premier utilisant les découvertes du second pour sont seul profit sans aucune compensation.
    Micro$oft est fondée sur la copie d'un système ancien DR-Dos, que Gates modifia, et surtout en le vendant, il lia les acheteurs avec un système de licence restrictive, à l'image de ce que font les assurances. Obligeant l'utilisateur, qui pourtant achète le produit, à ne pouvoir en vérifier la fiabilité.
    Ce système va juste permettre de renforcer encore le 'vol de la pensée', au seul profit des industriels déjà trop fortunés, et peu enclins au partage.
    Youpi, vive le vol et que meurent les honnêtes.

    Signaler un abus
  • Visiteur10407 • 14/02/2017 à 15h58

    Les états - unis utilisent tous les moyens por controler les donnés d'internet, parce que ça vaut des millions pour les entreprises américaines. Le prétexte est toujour la recherche de terroristes, mais pour ça ils doivent rechercher chez eux - mêmes, parce que les vrais terroristes sont trump, le parti républicain, le nra, les fabricants d'armement, les supremacistes, les racistes, kkk, etc. etc. etc.

    Signaler un abus
  • Visiteur10396 • 11/02/2017 à 17h44

    2 comportements du à la mondialisation d'une part et à l'impérialisme décadent/triomphant de la puissance américaine.
    La question est que vaut note vie prie "Privacy life" au yeux des puissances dans la soit disant lutte contre le terrorisme !!!

    Signaler un abus