Depuis le début de l’été, plusieurs sociétés IT ont effectué des licenciements (Snap, Oracle, Microsoft) ou tout du moins gelé les embauches. Twilio n’échappe à cette tendance et vient d’annoncer la suppression de 11% de ses effectifs, soit entre 800 et 900 personnes sur un total de 7 800 salariés. Pour expliquer cette stratégie, la direction du groupe met en avant le contexte de ralentissement économique général, mais aussi la volonté d’être rentable en 2023.

Le CEO, Jeff Lawson, a qualifié ces licenciements de « sages et nécessaires » en les imputant en partie à la croissance rapide du groupe au cours des dernières années et au manque de concentration sur les priorités clés. Dans une lettre publiée sur le blog de l’éditeur de logiciels de communication cloud, le dirigeant assume « la responsabilité de ces décisions, ainsi que celle difficile de procéder à ces licenciements ». Et d’ajouter « Twilio a toujours été une entreprise en croissance. Et comme vous le savez, nous nous sommes engagés à être une entreprise rentable. À notre échelle, être rentable nous rendra plus forts ... Nous avons finalement constaté que certains investissements n'ont plus de sens et avons identifié des domaines où nous pouvons être plus efficaces ».

Un plan évalué entre 70 et 90 millions de dollars

Selon Jeff Lawson, les coupes seront concentrées dans les domaines du « go to market, la R&D, les départements généraux et administratifs ». Les salariés concernés ont été informés. Ils recevront au moins 12 semaines de salaire, ainsi qu’une semaine pour chaque année de service chez Twilio, en plus de leur portefeuille d’actions Twilio. Un document déposé auprès de la SEC montre que la réduction d’effectif coûtera entre 70 et 90 millions de dollars. Ces dépenses seront engagées au cours des troisième et quatrième trimestres fiscaux 2022 de la société.

Au deuxième trimestre 2022, la croissance du chiffre d’affaires a été de 41% (pour atteindre 943,4 millions de dollars) soit la plus faible depuis le dernier trimestre de 2017. Twilio a fortement progressé pendant la période de pandémie en doublant ses effectifs. Comme beaucoup d’entreprise, la reprise en dents de scie dans un contexte post-Covid couplée aux incertitudes économiques, ont créé un ralentissement de l’activité. « Sans aucun doute, les prochains mois seront difficiles alors que nous changeons la forme de notre entreprise pour les opportunités à venir ». La sécurité pourrait être un axe de travail comme le montre l'attaque par phishing dont a été victime la société cet été