Des projets de renouvellement d’ERP sont engagés dans les entreprises, d’autres se préparent, et la migration vers le cloud est au coeur de ces réflexions. Pour un fournisseur comme Infor, qui propose ses solutions ERP Cloud Suite en mode managé, en gardant la possibilité du on-premise pour les clients qui le souhaitent, la tendance est nette. En dehors des ERP, son catalogue comporte d'autres logiciels cloud sur la gestion d’actifs (EAM, enterprise asset management), le CRM, la gestion des RH, la supply chain, le PLM et la finance. « Nous avons aujourd’hui 7 500 clients dans le cloud, toutes solutions confondues », nous a indiqué Laurent Jacquemain, vice-président senior, general manager d'Infor pour l'Europe du Sud, lors d’un événement clients fin novembre au siège de Rueil Malmaison. Sur les marchés qu'il supervise, où l’offre ERP représente 75% de l’activité, Infor a enregistré une croissance de 65% dans le cloud sur son dernier semestre - progression que l’on retrouve dans l’Hexagone - pour une augmentation du chiffre d’affaires de 20%, nous a précisé Laurent Jacquemain.  

Sur ses offres ERP managées Cloud Suite, Infor a fait le choix en 2014 de l’infrastructure d’Amazon Web Services pour y bâtir son propre cloud. « Le pari d’Infor, c’est de prendre le stack technique d’AWS », expose Laurent Jacquemain. Après de premiers déploiements cloud faits en single-tenant, « depuis 18 mois, tout ce que nous vendons est en mode multitenant avec le même moteur pour tous les clients », souligne le general manager France et Europe du sud. « Cela va beaucoup plus vite à démarrer et c’est plus facile à maintenir pour nous ». Le choix du on-premise reste accessible aux clients qui préfèrent installer l'ERP sur leurs propres serveurs. Dans ce cas, « ils peuvent également choisir certaines briques dans le cloud, comme le CPQ [Configure, price, quote] », ajoute le responsable France et Europe du Sud. L’éditeur a réécrit ses solutions sectorielles pour les gérer en mode multitenant et exploiter les fonctions natives et services d’AWS dont l'IoT. Ses Cloud Suite se déclinent en 3 ERP : Infor LN pour les industries à fabrication discrète (par assemblage de pièces) telles que l’automobile, Infor M3 pour les industries de process, qui fabriquent par mélange ou recette comme l’agro-alimentaire ou les industries chimiques, et CloudSuite Industrial (SyteLine) pour les PMI. Ce 3ème ERP est vendu en mode indirect. Un quatrième produit, Cloud Suite Financials, est issu de l’offre Lawson S3. A partir de ses Cloud Suite, Infor propose des solutions taillées pour l'aérospatiale et la défense, l'automobile, les industries chimiques et la construction. D'autres offres couvrent les produits de consommation, les services (la banque et services financiers, la distribution), le secteur public, ainsi que le domaine de l'énergie et des ressources (utilities).

Michelin déploie la Cloud Suite Automotive aux Etats-Unis 

Pour fédérer ses ERP autour d’un socle commun, Infor a entrepris il y a plusieurs années de moderniser la couche technologique de ses produits. Outre une expérience utilisateur unifiée, Infor OS (Operating Service, ancien Infor Xi) apporte des outils de conception d’applications avec Mongoose, des fonctions middleware avec Ion, un data lake et des fonctions analytiques en réseau avec Birst, un assistant numérique, une gestion des documents et des fonctions d’intelligence artificielle avec Coleman. « C’est Infor OS qui permet de poser la Cloud Suite sur le IaaS d’AWS et de vendre des ERP qui capitalisent sur le fonctionnel », explique Laurent Jacquemain. 

Sur l'événement client, Infor a fait témoigner le fabricant de pneumatiques Michelin qui s’appuie sur la Cloud Suite Automotive pour un projet de transformation des relations avec les constructeurs automobiles en 1ère monte (un marché exigeant sur les contraintes de livraison). De portée mondiale, le projet a été mené aux Etats-Unis et a été déroulé en 9 mois pour une mise en oeuvre en septembre 2019, nous a relaté Jean-Lucien Meunier, directeur senior sur les ventes ERP & SCM d’Infor France, en expliquant que le client avait mis en avant la capacité de la solution à répondre à ses besoins métiers. Chez Michelin, la Cloud Suite Automotive est venue remplacer des applications spécifiques sur mainframe. La couche Infor OS a apporté l'interopérabilité nécessaire aux échanges avec les systèmes internes de Michelin et les systèmes externes. L’ERP doit notamment s’interfacer avec de nombreuses solutions Oracle.

Un millier de clients sur l'ERP en France

Pour déployer ses ERP, Infor propose des accélérateurs de mise en oeuvre pour les différents secteurs d’activité, rappelle Laurent Jacquemain. « Avec l’intégration de la BI, nous avons également des tableaux de bord adaptés à chaque secteur », ajoute-t-il. Sur le marché français, la filiale a récemment signé avec LSDH dans l’agro-alimentaire (embouteillage de lait) qui a choisi Infor pour son approche métier face à SAP. Infor France compte un millier de clients sur ses trois ERP (M3, LN et SyteLine), sans y inclure les entreprises travaillant sur d’anciens ERP d’Infor. Au total, la filiale totalise 4000 clients, dont 450 environ sur l’offre EAM et, particularité hexagonale, 850 sur l’offre RH Anaël. « Nous regagnons des parts de marché sur les ERP », constate l’équipe de direction d'Infor France en citant 16 nouveaux logos gagnés sur les 18 derniers mois. Du côté des PME, ce sont 6 nouveaux noms qui ont été signés en six mois dont Piriou dans la construction navale avec Cloud Suite LN, ou Tanguy dans les matériaux de construction avec M3. 

Sur les projets ERP, il y a un accroissement de la demande, constate Philippe Maillet, directeur commercial France sur le marché SMB et responsable du channel. « Beaucoup d’ERP sont en production depuis 18 ou 20 ans et il y a un vrai appétit pour les remettre en cause ». Sans compter que certaines échéances, comme l’arrêt du support d’ECC 6.0 chez le concurrent SAP, par exemple, conduisent un certain nombre d’utilisateurs à remettre leur choix à plat. Cette réflexion les amène à considérer d’autres offres dont celles d'Infor qui met en avant l'étendue de ses fonctionnalités métiers. « En Allemagne, nous avons ainsi gagné SEG Automotive [anciennement Bosch], Swarovski et Intersnack dans l’alimentaire », signale Laurent Jacquemain. 

Un réseau de partenaires renforcé

Ces derniers mois, Infor a également beaucoup travaillé sur ses alliances et met les bouchées doubles pour être mieux connu des influenceurs susceptibles de le consulter. La levée de fonds de 1,5 Md$ réalisée en début d’année auprès de Koch Equity Development et Golden Gate Capital a évidemment attiré un peu plus les regards vers cet éditeur américain qui compte au niveau mondial 68 000 clients dans plus de 170 pays dont 9 500 sur les Cloud Suite. D’autant que le groupe industriel américain Koch Industries était lui-même un client (Cloud Suite Chimie, EAM, RH avec 120 000 utilisateurs à terme) avant de devenir un investisseur. Parmi les grands partenaires d'infos figurent Accenture, Capgemini et Deloitte. En France, l'éditeur travaille aussi avec CGI, IBM, Sopra et Atos (revendeur de ses solutions). Sur les entreprises de taille moyenne (SMB), Infor dénombre une vingtaine d’intégrateurs tous produits confondus parmi lesquels LTTD Consulting, Authentic, Elcimaï ou Helyad. Pour répondre au nombre croissant de projets de remplacements d’ERP, la filiale française cherche à élargir ce cercle. « Nous sommes très demandeurs de nouveaux partenaires et avons engagé une démarche pour en recruter depuis plusieurs mois », confirme Philippe Maillet.

En août dernier, Infor a fait évoluer sa gouvernance au niveau mondial. Charles Phillips, CEO de l’éditeur américain de logiciels depuis 2010, a cédé sa place à Kevin Samuelson, jusque-là CFO du groupe, arrivé chez Infor il y a 14 ans. Charles Phillips reste président du conseil d’administration.